jeudi 31 mars 2016

Chronique de "Copycat" de Johanna Lynn

♥♥♥♥♥/5 *** BIG COUP DE CŒUR ***




Auteur : Johanna Lynn
Editeur : Mix Editions
Sortie : 31 mars 2016 sur le site de l'éditeur et le 14 avril sur toutes les plateformes

Service Presse Partenariat

Résumé :
Dans les rues sombres de Philadelphie, un prédateur rôde, chassant et tuant. Alors que ses victimes refont surface l'une après l'autre et que les cadavres s'entassent, la police est soulagée de voir arriver une équipe d'agents du FBI. Mais pour l'un d'eux, cette affaire de meurtres en série cessera rapidement de n'être qu'une enquête parmi d'autres. 

Les crimes perpétrés qui passent pour l'hommage d'un admirateur de Jeffrey Dhamer, dissimulent pourtant leur vérité propre, et chacun est un pas qui rapproche le tueur de son objectif. 
Il est des rencontres qui peuvent changer le cours d'une vie. Irrémédiablement, en un instant fugace, un rien suffit à briser... Ou à guérir.



*** MON AVIS ***

Un big coup de cœur pour ce thriller haletant, passionnant, frissonnant, qui vous entraîne dans les méandres tortueux et dérangés d'un psychopathe, dans une course effrénée pour arrêter cette orgie de cadavres qui s'amoncellent. Un thriller qui vous fera également palpiter le cœur pour une toute autre raison : celle de l'amour. L'amour qui naît au milieu de l'horreur, l'amour qui se fait douceur, qui se dissimule, se faufile, l'amour qui prend son temps.

A travers ce récit nous suivons l'histoire de Lélio, jeune prostitué, dont la vie n'est pas un long fleuve tranquille et dont les réminiscences du passé reste ancrées dans sa chair et son esprit. Lélio est une personne très lucide sur sa condition, sur lui-même. C'est un jeune homme attachant, doux, gentil, qui sait tout au fond de lui ce qu'il veut, et ne se laisse plus faire, même si certaines terreurs viennent encore le hanter.
Nous suivons également l'histoire de Nathan, agent du FBI, équilibré, très efficace dans son travail.

Quand une série de meurtres s'abat sur Philadelphie, Nate et son équipe viennent aider la police locale pour arrêter ce psychopathe fou qui accumule les corps, le sang et la terreur.

Au milieu de cette atmosphère sombre, Lélio et Nate vont faire connaissance. Dès le premier regard, on sent un petit quelque chose, comme une caresse, un souffle, un tout petit rien qui fait tout. Alors, au gré de l'enquête, des révélations, de la vérité, un lien se crée, tout en discrétion et délicatesse, en réconfort.

Ce récit pour moi se construit en deux parties : une partie enquête et une partie plus personnelle.

Dans la partie plus personnelle, nous apercevons toute la volonté de Lélio pour réussir à être ce qu'il souhaite et ainsi mériter l'amour de Nate, mais aussi la force d'abandonner tout ce qu'il a de plus cher pour se reconstruire et aimer librement. Car parfois, avant de pouvoir aimer en toute liberté, il faut d'abord s'aimer soi-même, et c'est ce que Lélio fera au prix d'un courage et d'une force sans égal. Certains passages m'ont littéralement arraché le cœur, et m'ont rendue très émotive. Lélio est un homme tellement....tout ! Et Nate, cette façon qu'il a de voir clair, de voir juste, de savoir, de deviner, et cette tendresse dont il fait preuve avec Lélio est tout simplement sublime.

Ce roman est pour moi original et sort des sentiers battus, tout d'abord par sa construction, mais aussi par ses personnages, travaillés, complets. Les descriptions concernant l'enquête elle-même, au niveau des profilers, sont tout bonnement géniales, avec des mots appropriés, une ambiance qui vous glace le sang, et surtout cette impression d'être carrément immergé dans ce livre. L’auteur a fourni un vrai travail de recherche pour son roman, pour son rapprochement à Jeffrey Dhamer, pour tout ce qui en découle et tout ce qui entoure cet admirateur. La vérité est tout bonnement ahurissante tellement tout s’enchaîne et s’entremêle à la perfection, le déroulement de l'histoire tient la route, et ne vous laisse aucun répit.

Au niveau des personnages, que ce soit pour Lélio ou Nate, il y a toute une histoire autour d'eux, un présent, un passé, des amis, ils ne sont pas simplement effleurés, ils sont décortiqués, en profondeur, et avec talent. Ces personnages nous bercent de façon inattendue, ils bercent notre cœur, ils bercent notre esprit, notre âme, nous font réfléchir, frémir.

Chaque début de chapitre est un régal. Si vous prenez le temps de la traduction, vous serez comblé, et en parfaite osmose avec le chapitre en court.

La plume de l'auteur est un savant mélange de froideur et de douceur. Des mots percutants, des mots tendres, sincères. Une écriture juste et précise qui contribue à faire de ce roman une merveille, une merveille d'effroi, une merveille d'amour. Des émotions à foison, de la plus terrible, la plus sanglante, à la plus émouvante, la plus douce, la plus belle. Les passages oppressants et insoutenables se disputent aux passages sensibles, délicats : un entremêlement des émotions parfait, juste dosé.

Bref, vous l'aurez compris, je suis tombée amoureuse de ce roman, de ces personnages, de cette ambiance glauque et douce, de ce récit doux-amer, de cette terreur et de cette sensibilité, de cette peur et de cet amour.

Un grand bravo à l'auteur, pour tout, pour son travail, pour son histoire, pour Lélio et pour Nate. Et une mention particulière pour la couverture, qui est juste parfaite.

mardi 29 mars 2016

Chronique de "La couleur de l'enfer" de Tan Hagmann

♥♥♥♥♥/5 *** COUP DE ♥ ***


Auteur : Tan Hagmann
Editeur : Editions Textes Gais
Sortie : 24 mars 2016

Résumé :
Le mannequin danois Kris Jorgensen a désormais le vent en poupe, mais il est partagé entre deux désirs : vivre au grand jour avec l’homme qu’il aime et avoir des enfants. Son espoir de paternité n’est pas inaccessible car, pour des raisons d’image, son employeur l’a contraint à prendre épouse.
Comment faire pour aller au bout de ses rêves et concilier épanouissement personnel et réussite professionnelle ?



*** MON AVIS ***

Cette suite de "Bi live in Me" est aussi douce qu'amère, un condensé de sentiments à fleur de peau. 
Nous retrouvons Kri et Déa qui vivent leur amour fou, leur amour fort, leur amour clandestin mais aux yeux de tous. Un amour qui les transcende et qui les fragilise. Un amour qui fera ressortir chez Andrea ses peurs les plus secrètes, ses traces du passées oubliées, mais jamais effacées. Si Kri tente de l'aider, il est encore trop tôt pour lui, pour se confier, se libérer totalement.
Kristian, lui, est tiraillé entre son amour pour Andrea et son besoin viscéral d'être père. Un besoin qu'Andrea a du mal à comprendre.

Au fil des pages de ce court roman, nous découvrons nos deux héros à la fois heureux et malheureux. Heureux de cet amour si vrai, et malheureux de cette liberté totale qu'ils n'ont pas encore acquise de part les obligations de Kri. Et toujours ce spectre de Aude, la femme de Kri, qui plane au-dessus d'eux. Celle-ci m'aura d'ailleurs étonnée car c'est une femme gentille et douce qui encouragera son mari dans ce qui le rend heureux, pour réussir là où elle échoue....et quel échouage.

Kri et Déa sont deux caractères forts, deux écorchés vifs, deux hommes que la passion rend vulnérable et courageux.
Déa est très épris de Kri, Kri, c'est sa muse, son obsession, son souffle, sa respiration. Andréa a bien évolué dans cette suite, et se montre déterminé dans ce qu'il souhaite, et surtout dans les démonstrations affectives envers son homme.

Après des moments passionnés, après des petites disputes, un drame survient, et c'est tout l'amour qu'il se porte qui devient la couleur de l'enfer, la couleur de la chute, de la déchéance. Kri devient un fantôme, bascule du mauvais côté et c'est tout ce qu'il avait réussi à faire disparaître au contact de Déa qui revient à la surface, ses doutes, son rabaissement par rapport à Andrea, tout son côté obscur qui redevint lumière.
Le cœur de Andrea va souffrir, va pleurer, va saigner de ce silence, de cette impuissance à sauver son amour. 
Puis, dans une illumination, un second souffle, un tout petit rien qui fera que peut-être tout peut redevenir possible. 
Alors j'attends la suite avec impatience pour continuer ma route avec eux, pour voir si ils auront la force nécessaire pour tout nettoyer, tout absoudre.

La plume de l'auteur est fluide, agréable. Elle vous transporte dans des émotions très intenses, émouvantes, avec des personnages dont le caractère est troublant, attachant. Une écriture douce, parfois plus brutale, pour exprimer cette sensibilité qui se dégage de chacun de nos deux protagonistes.
La fin du récit s’enchaîne à une telle vitesse que mon cœur a raté quelques battements, qu'il a pleuré pour Kri qui, inexorablement, s'enfonce dans la déchéance, la souillure, la douleur, sans réussir à entrevoir la lumière que Déa peut lui apporter, mais surtout, sans apercevoir que Déa est là, tout près, avec lui, pour lui.
Bref, des émotions qui font le yoyo, des émotions fortes, déchirantes.

Une courte suite où Déa et Kri, malgré leur amour sincère, seront rattrapés par leurs secrets et leur passé, mais où cet amour prend forme, s'ancre dans leur peau, leur esprit, leur vie. Un amour extrême relaté par des mots et des phrases qui vous emportent.

Merci.


samedi 26 mars 2016

Chronique de "Les Liens du sang" de Jeremy Henry

♥♥♥♥♥/5



Auteur : Jeremy Henry
Editeur : auto édition
Sortie : 26 mars 2016

Service Presse Auteur

Résumé :
Cette duologie raconte l’histoire de deux demi-frères appartenant à un même clan yakuza. Le premier, Hajime, va devoir faire face à un avenir qui n’était pas le sien. Un flic honnête bascule du mauvais côté pour venger la mort injuste d’un être aimé. Quand il rencontre Hajime, le destin se met en marche, les forçant à trouver les douloureuses vérités qui les libéreront. Le second, Jirô, va devoir se reconstruire après avoir tout perdu. C’est l’histoire d’une promesse… celle d’un amour infini. Mais c’est aussi l’histoire d’un amour désespéré que le destin malmènera et fera tout pour empêcher. Enfin, c’est l’histoire de Fujiwara Jirô et Kondô Wataru.



*** MON AVIS ***

J'ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman relatant l'histoire de deux demi-frères complètement différents, deux demi-frères, qui au fil des pages, vont voir leurs vies changer, évoluer. Deux demi-frères dont l'histoire fraternelle s’entremêle à leur histoire de cœur.

Pour commencer, nous faisons connaissance avec Hajime. Hajime est un honnête homme d'affaire, bien décidé à ne rien avoir à faire avec son clan. 
Lorsqu'il rencontre de manière assez originale et quelque peu chaotique Atsuji, flic, il éprouve alors des sentiments inhabituels, et se prend d'affection et d'amour immédiatement pour cet homme qui sent si bon. Si Atsuji résiste quelque peu au départ, il se rend bien compte qu'il ne reste pas indifférent à cet homme très surprenant, aussi, il accepte le marché que celui-ci lui propose, surtout qu'il pourra le mener au bout de son objectif.
Nous allons alors suivre la quête d'Atsuji pour venger une personne chère à son cœur. Et surtout, nous allons découvrir comment le destin de Hajime bascule, entraînant malgré lui Atsuji dans son sillage.
A travers cette histoire, l'auteur nous dépeint Atsuji comme un flic entraîné et fort, cependant il se révélera être un homme sensible, très émotif et doux. Il fera preuve d'un grand courage pour garder ce qu'il a acquis : l'amour d'Hajime.
Hajime, quant à lui, verra son univers prendre une tournure qu'il ne souhaitait pas, bien qu'il le pressentait. Du jour au lendemain, il se retrouve avec de nouvelles responsabilités. Mais ce qu'il souhaite avant tout, c'est garder son amour près de lui, cet amour dont il connait tout, cet amour qui l'a cueillit en plein vol et pour lequel il ferait n'importe quoi.
Page après page, la plume de l'auteur vous entraîne dans un tourbillon d'actions, de réflexions, d'infiltration, le tout englobé dans un cocon d'amour, un amour sincère et fort, un amour aussi charnel que passionnel. Quelques traits d'humour viennent alléger parfois un récit assez émouvant.
L'amour et les yakuzas se réunissent donc pour vous donner un récit dynamique, sans temps mort, avec des révélations et des vérités qui vont bouleverser nos deux hommes.
Non seulement Hajime trouvera l'amour, mais il découvrira ce que le mot famille veut dire.
Certains passages du récit sont assez émouvants, et m'ont émue.
Ce que j'ai apprécié aussi, c'est que nous retrouvons ici Jun et Camille, toujours égaux à eux-même, et toujours mes chouchous. Ils seront d'une grande aide pour Hajime et pour Atsuji, que ce soit dans les affaires yakuzas ou pour leur affaire de cœur, de couple.
Bref, un récit passionnant, addictif, avec des personnages qui mêlent habilement force et sensibilité. L'auteur a réussi encore une fois à m'embarquer avec lui dans son univers, qui décidément me plait de plus en plus. Des personnages travaillés, avec du caractère et de la sensibilité, au cœur d'une histoire parsemée d'actions, d'émotion, de danger, et bien évidemment, cimentée par ce sentiment unique, le plus beau et le plus doux au monde : l'amour.

Dans la deuxième partie de cette duologie, nous découvrons l'histoire de Jirô, le demi-frère de Hajime. Hajime et lui n'ont jamais eu d'affinité car opposés par leur éducation et le milieu dans lequel chacun a évolué. Cependant, suite à l'histoire d'Hajime et le tournant qu'a pris sa vie, ces deux-là ont appris à se connaitre, à se découvrir, et Jirô a mûri dans le bon sens du terme, surtout grâce à Atsuji, dont il se sent proche.
Dans cette partie de vie de Jirô, l'auteur a joué avec nos nerfs et notre cœur, car c'est une partie de cache-cache qui se forme entre Jirô et Wataru, le meilleur ami de Hajime. Une partie de jeu du chat et de la souris, un je t'aime moi non plus. 
Entre Jirô et Wataru, après une nuit d'amour et d'alcool, c'est l'incompréhension totale entre ces deux hommes, l'un ne se souvenant pas exactement de cette nuit faite de promesses. Puis, au moment où tout semble se démêler, c'est un autre drame qui surgit, et nos deux hommes se retrouvent encore avec le cœur blessé.
Je ne vais pas trop vous en raconter, mais sachez que cette histoire est un condensé d'émotions, de tensions, de doutes, de tristesse, d'espoir et de passion. Une histoire d'amour difficile, où chacun devra se battre émotionnellement pour tenir le coup, pour continuer à croire et enfin pouvoir être heureux.
Hajime tient bien son rôle dans ce récit et se montre égoïste envers son demi-frère, pour des raisons purement jalouses, ce que lui fera comprendre Atsuji. Il fera autant souffrir Jirô que Wataru, son meilleur ami. Pris de remords, vous verrez une scène très émouvante entre Hajime et Jirô, mais aussi par la suite avec Wataru.
Jirô et Wataru sont deux personnages au cœur tendre, si l'un est réservé et timide, il prend en confiance et réussit à s'affirmer grâce à cet amour qu'il souhaite retrouver, pour l'autre, plus expressif et démonstratif, l'attendrissement l'envahi irrémédiablement, son amour est déterminé et largement mûri.
Bref, une histoire pleine d’amour, de réflexions. La plume de l'auteur, ici, est plus en émotions, plus douce, tout en tendresse, elle nous entraîne dans un tourbillon assez fort de sentiments qui font le yoyo, qui nous serre le cœur autant qu'il nous le réchauffe. Un amour torturé, un amour malmené, un amour sincère, un amour fort...une promesse.

Au final, je dirai que cette duologie est très complémentaire et nous apporte du coup une vue d'ensemble sur l'histoire du clan Fujiwara, et surtout sur le père de Hajime et Jirô, un père au final assez troublant et énigmatique dans ses comportements et réactions. Deux histoires d'amour complètement différentes mais toutes aussi intenses et belles, des scènes de sexe explicites, sexy et langoureuses. Un récit bourré d'action, avec du rythme et parfois plus de lenteur dans les moments plus émouvants, dans les moments d'intimités, et d'amour.

Je vous conseille cette duologie qui vous entraînera dans un récit passionnant, où beaucoup de choses se passent, beaucoup de révélations, un récit où les personnages sont bien complets, bien décrits, avec chacun leur caractère propre, complémentaire, et surtout avec un sentiment omniprésent qui les relient : l'amour.
L'écriture de l'auteur vous procure autant de sensations fortes que d'émotion, et pour cela, je lui dis merci.

La couverture du roman est plus que splendide, les couleurs superbes, et représente le clan Fujiwara à la perfection. Bravo.


jeudi 24 mars 2016

Chronique de "Journal d'une booty girl" de Rose Darcy

♥♥♥♥♥/5




Auteur : Rose Darcy
Editeur : Sharon Kena
Sortie : 22 mars 2016

Service Presse Team Pinkie

Résumé :
No n’a jamais cherché le prince charmant. Pourtant, elle l’a trouvé !
Quand son amour de jeunesse est revenu dans sa vie de célibataire mouvementée, la jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’il la chamboule à ce point ! Aujourd’hui, Greg lui apprend à changer son regard sur elle, à comprendre qu’elle est fabuleuse, et pas seulement chiante. Mais l’amour qu’ils se portent tous les deux lui permettra-t-il de surmonter ses craintes, ses complexes et toutes ces idées brouillonnes qui tournent dans sa tête ?
Passer de « seule et fière de l’être » à « je suis ta moitié » en moins de six mois a de quoi vous perturber, et No n’échappe pas à la règle. Entourée de ses morues adorées, d’un ban de maquereaux, de garces frigides et de son homme, la jeune femme va devoir prendre une décision : se donner une chance de laisser son passé et ses angoisses derrière elle, ou s’enfermer dans la peau d’une fille qu’elle n’est pas vraiment.
L’amour balaie tout sur son passage. L’amour vous construit, vous reconstruit. L’amour vous rend forte, belle, courageuse… Si on le laisse faire…


*** MON AVIS ***

Dans ce roman nous faisons la connaissance de No, jeune femme fraîche, pétillante, entourée de quatre amies, les meilleures, celles à qui on raconte tout, ou presque, celles qui sont là dans les bons comme les mauvais moments. No retrouve Greg, son amour de jeunesse jamais oublié, son amour qui l'a fortement blessé également, tout en laissant une trace indélébile au fond de son cœur.

Ses deux là sont donc en couple. Au fil de l'histoire, ils évoluent, commencent à construire quelque chose. Ils grandissent aussi, et chacun des couples construit son futur. Il y aura des hauts, des bas, des disputes, du sexe torride et langoureux, des confidences, des larmes. Une belle tranche de vie et de jeunesse qui grandit.

Ce roman m'a fait rire, beaucoup rire, car No est vraiment une femme extraordinaire. Elle a toujours le bon mot, ou la phrase qui tut, au bon moment, mais sa langue bien pendue sort parfois certaines paroles que son cerveau ne lui dicte pas, ce qui la confronte à certaines situations quelques peu embarrassantes. Avec Greg, sur ce point, ils se sont bien trouvés, et se complètent à merveille, car Greg est un homme aussi fou que sa dulcinée. Cependant, nous dénotons chez Greg un caractère plus posé, plus sûr de lui. Il est très amoureux de sa No, prévenant, à l'écoute.
Avec leurs amis, nous sentons une alchimie certaine, c'est une vraie bande de potes. Et bien que ce soit des personnages secondaires, ils ont une place aussi importante que nos deux protagonistes dans ce récit.

Pour No, l'amour que lui porte Greg la rend aussi heureuse que fragile, et ce, même si Greg l'aime de tout son cœur, même s'il est là à ses côtés pour l'aider, la soutenir, pour l'écouter, la rassurer. En effet, si l'amour de Greg est intense et sincère, cela rend vulnérable No et surtout, ce sentiment d'amour fait ressortir en elle tous ses complexes, tous ses doutes, tout le désamour qu'elle a d'elle-même. Greg casse petit à petit toutes les barrières qu'elle a construite autour d'elle au fil des années pour se barricader de son sentiment de dévalorisation. No reste sensible et fragile à la fois, et sous ses airs de femme légère, elle est délicate et incertaine.

La plume de Rose Darcy est fluide, fraîche, pétillante. Elle arrive à distiller dans ce roman autant de sentiments drôles et joyeux que de sentiments dures et tristes. Une frivolité pour une réalité. Certains mots exprimés par No sont d'une telle intensité envers elle-même que parfois j'en ai eu la larme à l’œil, autant que je l'ai eu dans les situations et les réparties plus comiques. 
No reste une femme proche de notre réalité, une femme en laquelle nous pouvons toutes nous retrouver, par ses réflexions, ses complexes, sa volonté involontaire de se détruire moralement et de détruire ce que Greg lui apporte et lui procure, ce bonheur et cet amour inespéré. 
Je dois vous dire que la fin du roman m'a complètement et littéralement scotché tant les événements se sont enchaînés sans que je ne les vois venir. Mon hilarité a vite cessée pour laisser place à un vide et une certitude, celle que cela devait arriver.

Bref, un excellent moment de lecture, où les choses de la vie sont assez réalistes, où No est assez réaliste, où Greg est parfait, aimant, drôle, où l'amour essaie de s'apprivoiser, de se construire, de se rassurer, de panser les blessures du passé, toujours présentes. Des émotions à foison, de la plus marrante à la plus émouvante. Un roman qui se veut léger, mais qui sous couvert d'hilarité nous montre toutes les difficultés d'une femme face à ses complexes et son manque de confiance en soi, et que ce sentiment peut vous amener à vous détruire vous-même, lentement, malgré tout l'amour que vous pouvez recevoir.

Alors je n'ai qu'une chose à dire : j'ai hâte de retrouver No, Greg et leurs amis dans le prochain tome.

Merci pour cette belle lecture.



mardi 22 mars 2016

Chronique de "Roland est mort" de Nicolas Robin

*** COUP DE CŒUR ***





Auteur : Nicolas Robin
ÉditeurAnne Carrière
Sortie : 17 mars 2016


~ RÉSUMÉ ~
Roland est mort. Les sapeurs pompiers l'ont retrouvé la tête dans la gamelle du chien. Ils viennent enlever le corps et se débarrassent du caniche en le confiant à son voisin de palier, un homme proche de la quarantaine, au chômage, très seul.
Roland est mort depuis une semaine. Son voisin ne le connaissait pas vraiment, mais il aurait dû s’en douter : il n’entendait plus les chansons de Mireille Mathieu, derrière le mur.
Il écope du chien puis de l'urne contenant les cendres du défunt. Que faire de ce lourd héritage chargé de poils et de céramique ?
Le voisin va tout tenter pour s'en débarrasser, mais en a-t-il vraiment envie ?



~ MA CHRONIQUE ~

Un excellent coup de cœur pour ce nouveau roman de Nicolas Robin, un roman qui a du mordant, qui est passionnant, une écriture qui a du chien, qui est juste, fluide, percutante et pleine de bon sens.

Roland est mort et il vient envahir la vie de son voisin, tout d'abord par son chien, puis par sa présence...poussiéreuse. Page après page, nous suivons cet homme, ce voisin, dont la vie n'est pas vraiment au beau fixe et dont le cœur vient d'être laminé par une seule phrase : "Je ne t'aime plus", un homme un peu blasé, dépité, plein de mélancolie.

Quand le chien de Roland vient pénétrer son espace personnel, commence alors une réflexion intense sur comment s'en débarrasser, car après tout, le Roland, il ne le connaissait pas, n'avait aucun contact avec, si ce n'est les nuisances sonores de Mireille Mathieu imposées à ses oreilles par cloisons interposées. Puis, après le chien, vient Roland lui-même, dans une urne au goût douteux.

Au fil de ma lecture, je me suis laissée charmer par cet homme qui usera de tous les moyens, plus ou moins tordus sortis de son esprit, pour s'alléger de son encombrant voisin et de son chien. Nous pénétrons alors la vie intime de ce voisin, ses films pornos, ses relations avec sa famille, ses pensées personnelles qui sont tantôt loufoques, tantôt réalistes. Si nous le pensons spécial et atypique, c'est un homme blessé par la vie et qui a perdu confiance en lui que nous trouvons. 
Cette quête du débarras qu'il mènera va le faire avancer, prendre conscience de certaines choses de la vie, il va se pencher sur le cas de Roland et de ce chien, qui le colle. Sous couvert d'humour et de sarcasme, ce roman dévoile de vraies questions existentielles, de vrais problèmes de solitude, mais aussi une belle tranche de vie pour ce voisin, si humain dans ses réactions, qui verra sa vie bouleversée par ce Roland qui lui tombe dessus comme la foudre, par ce chien qui lui fera les yeux doux, par une rencontre aussi spéciale qu'étrange. 

Je ne peux pas trop vous en raconter, car c'est une histoire qui se lit, qui se vit. Une histoire où arrivé à la dernière page, et bien, vous en voulez encore, juste un petit peu, pour sourire, pour épauler ce voisin si attachant, si bluffant.

La plume de Nicolas Robin est efficace sur moi, un vrai baume pour le cœur. Une plume qui allie force et humour, émotion et décadence, sensibilité et rudesse. 
Les mots utilisés par Nicolas Robin sont si vrais, si natures, sans fioriture et sans chichi, que cela impact encore plus la force du récit. 
Une écriture incisive et efficace qui vous transmet des émotions en pagaille, de la plus futile à la plus touchante.

Bref, je vous conseille cette lecture, qui sort des sentiers battus, originale, et très très addictive. Un roman avec un humour certain, à la limite du douteux, mais toujours très direct, très humain, et d'une sensibilité écrasante.

Et encore merci à Nicolas Robin pour son précieux cadeau.




samedi 19 mars 2016

Chronique de "Valentine's Day à Ferin - La Garde" de Faith Kean

♥♥♥♥♥/5 *** COUP DE CŒUR ***



Auteur : Faith Kean
Editeur : MxM Bookmark
Sortie : 14 février 2016

Résumé :
Bonus prenant place dans l'univers des Chroniques de Ren, de Faith Kean. La lecture de Prisonnier est conseillée pour se familiariser avec l'univers et les personnages.


*** MON AVIS ***

Deux excellents bonus qui m'ont procuré un véritable bonheur tant je suis amoureuse des personnages de Ren et Ryhad. Un vrai coup de cœur pour ses deux hommes à la langue bien pendue, chacun avec leur style.

Dans "Valentine's Day à Ferin", nous retrouvons nos deux héros dans une passe difficile de leur couple où les questions fusent. Mais lorsque ces deux-là se retrouvent et s'expliquent, c'est un déferlement de sentiments forts et puissants, un baume au cœur, un éclair dans les yeux, une chaleur qui vient vous envahir tout entier, tellement leurs conversations sont sincères, belles, et leur amour si puissant, inconditionnel. Leurs échanges charnels sont d'une beauté à couper le souffle, et nous entraîne dans une vague de sensualité exceptionnelle.

Encore une fois la plume de Faith Kean m'a conquise, et je dois dire que Ren et Ryhad sont vraiment des amours, tant au niveau caractériel qu'émotionnel. Ren est un mélange d'audace et de pudeur, un contraste que j'apprécie chez lui. Ryhad est juste parfait, taquin, osé et sans pudeur dans ses envies charnelles avec Ren, c'est aussi un homme doux, protecteur et très fidèle.

L'écriture douce, fluide et précise de l'auteur vous plonge dans une spirale teintée d'humour, de mordant, d'érotisme et de douceur : un cocktail juste parfait pour moi.

Dans "La Garde", nous retrouvons Ren et son côté buté, n'acceptant encore pas tout a fait sa nouvelle condition de Consort et les avantages et obligations qui vont avec. S'engage alors une joute verbale des plus succulente entre Ren et Ryhad, ce qui finira par les mener dans une danse charnelle, créative et intense de leurs corps : un fantasme assouvi pour l'un qui nous fait rougir et transpirer ! Et un fantasme avoué pour l'autre, qui nous rend toute chose devant cette confession faite avec pudeur et un petit côté mutin ;-)

Bref, deux bonus vraiment merveilleux qui nous montre chacun à leur façon une autre facette de nos héros, un morceau de leur vie à deux à Ferin, mais aussi tout l'amour, la confiance et le respect qu'ils se portent. 
L'écriture est un délicieux mélange de douceur, de réparties pleines d'humour, d'entêtement et de sublimes dialogues prouvant leur amour intense, qui jour après jour, pas à pas, se construit indubitablement et se renforce infiniment.

Un vrai bonheur que d'avoir pu retrouver Ren et Ryhad dans ses deux nouvelles exquises : merci Faith Kean.


vendredi 18 mars 2016

Chronique : "Sanglante Obscurité - Tome 1 : La prophétie de la lumière"





Auteur : Johan Fournier
Éditeur : auto-édition
Sortie : 4 mars 2016 / Réédition avec nouvelle couverture août 2017

Service Presse Auteur

~ RÉSUMÉ ~

Ethan n’a pas eu une vie facile. La perte de sa mère à sept ans, puis de son père quatre ans plus tard, ont détruit son enfance. Orphelin, ballotté de foyer en foyer, malheureux et rejeté, il a appris à se débrouiller tout seul. À l’âge des premiers émois, il retrouvera le sourire et l’espoir grâce à Élias qui va l’aimer d’une façon sincère et intense durant deux années. Malheureusement, à nouveau, le sort s’acharne contre lui et il perd tragiquement Élias dans un kidnapping inexpliqué. Ethan ne se remettra jamais de cette disparition. Depuis cet événement traumatisant, il n’a plus su ouvrir son cœur à qui que ce soit. Seules les rencontres fortuites d’un soir lui ont apporté un peu de distractions passagères. Le soir de son vingt-huitième anniversaire, Ethan est seul pour le fêter. Désœuvré, il se rend dans un bar gay afin de trouver cette compagnie dont il a tant besoin. Mais cette nuit-là va tout changer. Une étrange rencontre bouleverse son existence humaine et lui ouvre les portes vers un monde surnaturel. Cependant Ethan est bien loin de découvrir jusqu’où cette aventure inimaginable l’emportera.


~ MA CHRONIQUE ~

Un très bon premier tome qui pose les bases de cette saga.

Nous faisons la connaissance d'Ethan, jeune homme à l'aube de la trentaine, un peu perdu, à la dérive, qui reste marqué par des événements traumatisants et dont l'abandon dans des coups d'un soir ne suffisent pas à le faire oublier. Il est devenu complètement hermétique à l'amour et n'a pas vraiment d'ami. Il est un peu devenu un électron libre. Un soir de déprime, celui de son anniversaire, ses paroles malheureuses vont le propulser dans un nouveau monde, totalement inconnu, mais dont la nouveauté ne lui fait pas peur. Il se sent soudain plein de puissance, fort, et cette énergie qu'il ressent, ce changement, il va s'en servir pour assouvir son manque, sa solitude, son grand amour...dans un bain sanglant.

Puis, une révélation va déclencher chez lui un but, un espoir inespéré, mais va surtout le remettre sur le droit chemin. En plongeant inopinément dans ce monde surnaturel, il n'aurait jamais imaginé que sa vie en serait totalement bouleversée, mais surtout, que son vœux, son souhait le plus cher puisse enfin se réaliser.

Au court de son périple pour retrouver l'être tant aimé, Ethan se fera des amis, de très bons amis dont j'ai adoré la personnalité. Son aventure est parsemée d’embûches, de défis, de dangers et de belles complicités, choses à laquelle il n'avait jamais goutté.

L'auteur a su avec brio m'emporter dans cette histoire, une histoire addictive, passionnante. Ce premier tome est une belle entrée en matière, car le décor est planté, les personnages présentés, l'enjeu nommé. Les descriptions sont parfaites, sans trop en faire, juste ce qu'il faut pour avoir l'impression d'être aux côtés d'Ethan et de découvrir en même temps que lui toutes les créatures dont le monde recèle et dont il ignorait tout.

L'écriture, douce, fluide, incisive, m'a procurée pas mal de sensations, qui sont allées crescendo au fur et à mesure de ma lecture. J'ai apprécié le personnage d'Ethan, un homme libre, libre de penser, de dire ce qu'il veut, mais par dessus tout, j'ai aimé son évolution : de torturé, désœuvré, malheureux, il devient fort, déterminé, plein d'espoir, et surtout, il est guidé par le plus merveilleux sentiment du monde : l'amour. L'amour qu'il porte pour cet homme qui a marqué sa vie, pour cet homme dont le souvenir ne le quitte pas, pour cet homme qui est gravé dans son cœur, et pour cet homme, pour Élias, il fera tout, tout pour le sauver, le retrouver, le protéger.

En bref, j'ai aimé cette lecture, assez originale, bien écrite, bien décrite. Un monde où toutes les créatures se mélangent, avec chacune son rôle défini. 

J'ai été émue par Ethan, par sa détresse, ses regrets, ses espoirs, j'ai été admirative de sa force, sa conviction, et surtout la fidélité pour son amour Élias, fidélité dans son cœur, fidélité à son âme. Ethan m'a fait rire aussi par ses répliques, ses "bêtises". Les personnages secondaires sont tous intéressants et apportent vraiment un plus à cette histoire, pour nous faire comprendre ce monde si particulier, ses codes et ses rituels. 

La construction du roman est parfaite, bien structurée, dans un monde emplit de magie, de sortilèges, de crocs, et vous entraîne sur un chemin mêlant émotions et actions, le tout ponctué d'humour à la Ethan.

La fin du récit est assez bouleversante et m'a beaucoup émue, vous verrez pourquoi.

La couverture du livre (première version), superbe, a toute son importance, et représente juste parfaitement cette quête menée de page en page.

Maintenant, je suis assez pressée de découvrir la suite pour voir l’évolution de tout ce petit monde et en particulier Ethan et Élias, car pour eux, ce n'est que le début.




dimanche 13 mars 2016

CONCOURS SPECIAL JEREMY HENRY

*** CONCOURS ***

Bonjour,

Voici un concours spécial Jeremy Henry, pour la sortie de son roman "Les liens du sang" le 26 mars 2016.

J'ai décidé de faire ce concours car le 26 mars est aussi pour moi une date spéciale : en effet, c'est également le jour de mon anniversaire !

Avec la générosité de Jeremy, je vous propose trois lots à gagner. Vous trouverez les photos ci-dessous.

Les conditions du concours sont les suivantes :

* Concours du 13 mars 2016 au 26 mars 2016 minuit
* Aimez la page Facebook du blog Mateiva : lien
* Aimez la page Facebook de Jeremy Henry : lien
* Laissez un commentaire sous ce post, avec votre nom
* Vous ne pouvez pas choisir pour quel lot vous jouez
* Concours ouvert à tout le monde

Voilà, je crois que c'est tout bon.

Bonne chance.

Les résultats seront dévoilés à partir du 27 mars, jour de Pâques.

Merci de bien respecter toutes les conditions, sous peine de voir votre participation annulée.

Mélanie





Popular Posts

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"

Auteur : Jacinthe Canet Éditeur : autoédition Date de sortie : juillet 2019 ~ RESUME ~ Chère Licorne-journal, on dit que « ...

 
Mateiva Passion Lecture Blogger Template by Ipietoon Blogger Template