dimanche 22 avril 2018

Chronique : "Le ciel est à nous"

*** COUP DE CŒUR ***


Auteur : Luke Allnutt
Éditeur : Cherche-Midi
Date de sortie : 15 mars 2018

Masse Critique Spéciale Babelio

~ RÉSUMÉ ~
Rob Coates vit en Cornouailles et partage son existence solitaire entre l'alcool et les aventures d'un soir. La brume ne se lève que lors de ses promenades aux airs de pèlerinages : Rob retourne sur les lieux où il a emmené son jeune fils Jack. Il prend alors des photos panoramiques qu'il poste sur son site, baptisé " Le ciel est à nous ". Derrière ces rares moments de grâce se dévoile, par instantanés, ce que cache la détresse de Rob : l'amour avec Anna, son ex-femme, la réussite professionnelle, un fils chéri, leur complicité partagée. Et puis le drame, et un champ de ruines. 
Rob fait de son mieux pour se détruire à petit feu, mais une découverte va le forcer à se remettre en question. Il lui faudra revenir aux sources de sa peine et projeter une lumière nouvelle sur son histoire. 
Au-delà du chagrin et de la culpabilité, pourra-t-il trouver la paix et se réconcilier avec le monde ?


~ MA CHRONIQUE ~

Un roman complètement bouleversant qui nous montre toute la détresse d'un homme face à l'inacceptable, toute la folie et tout le désespoir où cela peut mener.

Page après page, nous découvrons l'histoire de Rob, un homme comme les autres, qui construira sa vie et sa famille. Nous apprenons à connaître, avec ses yeux, sa femme Anna, sa force, ses faiblesses qu'elle dissimule. Nous lisons leur rencontre et tout ce qui s'ensuit jusqu'au mot famille. Leur petit garçon, Jack, est juste merveilleux.
Puis, quand le drame survient, nous restons sans voix, juste avec nos larmes comme seule vérité.

J'ai été très touchée par ce texte car c'est une histoire qui peut arriver à chacun de nous. L'auteur démontre ici toutes les pensées et les actes qu'un être humain peut avoir, peut accomplir, comme seul rempart à l’inacceptable, au tsunami qui vous emporte, impuissant, très loin.

Chaque phase que ressent Rob face à ce drame est expliquée très clairement, nous embarquant avec lui dans sa quête de l'espoir, de l'impossible.
Des décisions pas toujours très judicieuses, mais si porteuses d'espoir, si aveuglantes face à la logique, nous submergent et nous font de la peine pour Rob, pour son déni pourtant si clair, si évident.

J'ai aimé le personnage d'Anna. Femme d'apparence si froide. Grâce aux yeux de Rob, nous découvrons qu'il n'en est rien. Une femme courageuse, réaliste, même si la situation, l'évidence, lui brise le cœur et l'âme.

Je n'ai pas envie de vous en dire plus sur ce roman car franchement, avec ce haut niveau de texte et cette réalité si palpable, et bien il faut le lire, le lire et le ressentir, s'engouffrer dedans les yeux fermés et s'envoler si haut que votre cœur aura du mal à suivre.
Je vous jure, ce roman est terriblement poignant... et si injuste ! Mais voilà, c'est la vie, la vie qui peut parfois se montrer une véritable *biiip*, bon, vous m'avez comprise, je ne vais pas me montrer vulgaire ici.

Le récit est construit de manière intelligente. Les descriptions des paysages sont extraordinairement réalistes et nous donne l'impression de nous y trouver.
Chaque personnage a son identité propre et son rôle à jouer.
Certains vous surprendrons, d'autres vous décevrons.

La plume de l'auteur est un véritable plaisir. C'est beau, c'est dur, c'est magnifique.
Avec des mots simples, communs, il réussit à nous faire ressentir une vive émotion, terrible, forte, intense.
Des sentiments si réels, si vrais. C'est décrit d'une façon naturelle, vivante, vibrante.

En bref, un beaucoup coup de cœur pour ce roman bouleversant. Magnifique. Poignant. D'un réalisme déchirant. 
Des bribes de poésie et de détresse pour nous faire ressentir toute la douleur de Rob, de Jack, d'Anna, leurs réactions propres face au destin.
LE CIEL EST A NOUS : un titre parfait pour un sublime entremêlement au texte.

A lire absolument !



 

vendredi 13 avril 2018

Chronique : "Jalouse"

*** BLUFFANT ***


Auteur : Matthieu Biasotto
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : 13 avril 2018

Service Presse Auteur


~ RÉSUMÉ ~
Manque de confiance en elle, aucune confiance en lui. De toute évidence, Noémie est jalouse. Pas de chance, Samuel plaît aux femmes. Un photographe doué quand il s’agit de sublimer des créatures de rêve. 
Si Noémie est aussi méfiante que vigilante, c’est qu’elle est échaudée. Il y a de quoi l’être quand on vit avec un menteur qui a tout gâché entre les cuisses d’une autre. Le genre d’erreur qu’on efface difficilement et dont on ne se remet pas vraiment. 
Par amour, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, elle tente pourtant de composer avec cette humiliation et de se reconstruire en instaurant de nouvelles règles. Un an après l’impardonnable, lorsqu’elle tombe sur le second téléphone de son petit ami volage, tout bascule. Ce mystérieux mobile cache des choses. 
Le doute devient une certitude. Entre peur légitime et névrose, la frontière disparaît. Trahison, non-dits et manipulation : déjà vu, déjà vécu tout ça. Hantée par des images qui laissent des traces, par des mensonges avérés ou passés sous silence, elle cherche à lever le voile sur la vérité. Le genre de vérité qui change une femme à jamais. Est-ce qu’elle pourra seulement l’accepter ?


~ MA CHRONIQUE ~

J'ai adoré ! Avec ce roman l'auteur nous plonge en plein tourment affectif, un voyage entre le folie et la détresse, un plongeon au cœur d'une âme blessée, bafouée... tout simplement d'une femme trompée.

Page après page, c'est toute une palette de nuances que nous offre l'auteur, un mélange et entremêlement de douleur, de doute, de suppositions.
Noémie, héroïne de ce récit, possède une personnalité et un caractère aussi explosif que doux, passionné. C'est une femme trompée qui en voulant pardonner et ne plus douter perpétuellement, fini par se perdre elle-même.
L'histoire est menée tambour battant.
Samuel, le compagnon de Noémie, reste énigmatique jusqu'au mot fin. Il nous donne du fil à retordre avec son comportement, ses double-sens, ses silences. Des secrets qu'il s'impose qui, sans le vouloir, peuvent pousser à l'irréparable, à la faute. C'est un homme qui surprend, qui intrigue.

A chaque chapitre l'auteur nous malmène, nous torture l'esprit, tout comme avec son héroïne. Aucun répit ne nous est laissé. Une situation positive, un instant doux et hop, aussi sec, nous sautons à pieds joints dans le tourment, le questionnement, la colère, la crise. Les rebondissements s’enchaînent à une vitesse folle, nous donnant l'impression d'un tambourinement de cœur perpétuel.

Les personnages secondaires sont autant de pions que de personnes indispensables. Ils tendent à créer cette ambiguïté où vous avez l'impression d'être totalement fou, à côté de la plaque, d'être seule au monde avec votre détresse et votre cerveau qui carbure plein régime, à l'imagination la plus excentrique.

J'ai aimé la facon dont l'auteur a su développer chez son héroïne les différentes phases de sa jalousie, nous montrer comment son obsession peut gâcher la vie, sa vie... tout briser au lieu de tout réparer.
L'histoire est bien structurée, du début à la fin. Il y a du rythme, de l'action, des cris, des pleurs et beaucoup d'amour.
Un récit très cohérent, très réaliste et qui donne à réfléchir.

Encore une fois la plume de l'auteur m'a bluffée. Elle est percutante, franche, affûtée.
Une plume qui vous embarque avec elle, vous plonge au sens le plus profond des mots, des émotions. Et des émotions, croyez-moi, vous allez en ressentir, les toucher du bout des doigts : des fortes, des violentes, des douces, des sensuelles, des amères... un yoyo de pleurs et de petits bonheurs.
Et avec ce texte, et bien j'ai découvert un autre aspect, ou une nouvelle facette, au choix, de la plume de Matthieu Biasotto : un style poétique ! Avec parcimonie, de-ci, de-là, il nous pose cette poésie délicatement, sans bruit, cette poésie des mots, et cela finit de vous embarquer complètement pour vous faire chavirer indéniablement. Un petit coté lyrique qui fait grimper encore d'un cran cette plume déjà si expressive.

Un roman différent de ce que l'auteur a fait jusqu'à présent et je peux vous dire que c'est une réussite. Les dialogues sont bons, la narration excellente, les personnages exquis à souhait,  tourmentés, passionnés, mystérieux, leur psychologie fascinante, et surtout un texte qui vous tient en haleine jusqu'au bout, un récit qui vous donne l'impression de vivre avec Noémie ce que elle, elle vit, ressent et pense.
Et cette fin ! Mon Dieu, cette fin... sublime... et ce petit mot personnel de l'auteur... encore plus magnifique.

La jalousie... un monde infini de possibilités, d'imagination, un terrain de jeu psychologique indéfini.
La jalousie... un sentiment aussi humain qu'animal (ce que peut paraître devenir Noémie parfois) et qui vous apporte autant de bien que de mal.

Mention spéciale pour la couverture : coup de cœur pour moi.

En bref, JALOUSE est un roman que j'ai adoré, qui m'a procurée autant de piqûres au cœur que de bonheur à l'âme. Un récit traité avec talent par Matthieu Biasotto, qui, par ses mots et son savoir-faire en suspens, nous transporte totalement dans la folie "Noémie".
A lire pour tout découvrir de ce sentiment parfois destructeur et pour vivre pleinement cette incursion dans le cœur meurtri d'une femme trahie.




samedi 7 avril 2018

Chronique : "Le club des feignasses"

*** COUP DE CŒUR ***


Auteur : Gavin's Clemente-Ruiz
Éditeur : Mazarine
Date de sortie : 28 mars 2018

~ RÉSUMÉ ~
Que faire ?
* Si vous avez un jour appris une terrible nouvelle et décidez d’aller manger une côte de bœuf pour fêter ça,
* Si vous avez envie d’être aux côtés de personnes que vous aimez quand vous en avez besoin,
* Si vous avez toujours rêvé de retrouver l’amoureux de votre jeunesse,
* Si vous voulez chanter (faux) sans qu’on vous regarde de travers,
* Si vous avez un jour fait partie d’un club de plage, et que l’envie vous revient 50 ans plus tard :
rejoignez le Club des Feignasses !
Rien ne prédisposait Béa, Alice, Sam, Greg et Elisabeth à se rencontrer. Pourtant, ces amoureux et cabossés de la vie, membres d’un club aussi curieux que chaleureux, apprennent vite à se connaître avec leurs failles, leurs richesses et leurs secrets.


~ MA CHRONIQUE ~

Un roman coup de cœur tout simplement.
Dès le premier chapitre, j'ai eu un coup à l'âme car la chute de celui-ci est tout simplement : whaou ! Cela donne le ton de suite et j'en ai été bien... soufflée !

Page après page, nous faisons connaissance avec Béa, Elisabeth, Alice, Sam et Greg. Ces personnages, que rien ne prédestinait à se rencontrer, font la force de ce texte. Ils sont vrais, authentiques, touchants. Ils pourraient être vous, moi.
Chacun, avec sa personnalité propre, va apporter son lot d'émotions, de surprises.
Malgré leur tranche d'âge décalée, ils vont se compléter, se soutenir, se procurer cette force et ce courage dont ils ont besoin, une bouffée d'oxygène, et surtout, au contact des uns et des autres, ils vont blablater comme un véritable sérum de vérité, se confiant des choses jamais dites.

Ce club des feignasses, tout aussi original dans son titre que dans sa légitimité, vous apporte un regard différent sur la vie, des réflexions sur ce qui est important, sur soi. C'est un voyage extraordinaire qui nous transporte du rire aux larmes, de l'étonnement à la compassion.

Il est très difficile de vous parler de ce roman sans en divulguer son sujet principal. Je ne peux que vous avouer que j'ai adoré ce texte, qu'il m'a fait vibrer, trembler, rire, sourire, émue et pleurer.
Chaque personnage, dans sa facon d'être, dans ses faiblesses comme dans sa force, a su toucher ma corde sensible, a su dégager un charisme éblouissant.
Certains instants de confessions, d'amer vérité, sont tout autant de lames que vous recevez en plein cœur, car je pense qu'à la lecture de cette histoire, nous pouvons chacun se reconnaître, même juste un petit bout, dans ces personnages si réalistes, que l'auteur nous présente et nous raconte.

Nous sentons que l'auteur a mit tout son cœur à créer ses personnages, à les faire vivre, à leur donner une âme. Car oui, c'est ce que j'ai ressenti. Béa, Elisabeth, Alice, Sam et Greg ont une âme, un cœur, un souffle, que nous pouvons sentir et presque toucher du bout du doigt, à travers les lignes, à travers l'encre qui noircie les pages blanches de ce roman, de ce bout de vie.

J'ai apprécié les descriptions, les lieux, les paysages, l'atmosphère qui règne tout du long, entre nostalgie, émerveillement, espoir et amour. Ce sentiment de ne pas savoir, d'espérer... d'oser !
Les touches d'humour, l'esprit club de vacances, le grain de folie... tout est un régal et confère au récit une énergie positive, bienfaitrice.

Voilà, je ne vous en dirais pas plus sur ces 5 personnages atypiques et haut en couleurs... mais si réels.

Je vais vous parler maintenant de la plume de l'auteur. Et quelle plume ! Gavin's Clemente-Ruiz a une écriture sensible, fraîche, délicate. Tout défile avec fluidité. Il réussit à nous offrir, car oui, c'est bien un cadeau, pléthore d'émotions. Qu'elles soient comme un coup au cœur ou aussi délicates que la rosée du matin, ces émotions offertes sont justes magnifiques, sincères, honnêtes, sans fioriture, sans chichi. Juste des mots écrit avec le cœur et l'âme et qui provoquent tant chez nous, lecteurs.
Je n'ai pas vraiment les mots adéquates pour vous exprimer mon ressenti sur tout ce que MOI j'ai ressenti. C'était unique.
Des mots simples mais si forts en sens. Des mots justes et si impactant sur le sentiment de nos protagonistes...
De l'humour et de la légèreté entrelacés à la lourdeur et la peur : un cocktail détonnant et délectable.
Et au milieu de tout ceci, de cette folie, de cette aventure, avec sensibilité et délicatesse, il y a l'amour et l'amitié, plus fort que tout. L'amour sous toutes ses formes et l'amitié, celle qui survient par surprise, qui vous happe et vous garde.

En bref, roman coup de cœur et même encore plus que ça. Un véritable hommage (à vous de lire pour savoir pourquoi). Un club particulier, loufoque et unique mais dont il se pourrait bien que chacun d'entre nous fasse parti un jour. Un texte écrit avec force et amour, avec passion et grandeur d'âme, avec humilité et sensibilité.
J'ai tout aimé dans ce livre. Et si à la couverture et au titre, on peut s'attendre à... je ne sais pas trop quoi, en fait, et bien je peux vous certifier que ce n'est certainement pas à ce que vous allez lire !
J'ai été bluffée, j'ai adoré et comme diraient mes enfants : j'ai kiffé !

Tout ça (et si vous êtes arrivés à la fin de ce pavé, je vous en remercie d'ailleurs) pour vous dire que ce roman c'est tout simplement la vie et que j'aimerais bien moi aussi avoir maintenant mon cahier vert, au cas où, car on ne sait jamais...




Chronique : "Comment se comporter comme une personne normale"

*** ORIGINAL ***


Auteur : T.J. Klune
Éditeur : MxM Bookmark
Date de sortie : 11 avril 2018 (achat Livres Paris pour moi - En exclu)

~ RÉSUMÉ ~
Gustavo Tiberius n’est pas normal. Il en est conscient, tout comme le reste des habitants d’Abby, petite ville de l’Oregon. Il lit des encyclopédies chaque soir avant de dormir, a un furet de compagnie qu’il a baptisé Harry S. Truman, possède un vidéoclub où personne ne met les pieds, et ses plus proches amis sont Lottie, une dame dont les cheveux ressemblent à ceux d’une drag-queen, et un trio de vieilles motardes chevauchant de Vespa répondant au nom des "Nous, les trois Reines".
Gus n’est pas normal. Et ça lui va très bien. Tout ce qu’il demande, c’est qu’on le laisse tranquille
Jusqu’au jour où entre dans sa vie Casey, un hipster asexuel défoncé et accessoirement le nouvel employé de chez Lottie’s Lattes. Pour une raison qu’il ne comprend pas, ce dernier pense que Gus est l’être le plus fabuleux sur Terre. Et il se pourrait bien que Gus commence à penser la même chose de Casey, même si celui-ci passe sa vie à poster des photos de sa nourriture sur Instagram.
Mais Gus n’est pas normal et Casey mérite quelqu’un qui l’est. Voulant soudain être ce quelqu’un, Gus sort de sa zone de confort et formule un plan pour devenir la personne la plus normale au monde.
Après tout, qu’est-ce qui pourrait bien clocher ?


~ MA CHRONIQUE ~

Un bon récit qui a su me captiver malgré quelques passages que j'ai trouvé un peu longuet à mon goût.

Page après page, j'ai eu l'impression de planer avec les personnages. D'être dans un univers un peu à part, un univers qui a su m'attendrir autant qu'il a su me faire rire.

Nos héros ici présents sont uniques, rares et hyper attachants, tous autant qu'ils sont.
En premier lieu, grand "héros" de ce roman, celui que nous apprenons à connaitre pour ce qu'il est, pour qui il est, c'est Gustavo Tiberius, autrement dit Gus. C'est une personne qui m'a fait ressentir beaucoup d'émotions, de frissons. Un personnage complètement atypique et totalement craquant. Il m'a touchée avec ses questionnements, ses réparties, ses réactions. C'est une personne, qui au-delà de son "originalité", est très intéressante, intelligente, même si un peu obsolète sur certains sujets, et qui arrive, d'une manière ou d'une autre, à vous apostropher. Ses souvenirs sont d'une extrême douceur et toujours empreints à me mettre la larme à l'oeil.
En second plan, nous faisons connaissance avec Casey, celui par qui la vie de Gus va être irrémédiablement chamboulée.
Casey, jeune homme un peu décalé, avec cette particularité qui peut repousser et cette nonchalance qui vous fait tanguer le cœur.
Puis, nous avons tous les autres personnages. Des personnages qui complètent à merveille nos deux protagonistes, qui les font grandir, réagir. Je les ai tous aimé, sans exception. Ils ont tous ce petit grain de folie qui fait que vous ne pouvez que vous attacher à eux, sourire de leurs paroles et fondre de leur attachement envers Gus et Casey.

Cette histoire, il faut la lire pour en prendre toute la mesure, pour en comprendre le sens profond. Car oui, au-delà du rire que peut nous provoquer certaines situations, il est question de soi, d'être et de paraître. Des questions sur son existence et surtout sur cette envie que l'on a de réussir à se surpasser pour l'être aimé. Mais le plus important au final, et nous le comprenons à notre lecture, c'est d'être soi, tout simplement et de finalement s'accepter comme tel, sans forcement se définir. Car tout ne se défini pas.

Les interactions entre les personnages sont assez jouissives, ce qui donne un certain rythme au texte. La construction du récit est bien organisée, les flash-back bien introduits.
Beaucoup de choses se passe dans le texte, avec une évolution parfaite, un développement crescendo et une émotion qui se délit au fil des mots et des ressentis échangés entre Gus et Casey. Mais aussi avec les autres.

La plume de l'auteur est fluide, parfaite et en totale adéquation avec le récit. Une plume qui sait se faire légère, simple, tout autant qu'elle sait se faire plus riche, plus soutenue, en s'adaptant merveilleusement à nos personnages et aux situations.
Un flot continu de sensations, de sentiments et d'émotions vous envahi à chaque page tournée.

La couverture fut mon coup de cœur. Elle est simple, épurée, efficace : j'adore ! Et surtout, elle s'avère en parfaite osmose avec le roman, tout autant qu'avec le titre. A vous de découvrir pourquoi.

En bref, un très joli bouquin dont l'histoire m'a séduite et dont les personnages m'ont charmée. Beaucoup d'introspection ici, un vrai travail de soi, d'apprentissage, d’acceptation et de découverte, la découverte de l'amour et de cet état amoureux qui vous rend heureux. Le tout dans un ensemble frais, jeune, dynamique, qui saura vous apporter avec perfection la dose d'émotion qui vous chamboule et vous fais frémir.




Popular Posts

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"

Auteur : Jacinthe Canet Éditeur : autoédition Date de sortie : juillet 2019 ~ RESUME ~ Chère Licorne-journal, on dit que « ...

 
Mateiva Passion Lecture Blogger Template by Ipietoon Blogger Template