lundi 10 juin 2019

Chronique : "Le bûcher de Moorea"

*** COUP DE CŒUR ***


Auteur : Patrice Guirao
Éditeur : La Bête Noire / Robert Laffont
Date de sortie : 16 mai 2019


~ RÉSUMÉ ~

Derrière chaque paradis, il y a un enfer. Bienvenue en Polynésie !
Dans le lagon de Moorea, les eaux calmes et bleues bercent quelques voiliers tranquilles. Les cocotiers dansent au vent. Les tiarés exhalent leur parfum. Pourtant, à l'abri de la forêt, des flammes se fraient un chemin vers le ciel. Lilith Tereia, jeune photographe, tourne son appareil vers le bûcher. Devant son objectif, des bras, des jambes, des troncs se consument. Et quatre têtes.
Pour quels dieux peut-on faire aujourd'hui de tels sacrifices ? Avec Maema, journaliste au quotidien de Tahiti, Lilith est happée dans le tourbillon de l'enquête. Les deux vahinés croiseront le chemin d'un homme venu de France chercher une autre vie. Un homme qui tutoie la mort.




~ MA CHRONIQUE ~

Un polar de haut vol, aussi idyllique que glauque. Une histoire mêlant tradition, légende et stupeur.

J'ai adoré me plonger dans ce récit terriblement efficace, terriblement hard, terriblement envoûtant.
A l'horreur des crimes se mélange la douceur de la Polynésie, à l'ignominie commise se mêle la poésie des pensées, à la folie se confond le paradis.

Avec ce roman, Patrice Guirao nous emmène vers des crimes assez sanglants, le tout en plein cœur d'une douceur liée au lieu, à l'environnement, des crimes chargés d'histoire, nous plongeant ainsi dans les légendes, les années passées.

J'ai aimé le personnage de Lilith, à la fois singulier, sauvage. Une jeune femme téméraire, sensible et romantique. En creusant, nous découvrons une Lilith très attachante, secrète, mais surtout une jeune femme combative, à la fois rêveuse et libre.
Les autres personnages sont assez attachants aussi, ils ont tous ce petit quelque chose qui vous marque au cœur, qui vous touche l'âme.
Mention spéciale pour le personnage de Nael : il est complexe à souhait, tordu et très passionnant.

Le suspens est haletant du début à la fin. C'est très palpitant comme récit. Un mélange d'exotisme mêlé à l'odeur du sang : un cocktail parfait !
J'ai aimé cette impression de naviguer dans un contexte paradisiaque et à la fois si réel, parfois brutal.
Ce polar noir azur nous montre en effet les particularités de la vie des insulaires, cette philosophie de vie si différente de la nôtre, cette relation à la nature, aux Dieux, aux ancêtres, le tout en plein cœur de crimes sanglants, oppressants.

J'ai trouvé ce roman très dépaysant, unique en son genre, car la noirceur se fait quelque peu plus claire sous les palmiers ! J'ai aimé cette particularité chez nos personnages, celle-la même qui nous apporte une autre vision de la vie, des choses, une belle philosophie en somme.
Le tout agrémenté de ces crimes si intriguant, si noirs, si rouges. Et cette folie que nous apporte le personnage de Nael, se demandant jusqu’à la dernière page ce qu'il nous réserve et ce qu'il fait, quel lien avec Lilith et les siens.

J'ai trouvé également qu'il y avait un bel hommage aux femmes, pour leur liberté, pourvoir être ce qu'elles souhaitent être, leur force et leur courage, la beauté de leur âme, la force de leurs convictions et de leurs droits. Une belle description de ce côté là.

Un roman où il faut rester bien accroché, du début à la fin. Rester bien concentré pour suivre chaque parcelle de ces personnages dont la vie, le passé, le présent sont des romans à eux seuls.

La plume de l'auteur est un vrai bonheur, elle est percutante, avec des descriptions très crues, ne nous épargnant rien de ces massacres et crimes commis, nous entraînant dans la folie des personnages tout en nous apaisant l'esprit avec des descriptions somptueuses, paradisiaques, avec la poésie des mots, la poésie des lieux, la magie du cadre, la magie des odeurs, des sensations, la jovialité des habitants.
Une plume qui vous apportera énormément d'émotions, bonnes ou mauvaises : âmes sensibles s’abstenir par contre, car l'auteur n’omet aucun détail dans son polar et ce, pour mon plus grand bonheur, nous amenant ainsi au plus proche des coupables, au plus proche de leur intimité, de leurs pensées.

En bref, un coup de cœur pour ce polar noir azur atypique, d'un nouveau genre, vous entraînant au cœur d'une Polynésie aussi belle que cruelle, au cœur d'une île faite de légende, de tradition, d'une philosophie de vie que j'adore. 
Un roman d'une grande justesse dans ses mots, riches de sensations et d'émotions.
Des personnages d'une grande consistance, vous entraînant avec eux dans leur folie, dans leur pensées, leur mode de vie et leur moi le plus intime.
Un roman porté par une plume à la fois poétique et crue. Ici, la carte postale n'est pas égratignée, elle reflète juste une vérité.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Chronique : "Mamma Maria"

 *** COUP DE CŒUR *** Auteure : Serena Giuliano Éditeur  : Cherche Midi Date de sortie : mars 2020 ~ Résumé ~ Un ristretto d'Italie. &...