dimanche 6 octobre 2019

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"


Auteur : Jacinthe Canet
Éditeur : autoédition
Date de sortie : juillet 2019

~ RESUME ~
Chère Licorne-journal, on dit que « 40 is the new 30 » mais je n’en suis pas convaincue. À 30 ans, je vivais avec mes meilleures amies à Bora-Bora, Jaja était toujours parmi nous, je pouvais boire quatre mojitos sans avoir la migraine et je n’avais pas besoin de lunettes pour voir de près.Ce matin, en enfilant péniblement la seule robe noire que je possède et qui ne me va plus depuis que j’ai la digestion difficile, je me disais qu’on est peut-être passées à côté de notre vie.Je ne suis pas sûre d’être prête pour cet enterrement. J’ai la sensation que tout bascule et m’échappe. Peut-être que j’ai Parkinson, aussi ?PS : je crois que ma robe a rétréci, c’est cette nouvelle lessive bio qui bousille toutes mes fringues.PPS : prendre rendez-vous pour vérifier cette histoire de Parkinson.PPS2 : racheter un stylo à paillettes, celui-là vient de rendre l’âme.

~ MA CHRONIQUE ~

C'est le tome de l'excellence ! Mon préféré. Un troisième opus qui nous offre autant de frissons que de fou-rires.

J'ai aimé chaque mot, chaque situation, j'ai adoré le déroulement, l'aboutissement. Ici, Jaja se livre comme jamais, tout comme les trois autres. Elles nous font vivre une aventure pleine de surprises, de peur, un vrai tourbillon émotionnel, de vraies montagnes russes.
C'est drôle, frais, vivant, encore une fois si réaliste...

Dès le début, quelques années après la fin du tome 2, le ton est donné et le boum au cœur vous frappe directement dès la deuxième ligne. Ce troisième tome, c'est une sorte de road-trip où la vérité, l'évidence nous sont dévoilés, où les filles se livrent avec autant de pertinence que de souffrance. C'est vraiment un roman très intense émotionnellement. Les filles m'ont touchées en plein cœur avec cette fragilité qui ressort puissance mille ici.
Et cette Madame GANDUS... cette bonne vieille Madame GANDUS... elle vous réserve une drôle de surprise, tout autant qu'à nos morues. Une surprise qui bouleversera leur vie et qui aura le mérite  de faire ressortir le meilleur de chacune d'elle, de faire remonter à la surface les vraies envies, les vrais sentiments, les vrais regrets, et surtout, qui fera oser des paroles libératrices, des révélations très touchantes, très surprenantes.

J'aime leurs imperfections, leurs doutes. J'ai kiffé leurs rires, leurs pleurs. Car oui, autant de rires que d'émotions ici. C'est un maelstrom de sentiments et de sensations que nous offre l'auteure.
Beaucoup de rebondissements, d'explications ponctuent la fin de cette trilogie. Chaque personnage à son moment et se révèle, d'une manière ou d'une autre. Et si l'amour est au rendez-vous, le plus important pour moi ici fut ce lien d'amitié indéfectible entre les filles, un lien qui se consolide encore plus, qui libère les mots, qui libère les émotions et fait ressortir chez chacune d'entres elles leur part de sensibilité et de fragilité, leur part de doute, de peur puissance mille, et surtout, ce lien nous montre qu'elles seront toujours là l'une pour l'autre, qu'il ne faut pas se perdre en n'osant pas dire les choses et parfois en ne prenant pas forcement la bonne décision.

La plume de l'auteur est toujours aussi fluide, légère, incisive, avec cette teinte parfaite d'émotions, de mots poignants. Une plume plus mature et sacrément prenante.

Le tome de la maturité ? Oui, certainement, mais tout en gardant ce grain de folie qui rend Jaja, Phillis, Jane et Pétra si unique.
Une conclusion à la hauteur de ces quatre filles, qui décidément m'ont marquée à jamais.

En bref, un énorme coup de cœur pour ce dernier tome ! Il est magnifique, génial, drôle, d’une émotion intense et d’une incroyable justesse. J’ai adoré retrouver les filles, leurs délires, leur folie et leur amitié si belle, si précieuse. De belles remises en questions, de beaux moments d’émotion, de très très grands moments de solitude... qui nous offrent des fou rires monumentaux, de l’amour et tant de choses encore. Un roman road-trip pour des retrouvailles phénoménales et un final juste parfait. Nos quatre Bora-Bora’s Bitches sont encore une fois parfaites dans leurs imperfections, vraies, touchantes.... elles sont elles et j’aime. Un tome 3 qui conclu à la perfection leur histoire, même si leur vraie vie commence maintenant.

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 2"


Auteur : Jacinthe Canet
Éditeur : autoédition
Date de sortie : février 2019 (réédition)

~ RESUME ~
Tu pensais être tranquille ? Tu croyais qu'elles coulaient des jours paisibles dans l'anonymat ? Naïf. Philis défraie toujours autant la chronique avec sa chandelle de feu. Jane sauve encore plus de vies. Petra n'est pas sortie des méandres métaphoresques guếtapiques. Jacinthe est plus fan que jamais de Larusso. Quand à Mme Gandus, elle essaie envers et contre tout de les faire virer par le syndic. Accroche-toi à ton string, elles reviennent et ça va swinger dans les chaumières, surtout au 4A.

~ MA CHRONIQUE ~

Un second tome toujours aussi bon. Encore meilleur que le premier.

Un roman toujours aussi drôle, aussi décapant mais avec cette touche d'émotion en plus, beaucoup plus affirmée que dans le tome 1.
Avec ce second opus, nous en apprenons pas mal sur 4B mais aussi sur chacune de nos morues. Elles évoluent sur elles-mêmes et sont plus proches que jamais.

Jaja se dévoile presque totalement et cela fait quelque chose, ça atteint le cœur, pique l'âme. Elle est si douce au fond et si sa carapace se fissure, elle se perd elle-même, ne connaissant pas vraiment ce sentiment, ce destin qu'elle est en train de vivre.
Son histoire avec 4B reste aussi belle et touchante que tumultueuse et impossible.
Les astres ne sont décidément pas avec eux… cependant de beaux instants les réunissent, assez émouvants parfois pour avoir la larmichette au coin de l'œil.

Phillis, Jane et Petra ne sont pas en reste non plus. Elles sont toujours égales à elles-mêmes et nous dévoile également de nouvelles facettes de leur personnalité. Ce sont des filles qui sous leurs airs un peu fou et si fort, cachent toute cette petite part de tendresse et de fragilité qui les caractérise tant au final. Elles sont là les unes pour les autres, toujours, sans restriction, sans contrepartie.

Les méandres de leur vie renforce leur lien si fort. Leurs interactions sont savoureuses, drôles. La légèreté s'entremêle encore une fois à la perfection au sérieux de certains sentiments et certaines situations.

Les personnages secondaires sont encore une fois croustillants, avec un petit nouveau, et Madame GANDUS n'est jamais vraiment bien loin… gardez l'œil ouvert !

Il y a tant de choses à dire encore une fois sur ce roman… le mieux est que vous le lisiez par vous-même. Lire un Bora Bora's Bitches c'est faire la rencontre de quatre femmes formidables, si vraies, si touchantes. C'est marier l'ironie, l'humour et la tendresse. C'est voyager au cœur d'un appartement plein de vie, plein d'émotion, plein de surprises, de fou-rire et de larmes.

J'aime toujours autant le franc-parler des filles, leur simplicité. Elles sont aussi folles qu'attachantes.

La plume de l'auteur s'affirme dans ce second tome nous offrant encore plus d'émotions, de sensations. Une plume plus franche, plus mature tout en restant naturelle et porteuse d'un bonheur sans nom. Une plume fluide, riche, parfaite.

La fin de ce second tome est assez frustrante et triste mais si pleine de promesses !

En bref, ce roman est un condensé d’humour et d’émotions. Celle-ci est d’ailleurs plus prononcée dans cet opus. Nous suivons l’évolution des morues avec bonheur, peur et doutes. Leur façon d’être est juste parfaite, libre et sans filtre. J’aime leur attitude, leurs réflexions aussi dingues que réalistes. L’amitié, l’amour et l’avenir sont au cœur de ce tome 2. Tout comme l'humour et l'émotion : les maîtres-mots de ce texte décoiffant et plein de pep's !
À dévorer sans plus attendre.

Chronique : "La vie rêvée des chaussettes orphelines"



Auteur : Marie Vareille
Éditeur : éditions Charleston
Date de sortie : juillet 2019

~ RESUME ~
En apparence, Alice va très bien (ou presque). En réalité, elle ne dort plus sans somnifères, souffre de troubles obsessionnels compulsifs et collectionne les crises d'angoisse à l'idée que le drame qu'elle a si profondément enfoui quelques années plus tôt refasse surface. Américaine fraîchement débarquée à Paris, elle n'a qu'un objectif : repartir à zéro et se reconstruire. Elle accepte alors de travailler dans une start-up dirigée par un jeune PDG fantasque dont le projet se révèle pour le moins... étonnant : il veut réunir les chaussettes dépareillées de par le monde. La jeune femme ne s'en doute pas encore, mais les rencontres qu'elle va faire dans cette ville inconnue vont bouleverser sa vie. Devenue experte dans l'art de mettre des barrières entre elle et les autres, jusqu'à quand Alice arrivera-t-elle à dissimuler son passé ?

~ MA CHRONIQUE ~

Ce roman fut un véritable coup de cœur. L'histoire est originale, passionnante, faite d'humour, de drame, de suspens et d'amour. Mais surtout : un dénouement des plus surprenant, une vérité qui vous touche en plein cœur.

On se plonge avec facilité dans cette histoire où l'alternance entre le journal d’Alice et le présent donne un ton encore plus intense au texte, une envie de lire encore et encore, de découvrir ce terrible secret qui condamne Alice à s'auto-infliger des barbelés autour de son cœur et de son âme.

Alice est un personnage complexe assez fascinant. J'ai aimé ce qu'il se dégage d'elle, cette fragilité et cette force, cette douceur et cette froideur. Un personnage tout en contraire et nuances qui vous plongera dans l'incertitude totale face à ce qu'elle est réellement.
Quand Alice intègre la start-up, elle ne se doute pas une seconde que ses collègues et son patron vont bouleverser cette existence toute millimétrée qu'elle s'est imposée, qu'ils viendront à bout de ses barrières et finalement lui donneront le courage de se libérer d'un poids et d'une culpabilité trop longtemps enfouis, trop longtemps gardés.
A leurs côté, c'est un nouveau chemin qu'elle va parcourir, ce sont des gens qui vont s'ouvrir à elle et la faire réfléchir elle-même, ce sera la découverte d'autres malheurs que les siens.

Ce roman fait réfléchir sur pas mal de choses, sur notre existence, sur notre faculté à culpabiliser, à s'octroyer un malheur pour aider au souvenir, pour finalement se perdre soi-même...
Alice, par le biais de Jeremy, verra ses murs se fissurer peu à peu, à la limite de la perte du contrôle d'elle-même. Cet état de fait, et cet amour qui grandi, fera de son destin et son futur un danger et mais aussi une longue réflexion. Une rencontre qui verra son secret bouleverser, ce secret qui fait partie intégrante d'elle.

La description des paysages, des sentiments des gens, est écrite à la perfection, avec les bonnes intonations, la juste dose de psychologie, de tristesse et d'espoir.
Cette histoire de reconstruction, de famille, de cœur, est juste un pur moment d'émotions intenses porté par une plume tout en délicatesse, poésie et sensations. Une écriture fédératrice d'empathie et d'ivresse des mots, des mots élégants, riches et percutants.
Une plume agréable, fluide, addictive.

En bref : un coup de cœur ! Ce livre est un véritable régal pour le cœur et pour l'âme. C’est aussi drôle que triste, aussi puissant qu’une déferlante. Des personnages attachants, aux caractères bien différents, qui vous passionnent et vous font ressentir pas mal d’émotions. Vous verrez que l’histoire de ces chaussettes orphelines n’est peut-être pas celle que vous croyez et qu’elle renferme bien d’autres vérités. J’ai vraiment aimé cette lecture originale qui m’a bouleversée et dont les personnages resteront gravés dans ma mémoire un petit moment. Merci à l'auteure pour cet excellent roman qui recèle bien des surprises et offrent des émotions très intenses.
A decouvrir absolument.

Popular Posts

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"

Auteur : Jacinthe Canet Éditeur : autoédition Date de sortie : juillet 2019 ~ RESUME ~ Chère Licorne-journal, on dit que « ...

 
Mateiva Passion Lecture Blogger Template by Ipietoon Blogger Template