Chronique : "La Ballade de l'Enfant Gris"

*** ÉMOUVANT ***


Auteur : Baptiste BEAULIEU
Éditeur : MAZARINE et pour cette édition : Le Livre de Poche
Date de sortie : septembre 2016 / Poche : février 2018

~ RÉSUMÉ ~
C’est l’histoire de Jo’, un jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un garçon de sept ans, attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas le voir plus souvent à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin survient un drame qui lie pour toujours le destin de ces trois êtres.


~ MA CHRONIQUE ~

Un roman qui m'a beaucoup touchée et dont la lecture fut un régal, autant émotionnel que spirituel.

J'ai aimé ce texte aux allures parfois fantomatiques, ce silence et ces mouvements qui expriment à eux seuls la présence de No'.

L'alternance de chapitres entre passé et présent m'a plu, donnant du rythme et évitant ainsi une certaine monotonie qui pourrait s'installer. Une alternance qui impose aussi un suspens quant à l'issue de l'histoire, mais aussi sur l'origine de l'histoire, là où tout a basculé, là où tout a commencé.

Jo' et No' évoquent pour moi une connexion, de celle qui s'impose, celle qui vous emporte, vous surpasse. Un duo qui voyagera au grès des découvertes, à la recherche de cette question trop longtemps restée en suspens. Un périple sous forme de quête qui apportera à chacun d'eux ce qu'ils avaient besoin pour se libérer, pour enfin vivre. Des situations qui font réfléchir le lecteur, qui l'embarquent dans un déambule de situations rocambolesques et d'instants qui tantôt font mal, tantôt font rire.

De très beaux moments de complicité entre nos deux héros feront vibrer votre cœur. De la simplicité pour un texte efficace, tout en sensibilité et en respect. Je dois avouer que j'ai bien ri aussi, une certaine légèreté qui apporte une bouffée d'oxygène dans un monde parfois étouffant où la tristesse et l'émotion vous prennent à la gorge, saisissant ainsi toute l'impuissance et l'injustice dont le destin peut faire preuve.

C'est le récit d'un homme qui est confronté à la mort, une mort toujours injuste quand elle est jeune, un homme confronté à lui-même au final, à ce qu'il a vécu, ses blessures, ce qu'il vit, ce qu'il expérimente, un homme face à ses mensonges pour rester dans son confort et sa facilité, un homme face à ses vérités qui blessent, ses évidences qui reviennent comme un boomerang, un homme face à la vie, sa vie, ce qu'il veut en faire, ce qu'il veut devenir, ce qu'il est vraiment.
Un texte qui peut faire réfléchir sur soi-même et la valeur de la vie.

La plume de l'auteur est très particulière. Personnellement j'ai beaucoup aimé. Un mélange de normalité, d'humour, de fluidité. Des mots simples qui vous évoquent beaucoup et vous font ressentir des vibrations. Une plume qui vous fait basculer dans le rêve, l'irréel.
Une plume qui mérite que l'on s'y attache.

Bref, j’ai beaucoup aimé, l’histoire est prenante et on lit avec cette envie de savoir, de connaître la vérité, la vraie et les pourquoi qui s’enchaînent au fil des pages maintiennent la rythmique, le ton. On ressent une atmosphère bizarre tout au long de notre lecture, à la fois bienfaisante et dérangeante. Des émotions j’en ai eu, de la tristesse, de la compassion, de l’incompréhension. Une quête pour la vérité et « l’absolution » où finalement on se trouvera soi-même, on trouvera sa délivrance. Une écriture que j’ai énormément apprécié, empreinte de poésie et de nonchalance . Accrocheuse. Parfois piquante. Très joli récit, humain, émouvant. Aussi lumineux que gris.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique : "Lever l'encre"

Chronique : "Une vie à t'attendre"