jeudi 29 mars 2018

Chronique : "Il suffira d'une fois"

*** SURPRENANT ***


Auteur : Mathias P.Sagan
Éditeur : Juno Publishing
Date de sortie : 29 mars 2018 (achat au salon Livres Paris pour moi)

~ RÉSUMÉ ~
À l’aube de ses trente ans, Aziz, assistant d’une responsable exigeante, mène une double relation avec Grace...
Aziz est un soumis. Il en a autant besoin que de respirer.
Quand une exigence de Grace modifie sa perception et que cela se poursuit, l’équilibre qu’il détenait vacille.
Jusqu’où ira Grace ? Quels seront les choix d’Aziz face à la réalité ?
Scènes BDSM MF et MM.


~ MA CHRONIQUE ~

Si j'ai eu quelques réticences au début de ma lecture, si j'ai un peu tiqué, si j'ai eu du mal car ce n'est clairement pas le genre de lecture que je lis habituellement, voir quasiment jamais, et bien je peux vous dire que je ne regrette absolument pas d'avoir tenté.

La vie d'Aziz, personnage principal, est carrément atypique. Lui-même, dans ses origines, ses convictions, est à part. J'ai eu du mal à le comprendre, à assimiler son mode de vie, ses besoins. Puis, au fur et à mesure de mes questionnements, ma progression littéraire m'a comblée en m'apportant toutes mes réponses. Ainsi, mon appréhension face à cet univers particulier m'a quelque peu désertée. D'ailleurs, un sentiment positif a germé à mesure des mots lus.

Aziz, suite à un changement dans sa routine avec Grace, va changer, se poser des questions, se trouver des limites et des envies nouvelles.
A partir de cet instant, c'est tout le roman qui s'élève à un autre niveau, qui prend une consistance plus épaisse, plus émotive. L'histoire augmente en intensité, en sentiments dévoilés, en peine, en espoir, en doute et en peur.

Chaque personnage de ce texte à sa propre valeur, sa propre personnalité. Ils apportent un complément et un ensemble parfait à la compréhension du caractère d'Aziz, à son mode de vie.
J'ai beaucoup aimé Grace, sa psychologie et cette facon de faire, d'être, tout simplement. Une femme forte qui sait ce qu'elle veut et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. J'ai adoré ses quelques moments de faiblesses, qui n'en sont pas vraiment, juste des moments où l'on se rend compte qu'elle a un cœur qui bat.
Gaspard a su toucher mon cœur. Je vous laisse le découvrir, ainsi que le rôle qu'il joue ici.

Page après page, j'ai ressenti comme une libération d'Aziz, un état de béatitude parfait où il a enfin trouvé sa vraie place. J'ai adoré les touches d'humour qu'introduis l'auteur à mesure du récit, ce qui prouve l'évolution de notre personnage principal.

La plume de l'auteur a été parfaite dans ce genre. C'est cru, détaillé, chaud, sexy. Rien ne nous est épargné et je dois avouer que les scènes de BDSM sont justes... whaou ! Tout est expliqué, aussi bien dans les gestes, que les besoins, les sensations ou les objets. Et tout ceci sans aucune vulgarité.
Puis, cette plume a su s'adoucir et s'épanouir en émotions fortes au fur et à mesure qu'Aziz a su se trouver, trouver l'amour, le vrai.
Une plume qui s'est faite aussi plus légère, plus frivole et carrément humoristique à certains moments, surtout avec l'arrivée de Gaspard et du reste.
Un vrai régal littéraire grâce à un maniement de mots qui vous offre un ensemble complet d’ascenseur émotionnel.

La fin du roman est magnifique. J'ai beaucoup apprécié, surtout que nous découvrons encore de nouvelles facettes de chacun, des surprises.

Au final, un roman et une histoire que j'ai aimé, contre toute attente ! Car oui, malgré mes appréhensions de départ, je me suis rendue compte, au fur et à mesure de ma lecture, que chacun vit comme il le désire tant que cela le comble et le rend heureux et épanoui. Et qui sommes-nous pour juger ? Il est si facile de dénigrer ce que l'on ne comprend pas sans se rendre compte de la douleur que cela peut provoquer....

En bref, l'auteur a su faire de ce texte une belle histoire, vivante, vibrante, avec des rebondissements, de la tristesse, de la douleur bienfaitrice, salvatrice, destructrice et surtout, l'éclosion d'un amour, un amour timide qui se révèle puissant, complémentaire et intense. Un monde très bien expliqué par l'auteur, bien amené et... je dois bien avouer que si au départ j'ai trouvé qu'il y avait trop de scènes de sexe (qui allaient avec le texte et son déroulement), et bien finalement, à mesure de l'évolution d'Aziz, cet aspect évolue aussi en un accord total et en une osmose parfaite.

Derniers mots : bravo pour la couverture que j'aime beaucoup : les couleurs sont sublimes et sont assorties au texte et à l'ambiance.




dimanche 11 mars 2018

Chronique : "Heroes"

*** TRÈS BELLE HISTOIRE ***


Auteur : Battista Tarantini
Éditeur : Hugo Roman
Date de sortie : janvier 2018

~ RÉSUMÉ ~
Ont-ils encore le pouvoir d'aimer ?
La vie a joué un très mauvais tour à Grace. Alors qu'elle commençait des études de médecine, son cœur l'a lâchée et elle a dû subir une transplantation cardiaque. L'organe qui bat désormais dans sa poitrine est en bonne santé, mais il lui est complétement étranger. Ne sachant plus qui elle est, Grace s'exile en Australie, chez sa tante, pour tenter de se retrouver, et donner une nouvelle direction à sa vie. 
Arrivée dans le bush australien, sa voiture tombe en panne et Z, le garagiste local lui porte secours. 
Ténébreux, écorché vif, il répare des voitures en menant une vie solitaire, se contentant de la compagnie de son chien. Grace comprend rapidement que Z n'est pas celui qu'il semble être. Il la fascine, l'attire irrévocablement ; comme elle, il a choisi le désert rouge d'Australie, ses espaces infinis et sa dureté, pour se réinventer. 
Au cœur de l'immensité australienne, Z et Grace vont-ils réussir à oublier leur passé ?


~ MA CHRONIQUE ~

Un très beau récit qui m'a transportée, aussi bien grâce à ses paysages qu'à ses personnages. Un paysage qui est devenu d'ailleurs pour moi un personnage à part entière de ce roman.

La couverture est magnifique car elle reflète bien ce texte et son atmosphère aride, torride, dure et passionnelle.

Page après page nous découvrons l'histoire de Grace et de Z, une rencontre pas comme les autres qui va les conduire bien au-delà de ce qu'ils pouvaient imaginer, qui va les pousser à se dépasser mais aussi à affronter leur peur, leur douleur et cette facon de vivre sans vivre, cette habitude de se cacher, de se retrancher derrière des manières qui faussent tout. Chacun réussira à voir à travers de l'autre, chacun mettra du temps et bataillera contre sa propre souffrance pour s'en sortir et pour pouvoir vivre enfin librement cet amour qui grandit et qui prend toute la place.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Grace, personnage profond, drôle et si sincère. Elle est forte et fragile à la fois. Elle survit, elle navigue sans jamais se poser car elle ne sait plus qui elle est. Ce séjour en Australie, chez sa tante, en plein cœur d'un paysage aussi aride, sec que chaud et humide, tout en contradiction, va lui apporter une réflexion intense sur ce qu'elle est, ce qu'elle ressent. Sa rencontre et son amitié avec Z vont lui offrir ce qu'elle ne pensait jamais trouver : l'amour, le vrai, le sincère. Mais surtout, elle trouvera en Z une personne qui va la pousser dans ses retranchements, la faire extérioriser sa douleur, ses doutes, la libérer de son corps qu'elle cache, pour enfin ouvrir les yeux et ce cœur tout neuf qui bat et qui lui offre une seconde chance.

Z est une personne à laquelle je me suis attachée. Si parfois je l'ai trouvé arrogant, énervant, sans tact, et bien, au fil des pages, mon cœur s'est adouci envers lui, envers son histoire et ce terrible drame dont il reste prisonnier, qui l’empêche de vivre, lui aussi. C'est un homme bon, fort, prévenant (parfois), tendre, passionné.

Ce roman nous réserve beaucoup de rebondissements, de surprises, de confessions parfois très intimes difficiles à digérer, mais aussi une pointe d'humour excellente. La souffrance et la douleur que nos deux protagonistes ressentent sont parfaitement exploitées et transmises par l'auteur.
Les descriptions, les paysages, les sensations de ce pays si beau m'ont totalement conquise. J'ai eu l'impression d'être en plein cœur de ce terrain aride, de cette poussière rouge qui recouvre tout, de ce souffle chaud qui vous transperce et vous fais frissonner. Vraiment magnifique.

Cette rencontre entre deux âmes perdues, deux cœurs abîmes, sonne un comme un destin tout tracé, comme une évidence qui au fil des pages va se renforcer, se bonifier. L'amour qui les lie va les faire souffrir, les faire réagir, leur donner de la force et du courage pour se sortir eux-mêmes de ce désert qu'ils ont érigé autour d'eux.

La construction du texte avec les flash-back de Z sont excellents et nécessaires à la compréhension de ce personnage complexe, et le parallèle avec les Marvels est aussi très justement amené et bien exploité car avec eux, nos personnages s'avouent des sentiments qu'ils n'osent exprimer librement.

J'ai trouvé que le sujet était peu banal. La psychologie des personnages retranscrite à merveille, montant crescendo, nous offrant des bribes, des indices sur le vécu personnel de Grace et Z.
Les personnages secondaires font partie intégrante du texte, ils sont là pour nos personnages, ils font partie de ce qu'ils sont.

La plume de l'auteur est fluide, passionnelle et si empreinte de sentiments, de sensations...elle fait ressentir chaque émotion, chaque rage, chaque peur, chaque doute, chaque larme. Nous nous sentons envahi irrémédiablement par le même sentiment qu'éprouve le personnage, dans quelque situation que ce soit. Une plume addictive, démonstrative et belle.

Bref, un très beau récit dont j'ai apprécié chaque ligne. Un récit qui a su me transporter avec lui à travers ses personnages, à travers ce qu'ils vivent, à travers leur combat et à travers de leur amour qui, malgré les difficultés, les disputes, les peurs, les reproches, annihile tout sur son passage.




Chronique : "Le divin enfer de Gabriel - Acte 1 : La passion"

*** COUP DE CŒUR MAGISTRAL ***


Auteur : Sylvain Reynard
Éditeur : J'ai Lu pour Elle
Date de sortie : janvier 2018

~ RÉSUMÉ ~
Spécialiste de Dante, professeur à l'université de Toronto le jour, Gabriel Emerson se transforme chaque nuit en véritable don Juan. Or, sous le masque du libertin se dissimulent les fantômes d'un passé obscur qui, bientôt, le rattrapent. Car la douce Julia, l'une de ses élèves, le fascine et éveille en lui des désirs interdits. Tourmenté, Gabriel éprouve un besoin grandissant de la posséder. La tentation le conduira-t-elle à transgresser des règles immuables ? Cette passion pourrait briser à tout jamais sa carrière... ou lui ouvrir les portes de la rédemption.


~ MA CHRONIQUE ~

Ce roman est un de mes romans adoré, aimé, choyé, adulé. J'ai lu sa toute première version il y a déjà quelques années, et je ne m'en lasse toujours pas. Mais alors pas du tout !

Gabriel et Julia c'est un couple à part, un couple extraordinaire, délicat, exceptionnel. Leur personnalité fait tout le charme de l'histoire, leurs blessures, qui les bloque, font partie intégrante du roman, de ce qu'ils sont, de cette force aussi qu'ils ont.

Julia et Gabriel, c'est une histoire qui commence bien avant cette rencontre à l'université. C'est un souvenir merveilleux et inoubliable pour Julia, c'est une chimère, un rêve pour Gabriel.

Page après page, nous faisons connaissance de chaque personnage, de ceux secondaires également, de leur famille. Petit à petit, nous découvrons les ravages de chacun, mais surtout, mot après mot, c'est une passion grandissante qui va dévorer nos deux protagonistes, un amour passionnel, viscéral, obsédant, pur, vraiment fort. Les mots, les actes, les pensées, tout tend vers la passion pure, délicate et poétique. C'est tendre, c'est déchirant parfois, c'est douloureux aussi.

Ce qui me rend toute chose avec ce texte, c'est le contexte, l'univers. En effet, tout au long du livre, ce sont des références à Florence, à l'Italie et surtout ce parallèle exceptionnel qui est fait avec Dante Alighieri et Béatrice, son enfer et tout ce qui va avec. Ce contexte me subjugue, me consume, tout comme Gabriel et Julia.

Gabriel est un personnage coup de cœur. Il est arrogant, hautain, drôle dans ses certitudes de bourges, dans ses réparties qui ne manque pas de faire mouche à chaque fois. Cependant, si au départ nous pouvons le détester pour ce qu'il est, pour ce qu'il fait, petit à petit nous le découvrons d'une toute autre manière, sa face cachée, sa vraie personnalité et alors là, c'est une explosion de bons sentiments qui vous envahie, une tendresse pour lui, une admiration aussi. Il devient tout autre au contact de Julia et vous verrez pourquoi, et comment.

Julia est une jeune femme innocente, douce, un peu naïve, le cœur sur la main. Elle est aussi forte que fragile, délicate et si compatissante. Elle encaisse sans rendre les coups. Toutefois, quand le chagrin devient trop fort, quand la peine devient insurmontable, c'est un vrai petit démon que nous découvrons, par la parole. Elle n'est pas une héroïne comme les autres, et je l'adore pour ça.

La musique joue également une grande partie dans ce roman. Elle imprègne nos personnages, les situations qu'ils vivent, les mots qu'ils n'osent avouer.

Cette histoire d'amour, c'est bien plus que cela, c'est la rencontre de deux âmes qui se sont perdues, deux âmes que le destin réuni une dernière fois pour les sauver, pour les faire vivre. Deux âmes écorchées dont le salut ne peut se trouver que l'un dans l 'autre.

Tout au long du roman il se passe beaucoup de choses, nous avons la juste dose de suspens, de volupté, de tension, de mensonges, d'espoir, de tendresse. Des confessions qui vous émeuvent au plus haut point, des situations déchirantes ou d'autres plus drôles. De la timidité et de l'audace.

La plume de l'auteur est un régal. Elle est belle, riche, poétique, délicate. Elle s'épanouie en même temps que ses personnages, elle nous offre ces émotions qui font palpiter le cœur, qui font que cela reste gravé dans votre tête, qui vous touche l'âme et le cœur.
Une plume qui décrit aussi bien le ressenti que les descriptions.
Une plume qui me transporte, me bouleverse, qui m'a conquise, totalement.

En bref, Gabriel et Julia est mon couple phare, un énorme coup de cœur, et ce depuis le début. Ma relecture fut tout aussi bonne, tout aussi succulente, délicieuse. Les personnages sont intéressants, captivants, très bien travaillés par l'auteur et la grande beauté de ce récit, c'est cette assimilation avec La Grande Comédie et Dante, Dante et sa Béatrice, le tout en subtilité, intelligence et délicatesse. Un amour bien au-delà de la passion, bien au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer.




Chronique : "L'amant pur"

*** BOULEVERSANT ***


Auteur : David Plante
Éditeur : Editions Plon / Feux Croisés
Date de sortie : novembre 2013

~ RÉSUMÉ ~
La grande trahison de l'amour, c'est de n'être pas plus fort que la mort. À partir de cette déception essentielle, commence la longue conversation solitaire de celui qui reste, de celui qui survit à son amant.
Nikos Stangos et David Plante se sont rencontrés en 1965 à Londres. David était un jeune écrivain américain amoureux d'une Grèce de chimères classico-érotiques, Nikos était un poète, un esthète et un intellectuel de gauche : cultivé, humble et profond. Nikos était pur. Ils passèrent les quarante années suivantes à s'aimer. Jusqu'à ce qu'une tumeur au cerveau emporte Nikos.
À hauteur de chevet, et dans une prose poétique épurée, David Plante expose la douleur et la fin de la vie, tout en célébrant l'amour partagé, les conversations d'une vie résonnant toutes dans le même écho de la dernière. Remontant aux origines de l'amour, la mémoire offre au mourant son dernier ballet, une arabesque de chagrin de la lumière à l'ombre.


~ MA CHRONIQUE ~

Ce roman est une déchirure, un bonheur, une merveille. Le témoignage bouleversant d'un amour où l'âme et le corps se rejoignent, où la mort, le deuil, se dévoilent à nous de la plus cruelle et de la plus belle des manières.

David Plante se livre à nous, anonymes, d'une facon intimiste et sans filtre. Il nous raconte, à sa facon et comme les souvenirs lui reviennent, sa rencontre et son histoire d'amour avec Nikos, ses pensées, ses fautes et surtout ces petits bonheurs de la vie, ces instants personnels avec Nikos, leur manière de fonctionner et cette facon dont l'un l'autre se sont épanoui ensemble, grâce à leur esprit, leur intelligence, leurs contradictions.

L'évolution dans le temps nous dépeint un monde qui change, des esprits qui évoluent. Dans cette litanie, à la fois poétique et cruelle, c'est la vérité sur le deuil que nous offre David Plante, un récit écrit en plein cœur d'une souffrance insoutenable, d'un chagrin immense. Et de cette situation, son texte en devient réel, en devient un exutoire, une confession.

Certains passages du texte m'ont fait pleurer, m'ont comprimé le cœur tant j'ai eu l'impression de ressentir exactement la même douleur que l'auteur, la même peine et déchirure à voir l'être aimé dépérir à cause de la maladie.

Un roman qui crescendo vous fait passer de la lumière à l'ombre, comme dit dans le résumé, du bonheur à la peine, de la vie à la mort.

David et Nikos sont un couple à part entière, avec leurs défauts, leurs qualités. Leur amour, si fort, réussi à pardonner les incartades, les disputes, les maniaqueries. Un amour qui au fil des années et des aléas de la vie, des rencontres, dans un monde à la fois mondain et particulier, reste une ancre pour tous deux, une vérité absolue.

La plume de l'auteur est élégante, belle, riche. Une écriture, qui au-delà des mots, offre une mélancolie sans fond, une tendresse toute douce, une souffrance immense et toute l'étendue des blessures de l'âme et du cœur que peut apporter le deuil. Rien ne nous est épargné, chaque petit détail, chaque description minutieuse, sont autant de pique que vous recevez en plein cœur, autant de larme que vous versez.
Une plume qui nous transmet tout l'amour et toute la douleur qui imprègne l'auteur. C'est franc, cru et terriblement honnête.

Bref, une très belle lecture, et même si elle fut éprouvante, elle m'a enrichie. C'est fort. Bouleversant. Je remercie l'auteur de nous offrir cette part de lui, de se confier si honnêtement, de nous offrir sa confession déchirante sur son deuil, au plus profond de son intimité.




Chronique : "Dégradation - Tome 2"

*** ÉNORME COUP DE CŒUR ***


Auteur : Camille L.
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : novembre 2015

~ RÉSUMÉ ~

Tu as passé ta vie à être ce que je fuis. 

J’ai toujours cru que dans les histoires d’amour le plus dur était de tomber amoureux. De se trouver parmi plus de sept milliards de personnes. Se rencontrer, apprendre à se connaître, se découvrir l’un l’autre. S’aimer. J’avais tort. Le plus dur dans une histoire d’amour n’est pas de tomber amoureux mais d’apprendre à aimer la personne comme elle a besoin d’être aimée. 
Je veux apprendre pour lui.


~ MA CHRONIQUE ~

Ce second tome reprend exactement là où se termine le premier et j'ai beaucoup apprécié ceci.

Nous retrouvons Nathan et Aaron à cet instant où leur destin vont devenir commun, où leur vie s'apprête à vivre un combat tout autant que cet amour qui les envahi, qui les rempli.

Chaque page de ce livre est une douleur autant qu'un bonheur. C'est fort. Puissant. Dur. 
Page après page c'est un peu plus de Nathan et d'Aaron, de leur caractère et de ce qui fait qu'Aaron est un être à part, différent, complexe, exceptionnel aussi.
Le courage et la force qui les habite est juste époustouflante. Les épreuves qui les attendent sont d'une profondeur telle que ce fut une lecture très difficile... mais si intense, si belle.

Nathan est un jeune homme qui grandit et apprend grâce à Aaron. Il se découvre une personnalité insoupçonnée, peut-être celle qui l'a toujours habitée mais qui s'étouffait sous le joug parentale. J'aime sa façon d'être, de rien lâcher, de parler sans relâche, parfois un peu trop.
Aaron apprend petit à petit à s'ouvrir auprès de Nathan, bien que cela reste un exercice terriblement difficile pour lui. Ses secrets qui lui font honte, sa peur viscérale, lui-même qui se déteste, font qu'il ne parvient pas à se libérer malgré tout l'amour que Nathan lui porte et lui prouve. C'est plus fort que lui. Cependant nous voyons son évolution, petit à petit, nous comprenons aussi à demi-mot cette douleur et ce mal qui le ronge, malgré lui, malgré son envie d'avancer. J'aime sa manière de s'exprimer, si naturelle, sans filtre, de dire les choses comme il les pense, sans se soucier des autres.
Deux personnages totalement fascinants et une psychologie extrêmement bien travaillée de la part de l'auteur.

Camille L. nous décrit donc, dans ce second opus, ce couple qui se forme, ce couple atypique, qui de jour en jour grandit, s'apprend, se découvre, non sans difficulté, leur quotidien d'étudiant, des passions qui les anime, leur rapport aux autres, les amitiés, la famille.
La construction du texte est parfaite. J'ai beaucoup aimé les petites apartés d'Aaron, par citations, ses pensées qu'il n'ose avouer, les flash-back tantôt drôles, tantôt poignants, les bribes de son journal, les confessions à Sam.

Je ne vous raconterai pas plus de l'histoire, car ce texte va bien au-delà de ce mot "histoire", si insignifiant pour ce texte, qui est bien plus que ceci.

Ce roman m'a littéralement mis une claque, tout autant que le premier, voir plus. La détresse, la peur, sont omniprésents, nous serre le cœur, nous arrache les tripes.
La plume de l'auteur est juste sublime. Ce qu'elle arrive à nous transmettre ce ne sont pas seulement des émotions, ce sont de vrais sentiments qui nous habitent, nous hantent. Une plume qui ne pose pas juste des mots, là, comme ça, non, c'est une plume qui vous fait vivre pleinement ce qu'elle a en tête, pleinement ce que l'âme de l'auteur souhaite retranscrire, transmettre, avec des sensations énormes, déchirantes, un torrent d'émotions toutes plus intenses les unes que les autres, une peur viscérale pour ces deux jeunes hommes qui s'aiment d'un amour si pur, si vrai. Une plume qui nous dévoile, miette à miette, ce lien qui se tisse entre Nathan et Aaron, ce lien qui se renforce, malgré les doutes, malgré les peurs, malgré les épreuves.

Je ne sais pas vraiment comment vous expliquer cet amour en fait, ni ce que j'ai exactement ressenti. Il est si...whaou. Voilà, whaou, c'est le seul mot qui me vient à l'esprit tant il me laisse sans voix. De cet amour ils tirent tous les deux leur espoir, leur espoir de voir enfin la lumière un jour, leur espoir que le temps fera son oeuvre.
Nous vivons avec eux chaque moment de joie, de tendresse, de rire, car oui, il y a également beaucoup d'humour dans ce roman, notamment avec Connard. Leur première fois avec les petits riens de la vie qui font votre bonheur, leur première fois charnelle, leur première fois en tout.

Bref, la seule chose que je puisse faire est de vous dire de lire ce roman, ce tome 2 si éblouissant, si déchirant, si beau. Ce que j'apprécie c'est que rien ne va vite, l'auteur n'a pas pris la facilité en réglant les problèmes en un coup de baguette, non, vraiment pas. Et quand nous pensons que tout va aller mieux, et bien, non, une rechute, un mot de trop, une situation déplaisante et c'est tout qui bascule.
Nathan et Aaron sont des personnages complexes, addictifs et je les aime vraiment. Je suis tombée amoureuse de leur histoire, de leur vie, d'eux qui ne font plus q'un, de leur sincérité, de leur fragilité. De tout.

DÉGRADATION c'est un texte qui ne se raconte pas, il se vit, pleinement, littéralement, inexorablement.




Popular Posts

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"

Auteur : Jacinthe Canet Éditeur : autoédition Date de sortie : juillet 2019 ~ RESUME ~ Chère Licorne-journal, on dit que « ...

 
Mateiva Passion Lecture Blogger Template by Ipietoon Blogger Template