dimanche 25 juin 2017

Chronique de "11 juin"

*** UNE FIN CAPTIVANTE ***


Auteur : Matthieu Biasotto
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : 11 juin 2017

Service Presse Auteur

~ RÉSUMÉ ~
Il est des jours que rien ne peut effacer, pas même le temps. Des jours sombres, si noirs qu’ils reviennent nous torturer, laissant planer leur ombre sur nos existences fragiles. Le 11 juin, elle a tout perdu, au point de s’égarer. Puisque la vie n'attend pas et que le passé semble insurmontable, elle s’est fait une promesse. Déchirée entre la peur d’oublier et le besoin viscéral de libérer son âme, ce qu’elle va faire de cette journée lui appartient. Et ce qu’elle s’apprête à vivre risque de la marquer pour toujours, parce que parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. C’était un 11 juin et cette promesse, vous ne l’oublierez jamais.


~ MA CHRONIQUE ~

Un roman dont la fin m'a captivée. Si j'adore ce qu'écrit Matthieu Biasotto, je dois vous avouer qu'ici, sur ce texte, j'ai eu beaucoup de mal et que j'ai bien cru que ce roman n'allait pas autant m'accrocher que les autres. En effet, j'ai trouvé le début long, répétitif, voir ennuyeux par moment, avec des longueurs et répétitions dans l'énonciation de l'état d'esprit de Maud.

Cependant, arrivée vers un peu plus de la moitié du roman et bien...whaou, tout se met en place, tout s'accélère et ce 11 juin sonne comme une horreur, un cauchemars, et là, nous commençons seulement à entrapercevoir ce que l'auteur tisse. 
Je lui tire mon chapeau, car faire un roman sur une seule journée, il fallait le faire, et surtout le réussir, ce qui est le cas.

Nous suivons donc Maud dans tout l'éclat de sa douleur, de sa déchéance, dans la misère de son cœur meurtri, de son âme à la dérive. Et si longueur il y a eu à ce sujet, le sentiment que nous lecteur ressentons par-rapport à elle est bien réel, nous percute de plein fouet, et nous fait nous poser beaucoup de questions et surtout pourquoi ?

Page après page, nous naviguons sur une route sinueuse, faite de brouillard, de dangers, de rebondissements. C'est un roman où la narration est dominante, nous impliquant directement dans ce que vit Maud, ce 11 juin qu'elle redoute, qu'elle subi malgré elle.
Au fil des mots c'est une toile d'araignée qui se délit et qui nous offre ses fils pour nous faire découvrir une vérité accablante, horrible, à vous glacer le sang. Un instant terrible qui régit votre vie, qui vous aiguille vers des chemins impensables, qui vous fait ressasser jusqu’à vous offrir la lumière, la lumière d'une solution, d'un apaisement, d'une rédemption.
L'auteur a encore une fois fait un travail sublime au niveau de son intrigue, de son aboutissement. J'ai été scotchée par la révélation, par cette fin qui a su serrer mon cœur et me mettre la larme à l'oeil. Matthieu Biasotto a le sens du suspens, une sorte de thriller haletant qui emporte tout sur son passage, qui englouti toutes vos émotions, tous vos doutes et vous fait naviguer entre horreur et soulagement.

C'est un récit très bien mené, malgré un certain ennui que nous pouvons éprouver dans la première moitié, un récit qui va crescendo et vous insuffle les mêmes sensations que Maud. Mais Maud n'est pas la seule à nous livrer son histoire, et les autres protagonistes vous serrent le cœur tout autant, vous apportant d'autres précisions aussi importantes et aussi poignantes.

Matthieu Biasotto, par ses mots engagés, francs, percutants, sait nous faire ressentir chaque micro particule de ce qu'éprouvent ses personnages, ce qu'ils vivent, nous donnant le sentiment de devenir eux, de ne faire plus qu'un avec eux. 
Une plume qui travaille ses personnages, les rendant humains à chacune de leurs décisions, à chacun de leurs actes, à chacune de leurs pensées. 
Une plume qui vous transporte dans un tourbillon explosif d'émotions assez intenses, à la limite de l'insoutenable.

Bref, un 11 JUIN à découvrir tant l'histoire vous prend aux tripes et vous rend pantois. Une histoire qui ne peut pas vous laisser indifférent. Une histoire, malgré les quelques longueurs, menée de main de maître et avec brio.

Coup de cœur pour la couverture sublime et parfaite. Un éclat au cœur de l'horreur.



Chronique : "Un tango en bord de mer"

*** UNE DANSE DES ECHANGES PARFAITE ***


Auteur : Philippe Besson
Éditeur : Julliard
Date de sortie : septembre 2014

~ RÉSUMÉ ~
" On a été heureux ensemble...
– Toi et ta nostalgie...
– Et puis, un jour, ç'a été terminé...
– C'est comme ça. On n'y peut rien.
– Peut-être qu'on y pouvait quelque chose. Peut-être qu'on n'a pas assez essayé. Peut-être qu'on n'y a pas assez cru.
– Je croyais que tu détestais les couples. La durée. Ces choses-là. Bourgeoises. "

Lui est un écrivain célèbre, la quarantaine passée. L'autre est un jeune homme qui cherche encore sa voie. Quelques années auparavant, ils se sont follement aimés, déchirés puis quittés. Ils se retrouvent par hasard, au beau milieu de la nuit, dans le bar désert d'un grand hôtel en bord de mer. Une atmosphère irréelle, propice au souvenir et à la confidence...
Mais la magie d'un décor peut-elle suffire à faire renaître la vérité des êtres et des sentiments ?




~ MA CHRONIQUE ~


J'ai adoré cette courte pièce de théâtre, ce fut un régal et un véritable plaisir. J'ai aimé la forme, les descriptions des personnages, du décor, de la mise en scène : pleins de petits éléments qui confèrent au lecteur l'impression d'être en plein cœur du texte, de visualiser la scène telle qu'elle pourrait s'offrir à nos yeux.

Cette soirée avec ces deux hommes donne lieu à un très bel échange sur eux-mêmes, leur passé, le présent, les ressentiments et les sentiments.

Encore une fois j'ai été subjuguée par la plume de l'auteur, par ses mots. Il a su exactement faire ressortir la différence entre les deux personnages.
Le format théâtre nous offre toute l'intensité produite par le dialogue entre ces deux hommes, nous donnant l'essentiel de leur pensée. Et chaque petit détail, en aparté, comme les temps de pause, les images où se posent leurs yeux, leurs gestes, nous procurent un sentiments de huit-clos intense où les sentiments, encore à vif, explosent et se délient.

La plume de Philippe Besson est un enchantement pour mon cœur et un enrichissement pour mon âme. J'aime son phrasé particulier, unique, les nuances qu'il y insère, la magie qu'il forme à si bien manier les mots. 
Sa plume est élégante, sensible, riche de mots et d'émotion.

Cette pièce c'est un bilan, un bilan des amours perdus mais qui ne s’effacent pas, c'est un bilan de ce qui a été et de ce qui est, un bilan des actes, des gestes, un bilan du cœur et de ce que l'on souhaite et ressent encore. 
Un sublime échange bien mené, tantôt nostalgique, tantôt rieur, tantôt amer avec comme figure de prou la vérité des sentiments, la vérité de ce que nous sommes, le tout adouci par un décor enchanteur, magique.

Un titre très bien choisi pour cette danse des échanges, ce rythme lent, en deux temps.



mercredi 14 juin 2017

Chronique de "En l'absence des hommes"

*** PLUS QU'UN COUP DE ♥ ***




Auteur : Philippe Besson
Éditeur : Editions Julliard / Poche avec éditions 10/18
Date de sortie : janvier 2001 / Version poche : janvier 2012

~ RÉSUMÉ ~
Été 1916. Vincent découvre la passion dans les bras d'Arthur, jeune soldat qui tente d'échapper pour quelques jours à l'horreur des tranchées. Dans le même temps, il ébauche une affection amoureuse avec l'écrivain mondain et renommé Marcel Proust. Le temps de ce bel été, l'un va devenir l'amant, l'autre l'ami. Comme deux fragiles éclats de bonheur au milieu de la tragédie.


~ MA CHRONIQUE ~

Ce roman fut pour moi bien plus qu'un coup de cœur, ce fut un réel bonheur de lecture, un amour inconsidéré à vouloir tourner les pages, encore et encore, une addiction à lire la plume de Philippe Besson, une drogue, une passion. Car oui, je peux l'avouer, je suis totalement envoûtée dès que mes yeux se posent sur les premiers mots de cet homme dont la narration est tout simplement sublime, avec des mots justes, soutenus, parfois nobles, parfois simples, mais toujours avec bon sens et allure.

Ici, nous suivons Vincent dans l'année de ses 16 ans, une année où il accueillera amitié et amour, passion et douleur, attente et optimisme. J'ai beaucoup aimé la construction du roman et son style, un style très intime puisque c'est une forme de journal, de cahier que Vincent nous offre. Ainsi nous nous sentons au plus proche de lui, de ses sentiments, de ses réflexions, de ses attentes, de ses sensations. Nous rentrons dans son intimité silencieuse. Le silence, d'ailleurs, qui occupe une place primordiale dans ce texte, un silence qui exprime beaucoup de mots.

Les échanges entre Vincent, Arthur et Marcel sont tout bonnement addictifs et très intelligents. Vincent est un adolescent mature pour son âge, avec une vision de la vie bien à lui. L'interactivité entre chacun de nos trois protagonistes est un régal, ce sont des conversations franches, pures, honnêtes dont on ressort émerveillés et avec la satisfaction que ces paroles ont trouvé un écho en nous, une pensée, un souvenir, une émotion.

Ce roman, c'est à la fois un journal intime et un roman épistolaire. Une confession, un regard tendre, un avis acéré, une mélodie douce-amère à nos oreilles...si émouvante.

Vincent nous évoque ses pensées sans filtre, avec passion et vigueur. Au fil de ma lecture, j'ai trouvé que son cœur s'apaisait, qu'il devenait plus tendre, plus émotif, plus vivant. Son âme passe d'un bonheur fulgurant, inattendu, au désespoir le plus totale, à la tragédie inévitable. D'ailleurs, l'auteur a entremêlé très justement l'éclat de l'amour face à la cruauté de la guerre, sans rien omettre, simplement avec ce qu'il faut d'horreur, de passion, de sensualité et d'amour.

Le résumé se suffit à lui-même pour vous donner l'exactitude de ce que vous trouverez dans ce livre. Par contre, n'y cherchez point d'action ou de rebondissement, car ce roman, c'est un roman de paroles, de mots, de silences, de confidences.

La plume de l'auteur me fascine. A chaque roman que je lis de lui, j'ai l'impression de le redécouvrir et de l'aimer encore plus.
Ici, sa plume est confidentielle, profonde, sensuelle, sensible, tout autant que dure, percutante, tranchante. Une plume qui transmet beaucoup d'émotions, jusqu'aux larmes. Des émotions qui m'ont envoyée un peu dans une autre dimension et que j'ai ressenti violemment, à chaque page, à chaque paragraphe.
Monsieur Besson a la virtuosité des beaux mots, des bons mots et la grâce de l'écriture et des formulations.

Bref, ce roman est pour moi plus qu'un coup de cœur et finalement je me rends compte que je ne trouve pas les mots exactes pour vous exprimer tout ce que j'ai ressenti à travers ma lecture, tout ce que ce roman m'a apportée et tout ce qu'il a fait vibrer en moi.
Si le style de l'auteur vous plaît, si vous aimez les romans de paroles, le langage soutenu et n'avez pas peur de pleurer, alors je vous le conseille vivement.



mardi 13 juin 2017

Chronique de "Le Gardien - Tome 1 : Incendie"

*** COUP DE ♥ ***


Auteur : L.N. Nikita
Editeur : L'Ivre Book
Date de sortie : avril 2017

Services Presse Auteur

~ RÉSUMÉ ~

Le truc assez cool quand on est le gardien des quatre éléments, c’est qu’on est immortel... Enfin en gros... Sauf si l’on nous tue, quoi.
En fait, je ne m’en sortais pas si mal jusqu’à maintenant, seul avec mon ange gardien et ma princesse guerrière, mais il a fallu que je rencontre cet homme aussi sexy qu’agaçant et qu’il emporte dans son sillage une armée de démons psychopathes qui décidèrent qu’après plus de deux millénaires aujourd’hui était le jour parfait pour me tuer.
Si l’on ajoute à cela des lettres de menaces, un métamorphe loup au sourire ravageur et un adolescent hybride pyromane malgré lui, j’ai bien peur de devoir dire adieu à ma tranquillité.



~ MA CHRONIQUE ~

Coup de cœur pour le premier tome de cette série. Un univers bien posé, riche et intéressant. Une histoire addictive, des personnages surprenants.
Un excellent mélange d'humour et d’instants plus solennels, plus émouvants.

J'ai adoré me plonger dans cet univers captivant, un univers où les créatures mystiques ont la part belle, tout en côtoyant les humains. Chaque personnage a son identité propre, son humour décapant, son sérieux rigide ou sa légèreté fausse. Un univers assez bien décrit, fait de petits détails et de belles descriptions, assez pour que nous ayons l'impression de faire partie intégrante du récit.

Adrian est un personnage atypique. Il est Gardien tout en étant "faible", d'après ce qu'il croit. C'est un homme qui se pose des questions par rapport à ce qu'il est, ce qu'il peut faire, un sentiment d'inutilité qui parfois l'envahi et le rend morose. Cependant, il peut compter sur l'amitié et l'écoute sans faille de Leto, cet être à part entière qui a su conquérir mon cœur par sa patience, sa sagesse et son caractère docile. Il peut également compter sur la dévotion d'Ambre et l'amitié d'Acher. Bref, tout un petit monde qui protège et aime notre Adrian.
Adrian, en dehors de ce qu'il représente, est un homme dévoué,  plaisant, agréable, toujours le mot pour rire, le mot pour réconforter, pour dédramatiser. Et si au début du récit sa vie est assez pépère, du jour au lendemain tout lui tombe dessus : les amours...les emmerdes !

Sa rencontre avec Silas, homme insondable, mystérieux, sonne le début de quelque chose de fort, d'indomptable, de puissant. Mais cette attraction est contradictoire à cette envie qu'il a de lui arracher la tête ! Et oui, ces deux-là ce sont bien trouvés et vous verrez que sous le couvert d'une certaine légèreté et de babillages entre eux, il se cache quelque chose de bien plus profond, de bien plus fort.
Adrian va nouer une amitié ambiguë également avec Graham, cet homme tactile, doux, prévenant.

Page après page, vous découvrirez un environnement travaillé, une histoire plausible avec des rebondissements, de l’action, de l'amour, de l'amitié, de la peur. Une lecture sans temps mort où vous aurez du mal à retrouver votre souffle, que ce soit à cause de la peur, du rire ou de l'émotion.

Un bon premier tome qui met en place la situation, l’intrigue à venir et surtout les difficultés et les épreuves du futur. Un tome qui nous montre l'évolution lente du lien qui se crée entre Silas et Adrian, un lien que j'ai trouvé très beau, pur, magnifique. Chaque petit détail de cette relation m'a enchantée. C'était tendre, doux, parfois romantique, parfois comique, parfois sensuel.

L'auteur nous offre une plume irrésistible qui encore une fois marche sur moi, même si le genre ici est complètement différent de son premier roman APPRENDS MOI TON SILENCE. Une plume fluide, accrocheuse, douce, tendre, pleine d’humour, de sarcasme, qui sait jouer avec nos émotions tout en nous les transmettant à la perfection. Une plume qui va droit au but, qui nous cache rien, qui nous livre un roman tout en émotion, tout en rebondissent, en action et suspens. La fin est une ode au désespoir, car je dois vous l'avouer, j'ai très envie de découvrir la suite, une suite qui me laisse le sentiment de beaucoup de souffrance, de trahison peut-être, ou de malentendu. J'espère que la suite sera à la hauteur du premier tome et nous plongera un peu plus dans le monde de Silas. A voir.

En bref, un roman fantastique addictif qui fut un coup de cœur tant pour l'histoire qui comporte moult rebondissements, surprises, que pour les personnages et les liens qui les unissent ou se tissent, mais également pour l'univers crée par l'auteur, un univers que je trouve fascinant et qui je pense nous réserve encore bien des surprises. De plus, l'écriture de l'auteur est un régal à lire, c'est frais, moderne, entraînant avec un équilibre parfait entre action et amour, solennité et humour et une belle démonstration de l'amitié.


Chronique de "Mémé dans les orties"

*** RAFRAÎCHISSANT & TENDRE ***


Auteur : Aurélie Valognes
Éditeur : Michel Lafon / Le Livre de Poche
Date de sortie : mai 2015 et mars 2016 (poche)

~ RÉSUMÉ ~
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.


~ MA CHRONIQUE ~

Un excellent moment de lecture avec Ferdinand, une personne aussi détestable qu'attachante.

Une histoire somme toute assez simple qui au final réserve bien des surprises et beaucoup d'émotion. Une histoire qui renferme les regrets et les remises en question de notre Ferdinand.

J'ai aimé me plonger dans ce récit humble, humain. J'ai aimé être dans la tête de Ferdinand, écouter son ton acariâtre, voir son attitude déplaisante et aigre. Malgré lui, nous rions de ses facéties parfois pas très catholiques, à la limite de la méchanceté.
Il vieilli seul, aigri, incompris. Son seul amour, pour ainsi dire, c'est sa chienne. Lorsque celle-ci n'est plus, il devient alors un tout autre homme, et surtout, cette disparition va bouleverser sa vie.

L'évolution de son personnage est fascinante à lire. Nous le voyons s'ouvrir, petit à petit, parfois espérer, se tromper. Juliette, cette petite fille qui vient tout bousculer dans son quotidien, est quelqu'un de très mature pour son âge (d'ailleurs, dans ses réflexions, elle m'a faite penser à ma fille, qui a à peu près le même âge) et surtout, elle a tout compris de Ferdinand.
De très beaux instants de partages viennent attendrir ce texte, nous transmettant l'émotion au plus haut point.

Chaque personnage secondaire apporte son lot de rire, d'étonnement. Chacun a une place bien précise, nous offrant différentes facettes de personnalité, faisant de ce texte un ensemble cohérent et complet.

J'ai aimé la façon dont l'auteur s'est accaparée son roman, cette facilité avec laquelle elle nous transmet certaines valeurs, certaines réflexions qui vous poussent à réfléchir, à vous remettre en question. Une tranche de vie qui donne l'envie de s’ouvrir à ceux qui nous entoure, de ne pas juger au premier regard, et d'espérer, toujours.

Page après page, ce sont des rebondissements, des sourires, des gens agaçants, des gens touchants, des situations comiques ou parfois plus tendres, des paroles tranchantes ou parfois plus profondes.

La plume de l'auteur est fluide, légère, captivante. Avec des mots simples elle réussi à nous procurer des émotions, à nous inculquer un certain nombre de sentiments. Une plume qui m'a séduite par sa fraîcheur et sa vivacité.

Je me suis prise d'affection pour ce Ferdinand, ce Monsieur Grincheux au cœur tendre (si, si, je vous l'assure !) qui m'a surprise de bien des manières, tant par ses railleries que par ses confidences.

En bref, un roman très humain où l'on ne s'ennui pas une seconde, un roman qui fait du bien, qui rend vivant. Un roman qui se lit très vite, rythmé par des chapitres courts et addictifs.
J'ai beaucoup aimé ce texte, original dans ses personnages. J'ai apprécié de voir la vie au travers des yeux de Ferdinand, vieux Monsieur émouvant pris dans la spirale de deux tornades qui changeront sa vie et son cœur. A découvrir.



lundi 12 juin 2017

Chronique de "Vengeance"

*** UNE PLUME PERCUTANTE ***




Auteur : John Inman
Éditeur : Dreamspinner Press
Date de sortie : juin 2016

~ RÉSUMÉ ~
Lorsqu’un crime épouvantable détruit la vie de Tyler Powell, son désir de vengeance prend le dessus. Chaque jour, à chaque instant, alors qu’il tente de reconstruire sa vie brisée, il n’a plus que cela en tête… la vengeance.
Cèdera-t-il à la colère pour devenir cette chose qu’il déteste par-dessus tout : un tueur ?
Il n’y a qu’avec l’aide de Christian Martin, inspecteur à la brigade criminelle chargé de son affaire, que Tyler voit une nouvelle vie possible se profiler devant lui, avec la révélation inattendue d’un nouvel amour qui lui tend les bras. Un amour qu’il pensait ne jamais plus connaître.
Le laissera-t-il entrer dans sa vie, ou est-ce déjà trop tard ? Sa vengeance a-t-elle plus d’importance pour lui que son propre bonheur ? Et celui de l’homme qui l’aime ? Tyler est bien déterminé à trouver un moyen d’assouvir sa vengeance sans pour autant sacrifier tout espoir d’un avenir avec Christian, mais cela s’avèrera difficile – si ce n’est impossible – et au final, il risque d’être confronté à un choix cornélien.


~ MA CHRONIQUE ~

Un très bon roman où encore une fois la plume de l'auteur m'a subjuguée.

Cette histoire est prenante, glaçante, lancinante. J'ai tout aimé, du début à la fin.

Ici nous découvrons Tyler, un Tyler heureux, un Tyler abattu, un Tyler perdu, un Tyler tout en rage, un Tyler amoureux. Son histoire, c'est le bonheur, c'est le deuil, c'est la souffrance et cette impression qui se faufile dans son cœur, insidieusement, que quelque chose lui manque, que ce manque sera récompensé par sa vengeance, une vengeance pour apaiser la douleur, pour apaiser l'âme, pour faire disparaître les fantômes.

Si le résumé en raconte bien assez à mon goût, il nous reste énormément de surprise à découvrir, d'émotion à vivre, de sentiment à ressentir.

La relation qu’entretiennent Tyler et l’inspecteur Christian Martin est des plus inhabituelle, elle cache un quelque chose, elle cache ce sentiment que nous avons de ne pas vraiment croire en Christian, en ses gestes, ses actes, ses paroles. Il nous rend suspicieux, il est intriguant. Cependant, la conclusion de ce sentiment est juste poignante.

Tyler et Christian, c'est une relation à naître, c'est des hauts, des bas, un rapprochement par la douleur, en douceur. Ce sont des mots susurrés, partagés au grès des jours, avoués dans la demi mesure, dans la peur.
J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur a traité ce lien qui se tisse entre eux. Un lien où les fantômes restent, survolent, un lien où la renaissance et l'amour verront s'effacer les brumes funestes.

Un roman très court où l'essentiel est abordé, où l'essentiel est dit. Un roman dont j'ai apprécié la trame car l'auteur nous offre une histoire de deuil, de culpabilité, de renaissance et d'amour. Le tout réunis avec des mots justes, vrais, dans l'émotion et le suspens.
Deux personnages opposés tant dans les caractères que dans les réactions.
J'ai apprécié la façon dont l'auteur nous raconte Tyler, ses faiblesses, ses hallucinations, ses pensées folles qui envahissent toute logique et cette appréhension de l'amour qui l'envahi, par l'écoute, par le soutien, par le regard, par les gestes, un amour qui sonne comme une trahison. Il faudra beaucoup de courage à Tyler pour dépasser les noirceurs et les contradictions qui l'obsèdent.

J'ai aimé ce que l'auteur m'a proposée avec ce récit. Je l'ai trouvé original dans sa façon d'exister, de prendre forme et dans ses révélations, car les surprises s'égrènent jusqu'au bout.

L'histoire est très dure tout autant que douce. Cette alternance de sentiments est en symbiose avec le cœur et l'esprit de notre Tyler.

Nous vivons cette enquête avec nos deux protagonistes, une enquête cohérente dont le dénouement l'est tout autant. J'ai apprécié avoir juste le point de vue de Tyler car c'est bien de lui ici que l'on parle, de sa souffrance, de sa déchéance, de cette peine qui l'envahie, jusqu'à l’engloutir, de cette force qu'il a d'accepter l'écoute de Christian, d'accepter ce que son cœur sait déjà malgré les doutes.
Vous verrez que Christian ne nous laissera pas sur notre faim et que celui-ci vous avouera également bien des choses. Mais là où c'est très fort, c'est que même si c'est Tyler qui nous raconte son histoire et bien à travers les mots choisi par l’auteur, les expressions, les gestes, nous ressentons chaque émotion de Christian, chaque douleur, chaque hésitation, chaque détermination.

La plume de l'auteur est un coup de foudre pour moi. J'aime son écriture si vraie, si tranchante, si percutante. Il emploi des mots crus, durs, dégoûtants, sanglants qui vous confèrent un vrai sentiment d'être dans le texte, de vivre ce que nos héros vivent. Mais le plus exceptionnel, c'est que l'auteur manie tout aussi bien les mots tendres, affectueux, les instants pudiques, romantiques, timides, les mots d'amour, les mots qui vous touchent en plein cœur.
Une plume qui vous fait vivre moult sensation, moult tourbillon émotionnel.

Pour conclure, je dirai que ce roman m'a touchée, m'a émue. Sa construction est agréable car nous avons un déroulement rationnel tant dans les sentiments que dans l'enquête. Un roman qui m'a fait vibrer de dégoût, de peine, de joie, de surprise.
Une réussite de la part de l'auteur dans l'entremêlement de la romance et de l'enquête, tout est savamment dosé, posé, exprimé. Un mélange et une égalité parfaite.
Des émotions à foison. 
Bravo et merci.



Chronique de "Quelques mots dans la marge"

*** COUP DE TENDRESSE & COUP DE ♥ ***


Auteur : Isabelle Rowan
Éditeur : Editions MxM Bookmark
Date de sortie : avril 2017

~ RÉSUMÉ ~
John McCann, un homme qui juge le monde à l’aune d’un livre de comptes, a une ambition suprême dans la vie : obtenir, vivre et profiter des bénéfices de sa fonction de cadre supérieur. Mais il se heurte à un léger problème : les migraines vont empirer s’il ne fait pas un changement drastique dans sa vie. Il lui faut un ‘retour au vert’, s’acheter un petit commerce tranquille en pleine campagne, se poser et se trouver des occupations plus saines pour meubler son temps...
Même si John sait que le médecin a raison, il ne peut pas se résoudre à lâcher le boulot pour lequel il s’est tant battu. Concédant que le sacrifice d’une année sabbatique ne devrait pas lui être trop dommageable, il se retrouve à la tête de Marges, une petite librairie pittoresque, secondé par Jamie, le fils de son précédent propriétaire. John espère mettre cette année à profit pour gérer son stress avant de retourner au front.
Ce qu’il ne pouvait pas prévoir c’était l’attirance que Marges et ses habitants exerceraient sur lui, en particulier cet homme négligé et silencieux qui se réfugie dans le vieux fauteuil en cuir de la section des livres d’occasion. Les envies de John de passer une année simple et sans attaches s’effilochent quand il rencontre David, ce qui le force à réévaluer le sens de la vie, de l’amour et de ce qu’il en attend réellement. John et David sont obligés de faire la paix avec leurs passés respectifs, tout en luttant pour savoir quel futur ils pourraient bien construire ensemble.


~ MA CHRONIQUE ~

Véritable coup de tendresse pour ce sublime roman dont l'histoire vous transperce littéralement.

Beaucoup de choses m'ont bouleversée dans ce récit. Je l'ai trouvé humain, réaliste, si profondément touchant et émouvant.

Si la larme à l’œil a été souvent présente, l'espoir a réchauffé mon cœur. Ce récit est une pépite dans sa façon de traiter la condition de David, de ce qu'il est, de ce qu'"il pense.

Nous trouvons ici deux hommes meurtris, perturbés, mais aucunement de la même façon ni pour les mêmes raisons. Deux âmes perdues qui se trouvent, se reconnaissent, s'apprivoisent, parfois dans la douleur, parfois dans l'oubli. 
Deux personnes qui ont su faire vibrer chez moi la corde sensible, qui ont su dépasser ce qu'ils étaient, apprendre, patiemment, l'un de l'autre, l’un pour l'autre, apprendre à s'ouvrir, à faire confiance, à se battre pour soi, pour l'autre, pour eux, apprendre la ténacité, apprendre l'écoute.

A chaque page nous lisons la souffrance, la dureté dans les paroles, les gestes, les actes, une vérité assez nue de la condition de David que nous offre l'auteur, sans embellissement, sans enrobage, juste une évocation réelle de ce qu'il vit, de ce qu'il traverse, de ce choix qu'il n'a parfois pas.

John m'a étonnée, car cet homme, si sûr de lui, si imbu, si supérieur, va se remettre en question et surtout, se poser les bonnes. Au contact de Jamie, la lumière de ce récit, il va apprendre à réfléchir, faire la part des choses. Une très belle évolution de son caractère qui nous ait magnifiquement conté par l’auteur.

Jamie...ah Jamie, la note de joie et de lumière de ce récit. Ce jeune homme est assez mature pour son âge, parfois philosophique dans ses échanges, un peu pipelette, mais toujours à bon escient. C'est un personnage clé du roman, essentiel pour David et John.

Ce que j'ai apprécié très fortement dans ce texte, c'est que l'auteur n'a pas résolu les soucis de nos deux hommes d'un coup de baguette magique. Non, elle a prit le temps de nous expliquer leur situation, leur mal-être, leur état d'esprit. Elle a prit le temps de nous montrer leurs réactions, leurs décisions, leurs indécisions, leurs imperfections. Elle a prit le temps de la découverte, de l'amour et de la confiance. Rien n'est rose ici, ni même gris, c'est tout un panel de nuances qu'elle nous offre pour un roman aux saveurs multiples, aux saveurs aussi aigres que douces.

Page après page l'émotion vous étreint comme une caresse, parfois rugueuse, parfois douce comme de la soie.
Page après page, ce sont des rebondissements, des retournements de situation que vous découvrez sous vos yeux embués.
Page après page, c'est une amitié inconditionnelle qui se forme, qui se crée, qui se consolide.
Page après page, c'est l'amour qui éclos, lentement, sûrement. Un amour imparfait...le meilleur qui soit.

J'ai adoré le contexte de l'histoire, cette petite librairie. J'ai eu l'impression de me sentir chez moi. Les descriptions sont excellentes et vous donnent l'impression d'être aux côtés de nos protagonistes, de boire le thé avec eux, de lire un bon livre.

J'ai eu un coup de foudre pour la couverture : elle est juste sublime ! Elle est simple et parfaite.

La plume de l'auteur est très expressive, juste dans ses mots percutants et sa vérité déchirante.
Une plume qui a su retranscrire avec grâce et dignité toute la souffrance, émotionnelle et physique, qui transperce nos deux hommes.
Une plume qui vous apportera pléthores de sentiments divers et variés, du rire, des larmes, de l'espoir, de la gêne, de l'amour, de la joie.

Pour conclure, je dirai que notre John a su lire les mots dans la marge...



jeudi 1 juin 2017

Chronique : "La fiancée du facteur"

*** POÉTIQUE & ENVOÛTANT ***


Auteur : Denis Thériault
Éditeur : Editions Anne Carrière
Date de sortie : avril 2017

Service Presse

~ RÉSUMÉ ~
D'origine bavaroise, Tania Schumpf, 23 ans, est arrivée à Montréal pour y faire des études universitaires, perfectionner son français et rejoindre un garçon rencontré sur Internet. Alors que ce dernier la déçoit, la ville lui plaît et elle décide de s'y installer. Pour gagner sa vie, elle travaille comme serveuse dans un restaurant sans prétention, le Madelinot, situé à Saint-Janvier-des-Âmes, un quartier populaire de Montréal. C'est là qu'elle fait la connaissance de Bilodo, un facteur timide, féru de calligraphie et auteur de haïkus, dont elle tombe amoureuse. Un jour d'orage, leurs vies basculent et leurs destins s'entremêlent dans un mouvement qui les emportera vers un ailleurs, où rien n'est plus vraiment ce qu'il paraissait être.


~ CHRONIQUE ~

Un roman qui m'a complètement séduite et subjuguée ! 
Il est d'une pureté incroyable, il vous transporte dans la folie d'un amour qui se consume, qui se fourvoie, qui se trouve.

Ici, nous suivons Tania, serveuse, et Bilodo, facteur. Ce sont deux personnages atypiques qui cachent une profondeur d'âme extrême. Chacun à leur manière ils sauront toucher votre cœur. Si parfois nous pouvons les trouver légers, excentriques, et bien sachez qu'ils vous révéleront bien des secrets et vous surprendront de beaucoup de manières, car au fond d'eux, ils  se consument de complexité mais aussi de beaucoup de cœur, de passion.

Bilodo et Tania...deux personnages similaires au fond. Ils se battent et se perdent eux-mêmes pour la même chose : l'amour. Un amour idéalisé qui pousse à toutes les folies.
Bilodo est un personnage attachant, qui se retranche dans l'idéal, qui vit un peu par procuration, dans l'imaginaire, pour fuir la réalité, sa réalité, et ainsi ne pas se confronter au monde réel.
Tania, qui nous semble plus terre à terre, n'est finalement pas mieux lotie dans cet amour qu'elle s'imagine.
Bilodo et Tania : deux êtres face à face qui ne se voient pas...et pourtant...

A travers l'histoire de Bilodo et de Tania , ce que j'ai beaucoup apprécié ce sont les haïkus. Ce fut une découverte pour moi et ils m'ont littéralement conquise. Si cela ne ressemble en rien à la poésie traditionnelle que nous connaissons, j'ai quand même trouvé que cela résonnait dans ma tête comme une belle mélodie dont les accords se font à l'instant T, à l'éphémère. Je dis bravo à l'auteur pour ceux-ci qui correspondent en tous points à l'histoire de Bilodo et Tania, à ce qu'ils vivent, à ce qu'ils ressentent, à ces mots qu'ils n'osent dire à voix haute.
Donc, au fil des pages, vous découvriez pléthores de haïkus, de tankas et de renkus, des "poèmes" japonais qui confèrent à ce récit une atmosphère incroyable, presque irréelle. Ils font rêver, séduisent.

Page après page, vous irez de découvertes en surprises, vous voguerez au gré du cœur de Tania, de ses folies, vous naviguerez sur la surprenante personnalité de Bilodo, sur sa vérité, vous vous laisserez submerger par les émotions intenses dégagées par chaque mot, chaque situation, chaque phrase que l'auteur vous offrent comme un cadeau, comme une sorte de conte où la fin sonne comme un recommencement.

A travers ce texte, l'auteur nous montre comment notre cerveau peut si facilement se formater pour se créer un idéal, un amour, un avenir, avant même de le vivre, de le toucher, de le palper. C'est étonnant de voir les réactions des personnages lorsque la réalité retrouve son axe et que tout se met en place.

La plume de l'auteur est envoûtante, fluide, elle vous transmet toute l'émotion que ressentent Bilodo et Tania, toutes les subtilités de leurs pensées, de leurs espoirs, de leurs peurs, de leurs joies...si fugaces soient-elles.
Une plume magnifique, maîtrisée.
Une plume qui compose des haïkus de manière magistrale et très intelligente.

Ce roman vous paraîtra peut-être léger au premier abord, mais ne vous y trompez pas, la broderie que nous tisse Denis Thériault avec ses mots est bien plus futée et regorge de complexité. La complexité des cœurs, la complexité des âmes...

Bref, un excellent roman que je recommande. Un roman qui m'a charmée tant par ses personnages que par son écriture et ses haïkus, tankas et renkus. Je dois avouer que la fin du texte m'a soufflée car je ne m'y attendais pas du tout. Un récit qui ne manque pas de rythme, certes un rythme lent mais non dénué de rebondissements et de surprises.
Je voudrais noter également qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier tome, LE FACTEUR ÉMOTIF, pour pouvoir lire celui-ci, moi-même je ne l'ai pas lu et pas une seule fois je ne me suis sentie perdue pendant ma lecture, ni ressentie de manque, même si du coup j'ai très envie de le découvrir.
Un roman avec des personnages touchants, parfois troublants, une histoire addictive, prenante, une plume envoûtante et un petit côté rêveur, magique, qui m'a séduite.

A découvrir.


Chronique : "L'amour à pleines dents !"

*** COUP DE ♥ ***


Auteur : Cali Keys
Éditeur : Diva Romance by Charleston
Date de sortie : 7 juin 2017

Service Presse

~ RÉSUMÉ ~
À vingt-quatre ans, Mélissa Muller, compositrice-interprète, quitte la Suisse (et donc la fondue au fromage et le chocolat), direction le Québec (et donc la poutine et le smoked-meat) ! Mais ce qu'elle n'avait pas prévu (mais pas du tout du tout), c'était que son chéri la plaquerait en pleine balade romantique sur le Mont-Royal. Seulement Mélissa ne peut pas retourner en Suisse. Pas tout de suite, du moins. Car ce qu'elle n a dit à personne, c'est qu'elle s'est inscrite au concours Best Singer, et qu'elle compte bien le gagner.
Diane a perdu Charles, son mari, il y a quelques années. Pour ne pas sombrer dans la dépression, elle s'investit dans son magasin de cupcakes, Sweet Cuppins, et engage Mélissa sur-le-champ. Ensemble, elles vont apprendre à reprendre goût à la vie, à aller au bout de leurs aspirations. Et qui sait, peut-être vont-elles aussi retrouver l'amour ?


~ CHRONIQUE ~

Un coup de cœur pour cette romance tendre et drôle, pleine de fraîcheur, toute en émotion et délicatesse.

Un livre qui m'a happée dès les premières pages avec ses héroïnes captivantes et étonnantes. Nous suivons Mélissa et Diane dont le destin va se croiser pour ne plus se quitter. Il était très émouvant de voir ces deux femmes, aux âges opposés, se prendre d'affection l'une pour l'autre, trouvant chacune en l'autre une part d'un bonheur perdu.

Le résumé est parfait pour aiguiser votre curiosité sans rien dévoiler de trop. 

Au fil des pages, les émotions s'accumulent, les sentiments se développent, les personnalités s'affirment. 

Mélissa est une jeune femme très douce, gentille, ne manquant pas d'humour, mais surtout, ce qui l'a caractérise c'est cette force qu'elle dégage, la force de croire en son rêve et d'aller jusqu'au bout de ce qu'elle croit être le meilleur, et surtout, de ce qu'elle veut. Son expérience va chambouler sa vie, son cœur aussi. Sa rencontre avec Matthew va lui laisser des traces et lui faire connaitre l'amour, le vrai, celui pour lequel on déplacerai des montagnes. Cependant, rien n'est jamais acquis...ni facile.
Matthew reste un personnage ombrageux, mystérieux, qui cache ses blessures sous un masque de froideur étonnant. Par contre, lorsqu'il se laisse aller, trop peu de fois, nous remarquons que c'est un homme bon, juste et généreux, doux. Son histoire m'a serrée le ventre.

Diane est une femme dont le cœur est mis en berne. Son amour parti, c'est sa vie qui s'en trouve morne, triste. L'arrivée de la tornade Mélissa va la réveiller et lui faire croire que l'amour peut à nouveau souffler dans sa vie. J'ai suivi ses péripéties avec beaucoup de sourires et d'attendrissement. Elle sera également d'un bon soutien pour Mélissa, les jours où la vie ressemble à un grand tableau gris.

Les personnages secondaires font parti intégrante du récit et le complètent à merveille. Ils offrent une âme au texte et donnent à réfléchir à nos deux héroïnes. Ils ont chacun leur personnalité propre, parfois agaçante, mais qui ne vous laisseront jamais de marbre.

J'ai adoré le contexte du livre qui nous procure dépaysement et loufoquerie tout autant que de la douceur avec les cupcakes et bien d’autres choses encore.
Je pense que l'auteur a fait de bonnes recherches sur le Canada dont les expressions m'ont beaucoup faite rire !
J'ai aimé aussi voir les petits clin d’œil à la Suisse, dont Mélissa est originaire, car je vis juste à côté et retrouver certaines choses de là-bas m'a plu.
A travers ce roman, l'auteur explore plusieurs univers : celui de la télé-réalité avec le concours, celui de la pâtisserie et ses effets réconfortants avec les cupcakes, celui du pardon et de l'acceptation avec Matthew, celui de la renaissance avec Diane et pour Mélissa, celui de l'amour et de l'espoir...toujours croire en ses rêves et se donner les moyens de les accomplir.

J'ai aimé avoir les points de vue de Diane et de Mélissa. Cela n'a donné que plus d'intensité à tout ce qui leur arrive, tout ce qui les bouleverse.

La plume de l'auteur est fluide, légère, avec une excellente maîtrise. 
Une plume captivante qui nous embarque sur un océan d'émotions et de sentiments. J'ai eu, sur certains passages, la larme à l’œil tant l'intensité du récit m'a touchée, tant les mots de Matthew, de Mélissa, et même de Diane m'ont bouleversée. Des mots dont l'auteur sait jouer pour procurer tout un panel de sensations et de situations aussi rocambolesques qu'adorables.
Une plume qui nous fait ressentir toutes les contradictions et la douleur qui tournent en boucles dans la tête de Matthew, toute la force de Mélissa pour son rêve et son cœur, toute la peine de Diane lorsqu'elle lit ses lettres, si déchirantes.
J'ai aimé la capacité de l'auteur à entremêler justement humour, passion et sérieux, le tout dans un parfait équilibre.

Bref, un roman frais, plein d'humour, tout en nuances, en émotions...un véritable hymne à la passion et à l'amour.

A découvrir absolument.


Chronique : "L'imperfection d'une prophétie - Minigicien - T0,5"

*** EXCELLENTE MISE EN BOUCHE *** Auteur : Eridine Thémys Éditeur  : auto-édition Date de sortie : 16 juin 2019 Service Pres...