Chronique : "Un amour Parfait

*** FABULEUX ET DÉROUTANT ***


Auteur : Lolvé Tillmanns
Éditeur : éditions Cousu Mouche
Date de sortie : mars 2018


~ RÉSUMÉ ~
Deux enfants s’aiment. Mais ce que l’on attend d’eux et les préjugés familiaux vont peu à peu mettre cet amour à mal. Elisabeth est vouée à l’excellence et fait tout ce qu’il faut pour répondre aux attentes. Matthew est prisonnier de ses peurs et de ses timidités. Sans Elisabeth pour le guider dans la vie, il peine à s’y mouvoir. Mais l’amour est là, et si le temps ne peut en venir à bout, il a le loisir de tout transformer. À l’innocente passion, s’ajoutent le désir, les vexations, les rancunes. Un cocktail de drames sur une mélodie à l’eau de rose.
Lolvé Tillmanns se jette avec appétit dans un univers à la Sagan. Où les belles propriétés cachent le mépris, les pulsions, les médiocrités. Par sauts temporels, elle reconstruit l’histoire de deux enfants que la vie abîme par ricochets.



~ MA CHRONIQUE ~

Un excellent roman qui vous transporte au cœur d'une relation à la fois émouvante et glauque.

Elisabeth et Matthew, deux jeunes dont la vie va se croiser, se recroiser, se confondre,  sans jamais vraiment se quitter, deux voisins et amis dont les aléas des origines et de la vie font d'eux des pantins de leurs parents, des chiffons que l'on peut froisser à sa guise, des personnages dont la vie n'est qu'apparences, objectifs et pouvoir pour l'un, espoir, envie, doutes, paix et rêves pour l'autre.

Elisabeth et Matthew sont deux personnages clés de ce roman, tout autant que leurs parents. Ils sont si complexes qu'il est parfois difficile de les suivre, que ce soit dans leurs choix, dans leurs réactions.

J'ai aimé la construction du récit, qui par sauts intemporels (comme dit dans le résumé) nous procure ainsi l'histoire complète d'Elisabeth et Matthew, de leur toute jeunesse, même naissance, voir conception, à leur vie d'adultes, à ce qu'ils sont devenus suite au temps qui passe et à l’éducation que leurs parents respectifs leurs ont inculqué. Deux vies à l'opposée l'une de l'autre. Deux visions de vie complètements différentes qui va les mener à cette espèce de routine, de fausseté dans laquelle ils vivent.
Matthew et son addiction à Elisabeth... Elisabeth et son pouvoir sur celui-ci... 
Un excellent récit à l'atmosphère particulière, aux personnages supers travaillés avec chacun une psychologie particulière, qui parfois vous glace le sang.

Un texte surprenant. Un roman psychologique très fort porté par des personnages extrêmement puissants, faux dans leur facon d'être, narquois, doux, naïfs et très lucides à la fois.

La plume de l'auteur est aussi glacée que ses personnages, aussi fourbe que leurs caractères aussi douce que leurs faiblesses : en tout point de vue parfaite !!
A chaque page tournée c'est une sensation nouvelle qui vous envahi, un étonnement perpétuel, une indignation, une compréhension.
Une belle description des dérives et des drames que peuvent cacher une belle façade, une belle tenue, un bon port de tête. Une vision de ce que peut cacher une porte close.

J'ai aimé suivre Elisabeth et Matthew dans leur évolution personnelle, faite de l'influence de leurs parents, de cette éducation particulière, strict, faite de faux-semblants, de paraître, de paillettes et de noirceur, une évolution dans le gris, teintée parfois de lumière. Une vie un peu de fantôme...
Des protagonistes qui vous serrent le cœur, qui arrivent à vous émouvoir, à vous montrer ce que l'on peut faire par la parole et toutes les conséquences et l’influence que cela peut engendrer.

En bref, un roman surprenant à l’ambiance particulière, glauque, cynique, froid, que j’ai adoré dévorer ! Un page-turner qui vous fait naviguer d’une année à l’autre, d’avant en arrière, d’arrière en avant, pour mieux vous faire comprendre la psychologie de chaque personnage et leur histoire.
Un roman détonant, addictif, une fin époustouflante, brutale et parfaite.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Quand le vent caresse mes cheveux"

Chronique : "Le club des feignasses"

Chronique : "Einstein, le sexe et moi"