samedi 27 octobre 2018

Chronique : "72 H"

*** COUP DE CŒUR ***


Auteur : Matthieu Biasotto
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : octobre 2018

Service Presse Auteur


~ RÉSUMÉ ~
Pourquoi n’est-il pas rentré ? Valentin est sur répondeur. Ce n’est pas un retard, il s’est volatilisé. Il a douze ans. Début du cauchemar.
Un enfant émotif et introverti, une mère au supplice. Un professeur ambivalent, un directeur qui ment. Dans le prestigieux collège Sainte-Sophie, les secrets sont à double tranchant, les mensonges jouent contre le temps.
Nathalie, maman solo saignée à blanc, va sombrer dans l’angoisse glaçante d’une disparition. Une effroyable descente aux enfers où chaque seconde sans nouvelles est un calvaire. Entre nuits blanches et peur du pire, la détresse et l’urgence sont une torture. Un décompte.
Nathalie remue ciel et terre, elle ignore seulement qu’un sablier s’écoule dans une pièce sombre. Quelqu’un détient la vérité, une ombre se délecte des heures qui filent. Et pour sauver son enfant, cette mère va devoir rencontrer son destin.



~ MA CHRONIQUE ~

Un coup de cœur pour ce thriller palpitant qui m'a remuée, qui m'a touchée. 

Dans ce texte, beaucoup de choses se passe, mais surtout nous découvrons une mère en proie à une peur panique pour la disparation de son fils et tout ce qu'elle fera pour le retrouver m'a assez émue. Elle est forte, courageuse, ose se battre à plus fort qu'elle, n'a pas peur de montrer sa détermination, même à ceux qui la prenne de haut. Cette disparition fera resurgir chez cette mère tous les choix qu'elle a pu faire, tous les choix qu'elle s'est imposée, pour son fils, uniquement son fils. Une mère dévouée qui devra affronter la vérité de ses décisions, la vérité de ses mensonges, la vérité sur qui elle est vraiment.
Son personnage est extrêmement bien travaillé, avec une psychologie fouillée. Elle passe par tout un panel d'émotion, de sentiments contradictoires. 

Ici, nous découvrons également cette "différence" entre riches et moins riches, cette différence de comportements, de jugements... de vie, pour au final se rendre compte que nous sommes tous pareils quand on creuse bien et que la belle façade se craquelle...
Certes il y a des clichés, mais ne sont-ils pas réels ? Ne sont-ils pas le reflet de cette société où nous vivons ? Pour moi, cette différence est extrêmement bien démontrée par l'auteur, avec justesse et vérité. Une vérité qui fait mal.

Chaque personnage composant ce récit est parfait dans son rôle, avec ses défauts, son humanité, ses travers. Beaucoup vont se télescoper, se complaire dans leur situation bien placée, avoir peur pour leur réputation, pour leur travail, peur de tout perdre, peur de tomber. Tout ceci engendre des situations difficiles, des choix horribles, des révélations étonnantes.

Page après page c'est un suspens croissant qui vous envahi, une course contre le sablier d'où les grains tombent inexorablement, c'est un imbroglio d'histoires de vie, d'histoire de cœur, de pardon, de regrets, d'amour. Car de l'amour il y en a, un amour inconditionnel pour son enfant, un amour caché mais sincère, un amour bafoué pour son travail et bien plus encore.
Chaque page de ce roman est une nouvelle épreuve, un nouveau souvenir, une émotion sincère, une peur qui bascule dans l'horreur et parfois la folie, la folie d'un cœur, la folie de la mort, de la perte, la folie de l'inconnu.

J'ai aimé me plonger dans ce texte, voir cette mère courage se battre, regretter parfois, mais toujours tenir bon pour son fils. Un fils particulier, un fils qui pardonne difficilement, un fils aux émotions exacerbées. Je crois que c'est ce qui m'a le plus marquée ici, c'est cette relation entre Nathalie et Valentin, cette relation que nous vivons séparément mais où les liens se resserrent à l'approche de la vérité, à l'approche du soulagement. Un amour indestructible malgré les choix, malgré les erreurs, malgré le bonheur, malgré la peur, malgré les mensonges.

La plume de l'auteur est vraiment excellente car il sait manier les mots pour poser la justesse sur chaque émotion, chaque sentiment. Nous nous prenons à devenir Nathalie, à ressentir chaque fibre de son corps, de sa douleur, de son chagrin, de la déconvenue dont parfois elle fait preuve, de sa prise de conscience sur la vérité qui l’entoure, sur la nature réelle des gens et tout ce que cela peut engendrer.
Une plume tout en nuances, tout en cadence, une plume acérée, aiguisée, qui parfois se fait plus douce, plus sensible. Une plume où la rage et l'amour s’imbriquent pour nous offrir un texte percutant, haletant et déroutant.

En bref, un roman impossible à lâcher une fois arrivée à plus de la moitié ! De plus en plus intense. De plus en plus suffoquant. Encore une fois, j'ai été bluffée par la façon dont l’auteur arrive à tout mélanger, à nous diriger dans plusieurs directions, nous induire en erreur, pour au final tout remboîter et nous surprendre de manière extraordinaire ! Chapeau ! J’ai beaucoup aimé cette mère, son courage, sa force, ses remords... et son fils, si spécial, si touchant. Une écriture toujours aussi haletante, intense et riche en émotions.

Un conseil : lisez-le !




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Popular Posts

Chronique : "Bora Bora's Bitches - Tome 3"

Auteur : Jacinthe Canet Éditeur : autoédition Date de sortie : juillet 2019 ~ RESUME ~ Chère Licorne-journal, on dit que « ...

 
Mateiva Passion Lecture Blogger Template by Ipietoon Blogger Template