Chronique : "Une folie passagère"

*** COUP D'AMOUR, COUP D'JE T'AIME ***


Auteur : Nicolas Robin
Éditeur : éditions Anne Carrière
Date de sortie : 8 mars 2019

Service Presse Maison d'édition


~ RÉSUMÉ ~
" Une femme dans mon genre n'a pas droit à l'erreur. Je me fais cette réflexion chaque matin au réveil... " Bérengère s'évertue à être une parfaite hôtesse de l'air. Elle a quarante ans, vingt ans de métier, douze mille heures de vol au compteur, une robe turquoise sans faux plis et un impeccable chignon banane. Elle fait du ciel le plus bel endroit de la terre car, ici-bas, on l'abandonne : ni mari ni enfants, quelques amants de passage sans considération pour elle. Alors, elle cache ses blessures sous son uniforme et rien ne semble pouvoir altérer son désir de maîtrise et de perfection. Jusqu'au jour où une série de contretemps dérègle cette mécanique bien huilée. Jusqu'au jour où, poussée à bout, elle commet l'irréparable. D'une plume alerte et fantaisiste, Nicolas Robin nous embarque au septième ciel, dans une intrigue haute en couleur. Une comédie douce-amère, hommage à toutes les femmes qui enverraient bien valser les normes sociales pour trouver leur liberté.



~ MA CHRONIQUE ~

Un roman coup de cœur, une héroïne attachante et terriblement humaine, une atmosphère légère mais qui recèle une profondeur bien réelle et une émotion sincère.

Nous plongeons dans un vrai voyage émotionnel, plein de turbulences, de surprises, d'un destin taquin et d'une pléiade de personnages hauts en couleurs.

Bérengère reflète la femme d'aujourd'hui, avec ses exigences, ses obligations, ses envies, ses rêves, ses besoins. 
Au fil des pages se tisse le diktat de la bienséance, de l'apparence, du bien-comme-il-faut, nous montrant la prison dans laquelle nous nous enfermons parfois par obligations.
Au fil des pages se profile ce ras-le-bol, ce coup de pied au bien-comme-il-faut, cette sensation de trop, d’étouffer, de ne plus supporter.
Bérengère nous renvoi parfois notre propre reflet, ce besoin de tout faire bien car c'est ce qu'il faut, c'est l'apparence avant tout. J'ai aimé partager ce bout de vie avec elle, cet instant, dès le matin, où tout va vau l'eau, où tout s’enchaîne, ne laissant aucun répit au positif, bien que parfois, celui-ci se matérialise sans en prendre gard et vous envoi vers un chemin inattendu et plein de promesses.
J'ai aimé de temps en temps sa naïveté, son trop plein de gentillesse, son trop plein de self-contrôle.
J'ai aimé sa folie, sa dérision, ses pensées sombres, ses espoirs, son esprit vagabond. C'est une femme à la fois plein de talents et pleine de complexes, de manque de confiance. Son métier conférant à cette obligations de toujours paraître au top, au mieux, au plus lisse, au plus impeccable.
Nicolas Robin, avec Bérengère, nous dresse un portrait presque parfait de la femme d'aujourd'hui de quarante ans, prise malgré elle en étau des codes de notre Société, à demander toujours plus, toujours plus haut, toujours loin.

Ce voyage que nous offre l'auteur nous embarque également pour un vol en plein cœur de l'essentiel, du plus important : la vie des hôtesses, steward et pilotes à bord de l’avion ! Car oui, avec ce roman, nous plongeons en plein cœur de leur travail, de leurs compétences et de tout le savoir-faire dont il faut savoir faire preuve pour "supporter" les passagers et leurs exigences parfois incongrues, leur comportement bizarre, leur originalité, leur impolitesse, mais également se voir s'attacher à certains passagers, plus fragiles, plus doux, plus "gentils". 
Je me suis régalée des relations entre les hôtesses et le steward, des coups bas, des paroles blessantes, des rires, du soutient, de l’entraide. Un beau panel d'amitié et de faux-semblants...
J'ai admiré le sang froid de ces professionnels du vol, quand la peur ne veut plus rien dire et qu'il faut y aller, avancer pour rassurer, pour sauver, pour vivre.

Au-delà du rire, des situations cocasses, ridicules, et bien la tendresse est de mise aussi ici. J'ai eu de beaux moments d’attendrissements, de douceurs, de paroles émouvantes, touchantes.
Bérengère cache ses blessures sous son uniforme, nous montrant que l'on peut être deux dans une même personne, mais aussi qu'un jour ou l'autre, la vraie nous revient au grand galop et envoi tout valser.

La plume de l'auteur, que j'affectionne tout particulièrement, trouve ici un nouveau souffle, plus émotif, plus attachant. Cependant, son style unique, plein de sarcasme, vif est bien présent, pour notre plus grand plaisir. Juste cette petite pointe d'émotion en plus, de poésie aussi, qui vient, avec bonheur, enrichir une plume déjà riche de sentiments, de mots et de sensations.

 L’histoire de Bérengère, cet instant de vie que nous vivons avec elle, est un entremêlement de rire, de compassion, de remise en question, une sorte de bilan de soi, de sa vie, le tout accompagné de péripéties à la chaîne, d'un karma qui se déchaîne et d'un ensemble de personnages éclectiques, bien marqués, attachants, agaçants, aux personnalités tranchées, très réalistes, et qui égrènent les pages du bouquin, tout comme la vie de Bérengère.
J’ai aimé retrouver Nicolas Robin, sa verve, sa plume si particulière, si fine, si percutante. Avec ce roman, comme déjà dit, j’ai trouvé que sa sensibilité s’était accrue, que l’émotion était plus vive, plus démonstrative, j’ai même décelé une jolie pointe de poésie... 

En bref, juste merveilleux ! Un pur régal ! Un livre piquant, acidulé, doux : tout en nuances. C’est frais, moderne. J’ai été charmée par ce nouveau roman, un véritable coup d'amour, coup d'je t'aime, qui m’a fait rire, sourire, qui m’a émue par sa part de vérité, par sa douceur, par sa sincérité et cet amour naissant, flamboyant, insoupçonnable. Un vol émotionnel intense pour un voyage ponctué de turbulences, d’insolence, de sentiments et de courage pour enfin atteindre le nuage numéro 8.

A découvrir sans plus tarder !




Commentaires

Articles les plus consultés