Chronique de "Le Précepteur" de Bonnie Dee



Auteur : Bonnie Dee
Editeur : MxM Bookmark
Sortie : juin 2016
Résumé :
Lorsqu’il tombe sur une annonce proposant un poste sur un domaine du Yorkshire, Graham Cowrie, typographe, décide de changer de carrière et de se faire passer pour un professeur particulier. Ça ne peut pas être bien compliqué de faire cours à deux gamins de neuf ans ! Mais à son arrivée dans le vieux manoir, il trouve les domestiques inquiétants, les jumeaux étranges, et le maître des lieux, veuf, absent.
Sa première rencontre avec Sir Richard, sombre, sévère mais ô combien attirant, se passe mal, mais puisque personne d’autre ne se bat pour le poste, Graham réussit à le garder. Sa mission se révèle rapidement : abattre les murs de méfiance que père et fils ont érigés et tenter de les réconcilier.
Mais des sons étranges, des visions et des sensations mettent les nerfs de Graham à rude épreuve, jusqu’à ce qu’il admette que le manoir est hanté par deux entités aux intentions bien différentes. Pour protéger la famille brisée qui détient son cœur, Graham va tenter d’apaiser l’une et de combattre l’autre.



~ MON AVIS ~

Tout d'abord, je souhaiterais vous dire que j'aime énormément cette couverture, qui siée à merveille à son roman. Et ce roman, justement, et bien, je l'ai adoré. J'ai passé un très bon moment de lecture.

Nous faisons connaissance avec Graham, qui devient précepteur de deux jumeaux, bien différents l'un de l'autre, dans un manoir des plus étranges. Au-delà de son rôle d'enseignant, Graham va découvrir et devenir bien plus, et c'est sa vie qui va s'en trouver complètement bouleversée.

Graham est un homme calme, drôle, intelligent, avec ses secrets et ses blessures. Sa persévérance et son bon cœur font de lui une personne très attachante.

Richard est quelqu'un de taciturne, de profondément marqué par la culpabilité, incapable de s'en sortir. Un terrible puits sans fond d'où il ne semble pas vouloir sortir. Mais au-delà de cette terrible auto-accusation, c'est un homme instruit, plaisant, tendre. Page après page, grâce à la volonté de Graham, sa perspicacité et son entrain, Richard émiette petit à petit toutes les noirceurs qui envahissement son âme.

Leur histoire d'amour s'égraine au fil des chapitres, prend son temps, mûrie. J'ai beaucoup aimé cette lenteur car elle correspond très bien à l'état d'esprit de nos deux protagonistes, à leur histoire personnelle et aux sentiments qui agitent leur tête.

Une certaine déclaration de Richard m'a beaucoup émue à la fin du roman.

Ce roman, c'est aussi des esprits, des fantômes, un vengeur, un sauveur qui hantent les murs et la totalité du manoir. C'est aussi des personnages secondaires loufoques, bizarres, qui vous surprendront. 
Graham mettra tout en oeuvre pour découvrir ce qu'il se cache dans cette maison, mais surtout, il mettre tout son cœur à résoudre ces mystères pour sauver cette famille à laquelle il s’attache, bien malgré lui. Car les jumeaux, si taquins, ou taciturnes qu'ils soient, et bien, il s'y attache, et prend même un grand plaisir à leur enseigner ce qu'il sait, avec des méthodes parfois bien peu orthodoxes.

La plume de l'auteur est fluide et captivante, elle réussi à vous maintenir en haleine jusqu'au bout du roman, à faire monter la pression avec tous ces mystères, ces murmures, ces voix qui hurlent, qui sifflent. Une écriture en accord avec l'époque du récit, bien que quelques mots ne le soient pas, mais je suis passée outre, car le récit est tellement bien mené et passionnant, que j'ai fais abstraction de ces petits défauts.
Une écriture qui vous décrit à merveille l'ambiance lourde, pesante, inquiétante, vous donnant presque la sensation d'être dans ce manoir. Une écriture qui retranscrit parfaitement les émotions de Graham, ses monologues intérieurs, qui parfois m'ont fais sourire lorsqu'il part dans ses extrapolations. Une écriture qui sait aussi se faire douce, tendre, lors d'échanges entre Richard et Graham, entre les enfants et Richard.
Un univers justement dépeint, comme une toile, où les couleurs seraient le reflet des âmes de nos protagonistes.
A noter aussi un juste milieu entre la romance et le mystère. Parfaitement dosé et équilibré, ce que j'ai beaucoup apprécié.

Bref, j'ai passé un super moment, trop court à mon goût d'ailleurs. De beaux personnages avec des passés qui les ont marqué, des enfants intrigants et touchants, un manoir qui vous met des frissons, dont l’historique vous surprend, une histoire d'amour tendre et douce, avec ce qu'il faut de rebondissements et de discordes pour pimenter un texte plaisant et passionnant.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Une vie à t'attendre"