Chronique : "Prends ma photo" de Giselle Ellis

*** ÉNORME COUP DE CŒUR ***




Auteur : Giselle Ellis
Maison d'édition : Reines-Beaux

Résumé :
Aaron n'a pas la moindre idée de ce dans quoi il se fourre lorsqu'il accepte de poser pour un photographe aussi connu pour son talent que pour ses crises de colère. Il ne s'attend certainement pas à finir par travailler en tant qu'assistant de Jake pendant cinq années de frustrations, de passions, et de folies, plutôt que de se tenir devant l'objectif. Mais cela leur convient, jusqu'à ce que Jake réalise qu'Aaron est devenu le centre de son existence, une existence qui est menacée lorsque son assistant le quitte pour de bon afin de se mettre en couple avec quelqu'un d'autre.



~ MA CHRONIQUE ~

Un coup de cœur pour ce roman qui a su me toucher et m'émouvoir de bien des façons.

Ici, nous suivons la vie de Jake et Aaron, une vie qui s'est construite sur un coup de tête, une vie qui s'est articulée autour de leur façon atypique de communiquer, autour d'un lien invisible qui s'est créé entre eux, un sentiment que ni l'un ni l'autre n'est prêt à assumer ou dévoiler. Le jour où Aaron quitte Jake, c'est tout son univers qui s'écroule, qui vacille.

J'ai apprécié le style du texte, la façon dont l'auteur l'a articulé. J'ai trouvé que la construction des paragraphes donnait du rythme à ce roman où l'action et les rebondissements ne sont pas présents. L'alternance des points de vue des deux personnages principaux confère un impact supplémentaire aux ressentis, aux sentiments assez extraordinaires qu'ils éprouvent.

Ce roman est d'une intensité incroyable, d'une grande force dans la démonstration de l'amour unique, l'amour fou. Un amour si grand qu'il fait peur, qu'il paralyse, un amour sans lequel la vie est terne et sans saveur.
Les échanges entre Aaron et Jake sont drôles, particuliers, comprit d'eux-mêmes. J'ai beaucoup souri lors de leurs interactions.

Page après page, nous sommes absorbés par cet amour qu'ils refusent d'avouer, nous sommes happés vers le point culminant de leur relation, cet instant où tout explose, où tout devient déchirant, où tout devient urgent. Ce que j'ai éprouvé dans cette histoire est devenu de plus en plus violent, comme les émotions de nos protagonistes. J'ai enduré toute l'agonie de Jake, cet abandon de soi pour le bonheur de l'autre. J'ai subi la détresse d'Aaron, la perte qu'il pense irrévocable. C'était beau, poignant, puissant.

L'histoire peu sembler banale à la lecture du résumé, mais pour moi elle ne le fut pas. En aucun cas. Je l'ai trouvé atypique, avec des personnages intéressants, accrocheurs, aux caractères bien définis, travaillés avec intelligence et originalité.
La plume de l'auteur est sans aucun doute le point fort de ce roman. En effet, cette plume si délicate, si démonstrative, vous emporte pour ne plus vous quitter, elle vous transporte vers des sommets émotionnels profonds, voir oppressants. Une plume qui sait jouer avec les mots pour vous proposer une palette incroyable d'états affectifs, tout autant que drôles.
La scène d'amour entre Aaron et Jake m'a littéralement déstabilisée, je l'ai ressenti aussi intensément que les protagonistes : j'ai éprouvé chaque geste, chaque morsure, j'ai senti chaque larme, chaque supplique. J'ai vécu avec eux ce désespoir qui les fait s'aimer d'une telle force, que cela devient douloureux. D'une telle force, qu'ils ne souhaitent faire plus qu'un, qu'un corps, qu'une entité. J'ai vibrer de désir et d'impatience, comme eux. Et le plus important dans cette scène, c'est que j'ai touché du bout du doigt cet amour qui transparaissait dans chacun de leurs gestes, chacun de leurs regards, chacun de leurs effleurements, cet amour solide, inconditionnel, unique, cet amour pur et sincère qu'ils s'offrent l'un à l'autre.

Alors oui, il n'y a pas d'action ou de rebondissements grandioses dans ce roman, seulement une sublime histoire d'amour qui s'est construite involontairement et naturellement au fil des années, une histoire d'amitié aussi, une histoire de cœur, de confiance, qui vous prend aux tripes, qui vous submerge, tout autant qu'Aaron et Jake.

Mon seul regret, ce sont les fautes de frappes ou d'inversions que j'ai pu relever, assez nombreuses, malheureusement. Cependant, je dois vous avouer que je suis passée outre car l'histoire est si belle et d'une telle puissance, que ceci a tout supplanté !

Un énorme coup de cœur.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"