Chronique de "Ewa" de Matthieu

*** FRISSONS & ÉMOTIONS ***




Auteur : Matthieu BIASOTTO
Editeur : auto-édition
Sortie  : 5 mars 2017

Service Presse Auteur

Résumé :
Elle s’appelle Ewa. Elle est particulière. Elle ne doit jamais se regarder dans un miroir. Jamais. Son don étrange est une malédiction qu’elle ne maîtrise pas. Son passé est difficile à porter. Il lui est impossible de partager son secret. Elle ne peut faire confiance à personne. 
Enfermée « pour son bien » à Miedzeska, dans une pension pour filles au cœur de la Pologne, Ewa survit entre humiliations et sévices. Elle serre les dents en rêvant d’évasion, mais personne ne s’échappe de cet internat.
Alors pourquoi des filles disparaissent-elles sans laisser de traces ? Que deviennent-elles ? Et surtout… qui sera la prochaine ? Ewa ne doit jamais céder à l’appel des miroirs, elle le sait. Elle a juré. Et si la vérité se cachait dans son reflet ?



~ MA CHRONIQUE ~

Un roman assez fascinant, mélange de fantastique et de thriller, avec une pointe de douceur.

Tout au long de votre lecture, ce récit vous donne l'impression de naviguer dans une atmosphère grise, glauque, un monde monochrome. Ce sentiment, si bien assorti au texte, est dû à la justesse de l'auteur dans ses descriptions concernant l'environnement, les lieux, la période...tout ce qui compose "l'habillage" de celui-ci.

Ici, nous suivons Ewa, jeune fille atypique de 15 ans, un brin naïve, perspicace et extrêmement courageuse, forte. Son existence est peu banale, elle va souffrir, douter, oser, affronter...aimer. Son don sera son malheur, son fardeau, tout autant que sa délivrance.
Sa rencontre avec Macieg nous procurera les mêmes sensations qu'elle : abandon, amour, confiance, doute, trahison...tout un maelstrom de sentiments contraires qui embrouilleront ses pensées. Une aventure des plus périlleuse les attend, dans tous les sens du terme.

Une fois la lecture commencée, dès les premières phrases, les premiers mots, vous vous sentez otage de ce récit, otage d'Ewa, comme un devoir de rester à ses côtés pour découvrir son destin, la vérité, pour LA découvrir. C'est un sentiment à la fois rassurant et oppressant.

L'auteur m'a surprise encore une fois avec son roman. Un style à la fois différent et familier. Page après page, il nous offre pléthore de ressenti, du plus effroyable au plus doux, car oui, il y a de la douceur au milieu de toute cette noirceur. Une douceur qui vient pour un court instant illuminer les traits d'Ewa.

Le texte est très bien mené, et même si j'ai deviné certaines choses, il réussit à nous maintenir en apnée jusqu'au bout. Cet exploit, l'auteur le détient grâce à cette facilité qu'il a de nous guider vers une piste pour ensuite mieux nous diriger vers une autre, puis à nouveau, nous insuffler le doute...bref, une belle réussite. Un contexte bien défini, une période de l'histoire bien marquée.

Les personnages secondaires sont très intéressants, décortiqués au travers des yeux d'Ewa. Ils incarnent une bonne partie de l'effroi de ce livre, insufflant la terreur et le dégoût. Une seule lumière viendra éclairer ces personnages odieux et manipulateurs : à vous de la découvrir.
J'ai beaucoup aimé aussi le personnage de Leslaw.

Avec "Ewa" vous n'allez pas vous ennuyer une seule seconde. Chaque page est l'occasion d'un rebondissement, d'une horreur, d'une douleur, d'un espoir, si infime soit-il.
Ewa va vivre une période effroyable de sa vie dans cette pension. Une souffrance atroce. Des réflexions confuses. Trop naïves. Trop sûres. Trop hâtives...

La plume de l’auteur est une fois de plus à la hauteur de son roman. Elle est dure, crue, franche, tranchante, incisive. Elle ne cache rien. Aucun détail. Une plume qui délivre une multitude d'émotion, de frisson, d’écœurement, d'horreur. Une plume sombre, à l'image du climat de ce texte. Une plume qui provoque obligatoirement quelque chose en vous, avec des mots simples mais efficaces, des mots honnêtes, vrais, qui mit bout à bout, vous dévoilent des phrases intenses, percutantes.

Je voudrais donner une mention spéciale pour la couverture qui est tout simplement sublime et reflète tout à fait l'ambiance du roman, ainsi que son personnage principale.

Pour conclure, je dirais que j'ai apprécié grandement ma lecture, car c'est un roman prenant où la tension et la brutalité vont crescendo, où la richesse des détails vous comblent le cœur, où l'inhumanité des lieux vous glace le sang. Je vous conseille de faire connaissance avec Ewa, de rester à ses côtés pour vivre à travers ses jeunes yeux la plus terrible des expériences. 
Une lecture poignante qui n'a pas finie de vous malmener !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"