Chronique de "Brokeback Mountain" de Annie Proulx

NOTE : ♥♥♥



Auteur : Annie Proulx
Éditeur : Grasset
Sortie : 4 janvier 2006

Résumé :
Brokeback Mountain : un bout de terre sauvage, hors du temps, dans les plaines du Wyoming. Ennis del Mar et Jack Twist, cow-boys, nomades du désert américain, saisonniers des ranchs, n'ont pas vingt ans. Ils se croisent le temps d'un été. La rencontre est fulgurante. Ni le temps, ni l'espace, ni les non-dits, ni la société n'auront raison de cet amour - que seule brisera la mort. Le récit déchirant d'une passion, au cur des grands espaces américains, ces somptueuses solitudes dont Annie Proulx est sans conteste l'écrivain le plus inspiré dans la littérature américaine contemporaine.


*** MON AVIS ***

Très court, très spécial, triste, l'impression d'une vie survolée, manquée, un amour éternel, mais silencieux : voilà mon ressenti principal.

L'histoire est très rapide, car c'est une courte nouvelle, du coup je trouve que tout le récit manque de profondeur. Passé ce manque, je dirai que ce récit montre un bel amour, de ceux que l'on oubli pas malgré l’éloignement, de ceux qui vous empêche de vivre pleinement car il vous manque une partie de vous-même.

Au final, l'amour entre Ennis et Jack est malheureux, car trop d'éléments extérieurs font qu'ils ne pourront jamais être vraiment ensemble (homophobie, enfants, etc...), mais aussi le manque de courage d'Ennis à rejoindre Jack et rester avec lui, Jack l'impétueux.

Les dialogues sont un peu bourru, pas de romantisme, un style direct, mais le reste du récit est très bien écrit, fluide, une description parfaite des choses, des lieux : beaucoup poétisée : j'ai aimé. Il m'a manqué par contre de détails dans leurs éphémères et trop rares rencontres.

En bref, une histoire qui se lit très vite, très facilement. Un amour fort et sincère que l'on devine, qui s'étale toute une vie, mais un amour caché, non exposé, gâché à mon goût. Finalement on prend toute le mesure de cet amour à la fin, car quelle fin, triste, qui nous laisse un goût amer pour ce couple qui aurait pu tout avoir mais que finalement la réalité de la vie, des gens, des préjugés ont empêché.

L'auteur aurait pu faire un roman complet sur cet amour de Jack et Ennis, cela aurait été parfait. Malheureusement, elle a choisi une nouvelle, ce qui est son choix tout à fait légitime, et du coup nous survolons toute cette histoire trop rapidement, succinctement et même si certaines phrases de nos deux protagonistes sont fortes, j'ai quand même l'impression d'un train à grande vitesse.

J'ai cependant lu cette nouvelle d'une traite, car il m'a été impossible de ne pas savoir la fin, avec toujours l'espoir au creux du ventre !

C'est pour cela que j'ai hâte de pouvoir découvrir le film qui a été tiré de cette nouvelle.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"