Chronique de "La délicatesse" de David Foenkinos

NOTE : ♥♥



Auteur : David Foenkinos
Editeur : Folio
Sortie : 27 mai 2014

Résumé :
« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, ça serait parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse… - Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. » La délicatesse a obtenu dix prix littéraires et a été traduit dans plus de quinze langues.


*** MON AVIS ***

Je n'ai pas été emballée par ce livre. J'ai même eu du mal au début et je vous avouerai que si ça n'avait pas été une lecture commune pour mon club lecture, je ne l'aurai pas terminée. En fait, je ne l'aurai même pas acheté.

Certes, l'histoire est bien écrite, elle est même délicate dans la façon du récit, mais pour moi cela reste plat.

C'est l'histoire de Nathalie, jeune fille fraîche, pimpante, belle. L'histoire de son amour avec François, puis la perte tragique de François, et ensuite nous suivons ses pensées , sa tristesse, son errance à travers sa propre existence, au gré de ses rencontres.

Je me suis plus intégrée au livre à partir de sa rencontre avec Markus, un de ses collègues. Mais bon, cela est resté plat, les dialogues de Nathalie ne sont pas très éloquents. Nous avons quand-même quelques pointes d'humour.

Nathalie et Markus forme un couple improbable, un peu comme dans le livre "Le mec de la tombe d'à côté" de Katerina Mazetti. Markus a beaucoup d'humour, malgré lui, et je pense que c'est ce qui fait tout son charme, malgré son physique ingrat.

Quand Nathalie est avec son mari au début du roman, elle est insouciante, elle ne se rend pas compte de l'effet qu'elle produit sur les hommes. Après le décès tragique de son bien-aimé, lorsqu'elle commence enfin à en prendre conscience, c'est le choc, l'étonnement.

Markus est transparent dans l'entreprise où il travaille avec Nathalie, d'ailleurs, il est transparent partout et pour tout le monde. Mais sa relation étrange avec celle-ci va changer, pour un court laps de temps, sa condition aux yeux des autres.

Tout le roman est ponctué de petites notes assez spéciales, ce qui fait des chapitres courts, et surtout ce qui impose au lecteur une pause dans l'instant, une pause au moment intéressant.

Au final, je dirai que j'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans ce récit, mais que par la suite, cela est devenu plus intéressant, je souhaitais quand même connaitre la fin de cette histoire spéciale entre Nathalie et Markus, et tous les personnages gravitant autour d'eux. C'est écrit avec délicatesse, tout en pointillisme, ce qui n’empêche en rien d'aller au fond des choses.

Pour moi, la délicatesse, dans ce roman, c'est Markus. Un personnage atypique et délicat.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"