Chronique de "Mademoiselle S.: Lettres d'amour 1928-1930" par Anonymes

NOTE : ♥♥♥ 1/2



Auteur : Anonymes
Editeur : Gallimard - Versilio
Sortie : 21 mai 2015

Masse critique Babélio

Résumé :
«Il n’y a pas de phrases, si éloquentes soient-elles, qui puissent exprimer toute la passion, toute la fougue, toute la folie, que contiennent ces deux mots notre amour. Nous goûtons à de telles extases qu’on serait inhabile à les vouloir conter !» Cette correspondance érotique des années 20, découverte par hasard par Jean-Yves Berthault, ancien ambassadeur, dévoile la folle passion d'une femme pour son jeune amant. Un trésor épistolaire écrit dans une langue recherchée, souvent crue et d’une grande modernité. L’audace des mots, la transgression, s’imposent en même temps que celles des gestes, et si Mademoiselle S. nous fait partager ses fantasmes les plus fous, elle nous révèle avant tout une magnifique et tragique histoire d’amour.



*** MON AVIS ***

Un récit très érotique, des lettres d'amour enflammée.

Une écriture osée pour les années 20, surprenante même pour l'époque, par une femme qui n'hésite pas à retranscrire par écrit tout ce qu'elle désire, tout ce qu'elle ressent. C'est une série de lettres d'amour qui se suivent et s’enchaînent à un rythme effréné. Ces proses sont parfois sensuelles, parfois crues, osées, parfois suppliantes. A travers ses mots, Mademoiselle S., c'est-à-dire Simone, se livre sans concession à Charles, son amant, lui expose ses désirs, ses envies, ses fantasmes. Elle accepte tout de lui aussi, et ses écrits nous montre que parfois leur pratique sexuelle va bien au-delà de la classique relation charnelle, elle tend vers la soumission, l’extrême. 

Simone se dévoue sans concession, sans honte à Charles. Et même si celui-ci ne nous livre pas ses réponses, de par le fait des lettres de Simone, sa présence est palpable. Simone s'abandonne complètement à Charles, au fur et à mesure de ses lettres, nous sentons sont désespoir grandir, car finalement, nous nous rendons compte que cette relation, ce sentiment que l'on appelle amour, n'est qu'à sens unique. Charles faisant preuve parfois d’égoïsme.

Les annotation de l'éditeur nous aiguille un peu plus sur les années 20, sur la sexualité à l'époque.

En bref, un récit osé qui nous transmet un témoignage de cette époque par une femme libérée et sans tabou, car elle se livre sans compter, sans secret. Elle est sans pudeur et inventive. Ses descriptions nous émoustillent, nous chauffent, avec un style parfois poétique, et même si Simone parle crûment parfois, cela n'est jamais vulgaire. Une écriture fluide, douce et charnelle, poétique et explosive. Des descriptions plus vraies que nature, qui peuvent nous donner des idées !

Un récit qui se lit bien, même si au final, cela devient un peu répétitif. Car si le début des lettres nous surprend et nous émoustillent, à la longue cela devient un peu lassant. Mais l'imagination vivace de Simone réussi quand-même à nous maintenir à flot jusqu'au bout.

Un récit original par ses mots et ses descriptions érotiques par une femme qui n'a pas froid aux yeux, surtout pour son époque.

A ne pas mettre entre toutes les mains !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"