Chronique de "In Loving Memory" de Manhon Tutin

NOTE : ♥♥♥♥♥/5


Auteur : Manhon Tutin
Éditeur : auto éditée
Sortie : 27 octobre 2015

Service Presse Auteur

Résumé :
Que faire quand on se retrouve démuni face à la maladie ? Que faire quand l’on sent que l’être aimé est peu à peu en train de nous être définitivement arraché ? Comment parvenir à rester fort pour deux alors qu’autour de nous, tout semble s’effondrer ? Comment vivre tout simplement, quand la deuxième partie de notre « tout » est en train de mourir ? 
Malheureusement, c’est face à toutes ces questions sans réponses que je me suis retrouvé acculé du jour au lendemain. Je n’étais pas préparé à affronter tout ça. Personne ne l’est jamais ! Pourtant, je suis parvenu à m’en tirer malgré tout, grâce à l’amour de Tristan. 
Grâce à ce lien indéfectible qui nous unissait, nous unit, et nous unira pour toujours… 



*** MON AVIS ***

Un très court roman qui m'a transporté dans la vie telle qu'elle est, telle qu'elle peut-être. Une histoire qui vous raconte un instant de vie, celle d'Alec, cet instant où sa vie, son monde, son couple, bascule du bonheur à l'horreur, l'horreur de la réalité, l'horreur de la maladie, l'horreur de devoir subir sans ne pouvoir rien y faire.

La façon dont l'auteur a construit ce bout de chemin est vraiment bien pensé, car en fait, c'est Alec qui nous raconte son histoire, son amour, sous forme de journal intime, une façon d'extérioriser ses pensées, ses sentiments face à ce qu'il a vécu, et aussi rendre un dernier hommage à son amour Tristan.

Alec nous raconte avec ses mots, ses émotions, comment il a vécu cette terrible annonce qui a balayé d'un seul geste tous les projets avec son Tristan. Comment il prend sur lui pour vivre à fond ces derniers mois, comment avec Tristan parfois ils se sont disputés à cause de son comportement et comment ils ont finalement vécu ces derniers instants, les plus intenses de sa vie pour Alec, les plus ressentis, les plus troublants, les plus beaux. Ces derniers instants où lorsqu'ils faisaient l'amour, c'était une toute autre dimension qu'il a éprouvé, une émotion bouleversante, la plus belle, la plus vécue, la plus sincère. Il nous raconte ce qu'il fait pour avoir un bout d'éternité de Tristan, comment il s'uni à lui pour la vie.

Cette histoire se lit, se ressent, se vit. Je ne peux donc vous en dire plus, si ce n'est de la lire.

L'auteur m'a embarqué dans son récit, assez réaliste, l'émotion est constante tout au long de notre lecture, cependant, au fil des pages, les sentiments deviennent de plus en plus profonds, de plus en plus forts, de plus en plus insoutenables. Et si mes larmes n'étaient pas loin depuis le début, la fin m'a littéralement arrachée le cœur, m'a transportée dans un abîme sans fin de tristesse, mais également de joie, d'admiration devant cet amour si fort, cet attachement sans faille, devant cette vérité toute nue, devant ce bel adieu, qui n'est qu'un au revoir, car l'amour reste dans le cœur, dans la tête, Tristan reste avec Alec, sur lui, en lui.

L'écriture est fluide, simple, sans chichi, juste des mots honnêtes, vrais. La plume de l'auteur vous fait basculer dans un monde certes triste, mais tellement beau, tellement admirable, car ce récit démontre ce que nous sommes capable de faire par amour, de comment se comporter, comment être fort pour soutenir, pour accompagner et pour aimer. Alec et Tristan sont deux hommes dont l'amour m'a ébranlé, m'a touché. Ce qu'ils vivent est poignant, mais si réel. Alors oui, tout va s'arrêter, la vie va s'essouffler, mais ils vivent à fond leurs derniers instants, dans la mesure du possible, ils s'aiment avec une intensité déchirante, si vraie, si pure. Alec prend sur lui pour son Tristan, pour le combler tout en restant lui-même. Son cadeau, à la fin du récit, est tout simplement superbe, le symbole qu'il choisi, ce dessin, cette rencontre, cette éternité qu'il se grave de façon indélébile, m'a énormément touchée et retournée. Et au milieu de ce chaos, au cours de notre lecture, il survient des instants de légèreté, de lumière, des instants de douceur, de bonheur, de tendresse, avec quelque notes d'humour, car au fond, ils restent tous les deux les mêmes, ils gardent leur caractères, celui qui les a fait s'aimer, s'adorer, s'unir.

En bref, j’ai totalement adhéré à ce récit, criant de vérité, bien mené, où la joie se percute à la tristesse, où l'amour fait la part belle à la perte, où la douceur s’entremêle à la douleur. Une fin parfaite, que personnellement j'ai trouvé sublime, car ce n'est pas un adieu, c'est un renouveau, une prise de conscience, la conscience que Tristan sera toujours là, toujours présent dans ce cœur qui bat pour lui, le cœur d'Alec, dans cette âme si sensible, si pure, si touchante. 

Un bel hommage à l'amour, à la maladie, à l'éternité. 
Un grand amour qui vivra toujours. Et si l'âme de Tristan n'est plus, son cœur restera en Alec pour toujours.

Tout simplement merci.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Une vie à t'attendre"