Chronique de "Déploie tes ailes - Tome 3 : Le baiser de l'Ange" de Rose Darcy

*** SAGA COUP DE CŒUR ***



Auteur : Rose Darcy
Editeur : MxM Bookmark
Sortie : 23 août 2016

Résumé :
Androgyne, tatoué, ange à la langue acérée, Jude s’est donné pour mission de rendre tous ceux qui l’entourent Là-Haut heureux. À commencer par son boss, Casey, même s’il refuse de l’admettre. Et lorsque celui-ci semble en difficulté, Jude n’hésite pas une minute. Aidé par ses amis complètement fondus de l’USAP, il décide de tout faire pour redonner le sourire à celui qui en dessine un sur ses lèvres sans même essayer. Un combat contre la Faucheuse. Un char de la Gay Pride. Un Orgasme. Un baiser pas comme les autres... Quand des anges pervers entrent en guerre pour sauver les leurs, ça fait trembler les nuages !



~ MON AVIS ~

Avec ce troisième volume, Rose Darcy nous offre l'histoire de l'ange Jude, dont nous avons effleuré la personnalité dans le précédent tome.

Jude est une personne gentille, douce, tactile, taquine et à la langue acérée. Sa profession est en contradiction avec son caractère, mais en totale complémentarité. Certaines descriptions de ses missions m'ont profondément émue.

Au court de ce roman, nous découvrons comment Jude souhaite aider son boss Casey : l'aider à sourire, à s'ouvrir, l’alléger de son fardeau. Cette envie qu'il a de rendre heureux Casey, il la doit à son cœur, à ses sensations si bizarres qu'il ressent à ses côtés.

Casey est un personnage tout en retenue, mais colérique et quelque peu grincheux. Il représente tout un paradoxe à lui-même. Cependant, lorsqu'il se dévoile, il se révèle tendre, prévenant et déverse ses sentiments d'une façon admirable et belle.

Page après page, vous allez découvrir comment Jude s'y prend pour combler son cœur, mais aussi pour sauver sa place à Nirvana, car oui, il y a du suspens dans ce tome ! Bien sûr, nous retrouvons avec délice Cameron, Jasper, Bastien, Dylan, mais aussi Benji, qui vont prêter mains fortes à Jude. Tous ces personnages réunis vous apporte chaleur au cœur et fou rire à l'âme. Leurs joutes verbales sont un régal d'espièglerie, de jeux de mots, parfois bien pourris, de blagues potaches. Des échanges qui provoquent des étincelles et font trembler tout Nirvana ! D'ailleurs, mes zygomatiques s'en remettent à peine.

La plume de l'auteur est fluide, juste, parfaite. Dans ce tome, j'ai ressenti beaucoup plus d'émotion, de sensibilité de la part des personnages principaux : Jude et Casey. Avec les mots utilisés par l'auteur et sa façon de les manier et de les assembler, j'ai éprouvé toute la peine et le désespoir de Jude et Casey, leur volonté de se sauver l'un et l'autre, et aussi tout l'amour qu'ils éprouvent pour leur moitié, leur tout. Une écriture qui vous embarque dans un tourbillon d'émotions, de la plus légère à la plus émouvante, du fou rire à la larme à l’œil.

Encore une fois, l'univers créé par Rose Darcy nous ouvre de nouvelles portes, s'étoffe, nous donnant une vision encore plus grande de Là-Haut, de Nirvana. Et je dis bravo aussi pour réussir à impliquer et mélanger avec brio tous les personnages des autres tomes, en nous dévoilant de nouveaux indices sur leur couple, leur vie, tout en faisant de Jude et Casey des personnages principaux à part entière, unique.

Bref, un troisième roman qui m'a séduite une nouvelle fois, que j'ai trouvé plus dans l'affectif, la tendresse. Deux personnages forts qui ont su me toucher par leur sensibilité et leur douceur. Un humour toujours présent et que j'affectionne beaucoup, mené d'une main de maître. Une belle histoire avec du suspens, de l'action, le tout saupoudré d'un humour décapant et parsemé d'amour, toujours !

Une saga COUP DE CŒUR pour moi.

Un régal à déguster sans modération, où l'on se prend à rêver de rejoindre Nirvana, de devenir amis avec ces anges si particuliers, complètement déjantés, mais tellement attachants !

Merci Rose Darcy.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"