Chronique de "L'amer veille" de Sébastien Monod

*** COUP DE CŒUR ***




Auteur : Sébastien Monod
Editeur : Edition des Deux Anges
Sortie : août 2016


Résumé :
Ouessant, 1944. « Le sauvage », c’est ainsi qu’on surnomme Adrien sur l’île. Il faut avouer que son comportement a tendance à intriguer : quand il ne travaille pas tout en haut de son phare, c’est dans un mutisme inquiétant qu’il se réfugie. Seul l’un de ses collègues, le jeune Maël, parvient à l’approcher. Alice l’a connu à Paris, quelques années plus tôt, en plein cœur des années folles. Il était jeune, beau, et sa gloire en tant que comédien semblait acquise. Mais il a subitement disparu alors que la jeune femme s’apprêtait à lui dévoiler ses sentiments. Quand elle retrouve enfin sa trace, il est devenu gardien de phare. Elle décide de lui écrire son amour. Hélas, la guerre éclate… C’est avec minutie que Sébastien Monod dépeint la constance des sentiments. Ce n’est pas un roman-fleuve qu’il a écrit à l’ombre du Créac’h, le géant ouessantin, lors d’une résidence d’écriture de trois mois, mais une œuvre-phare. Lumineuse et néanmoins parsemée de zones d’ombre !



~ MON AVIS ~

Un joli coup de cœur pour ce magnifique roman, qui a su me toucher de bien des manières.

Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié la forme du livre, la façon dont l'auteur a construit son texte. Nous avons un mélange de roman épistolaire, d'instants présents, un peu apparenté à un journal intime, mais pas vraiment. 
Ensuite, le point le plus fort pour moi fut la façon dont nous faisons connaissance avec Adrien, le personnage central du roman. 
L'auteur a réussi un véritable tour de magie, car à travers sa manière de narrer, nous découvrons Adrien dans toute son intimité, sa vie passée et présente, sans que celui-ci ne se dévoile vraiment.

Cette histoire, c'est donc Adrien, dit "Le sauvage", Adrien, gardien de phare sur Ouessant, petite île. Adrien, c'est un homme mystérieux, intriguant, attirant dans sa façon d'être. Un personnage complexe, silencieux. Un personnage à part entière, entier, un personnage  poignant, qui m'a émue.
Cette histoire, c'est aussi Maël, le jeune collègue. Maël, un homme aussi taciturne qu'Adrien, bien que légèrement plus sociable. Maël, un peu l'ange gardien. Un personnage très attachant, curieux, qui a fait vibrer une corde sensible chez moi.
Cette histoire, c'est encore Alice. Alice, cette jeune femme libre, légère, un brin fougueuse. Alice, personnage sensible, amoureuse, fidèle dans sa correspondance. Alice, une femme qui se met à nu à travers ses mots et qui a su toucher mon cœur par ses actes et son honnêteté.

Page après page, nous découvrons Adrien, Maël et Alice, le passé, le présent, tout s'assemble, tout s’emboîte, pour vous amener à une fin des plus admirable. 
Nous sommes embarqué dans ce récit original où j'ai pris plaisir à tourner chaque page, à découvrir chaque mot, à m'imprégner des lieux, des ambiances, à m’émerveiller des images qu'inspirent la plume de l'auteur. 
Dans ce récit, il est question d'amour, de guerre, de blessures à l'âme. Il est question d'une quête de soi, de reconnaissance, d'amitié. 
Certains passages sont durs, terribles, d'autres sont plus doux, plus joyeux, presque tendres.

La plume de l'auteur est sublime. 
Je me suis laissée charmer par le ton adopté, par la belle écriture et les beaux mots. Un travail remarquable, car Sébastien Monod tombe juste, exactement le ton parfait pour l'époque du livre, mais aussi par les expressions de l'île, de la région bretonne. Et c'est justement par sa justesse de l'ensemble qu'il m'a semblé vivre ce texte, m'imaginer à la place d'Alice, amoureuse malheureuse, nostalgique, être inquiète avec Maël, me percevoir aux côtés d'Adrien et ressentir ce qu'il ressent lorsqu'il est en haut de son phare, les yeux rivés au loin sur le rivage.

Bref, je ne peux pas trop vous raconter plus en détail ce récit, se serait vous en révéler toute l’intensité. De plus, ce livre se déguste, se dévore...un doux paradoxe pour un roman époustouflant, tant il correspond à tout ce que j'aime, dans sa forme, son élocution, ses métaphores, son histoire, ce qu'il en dégage....Une plume vraie, douce, poétique, romantique, rustre et sauvage, qui apporte à cet ouvrage toute sa lumière et sa noirceur.

Vous remarquerez que le titre "L'amer veille" est beau jeu de mots, qui peut être interprété de plusieurs façons : à vous de lire et de prendre celle qu'il vous plaira.

Je voudrai également souligner la couverture : la photo est superbe, alors je dis bravo à Sébastien Monod pour ce beau cliché, qui représente parfaitement son roman.

Je vous invite très fortement à découvrir ce livre. Pour ma part, c'est le premier livre de l'auteur que je lis, et je ne le regrette pas. Ce roman m'a...conquise.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Tombe, Victor !"