Chronique de "Totally Nuts" de Cha Raev

NOTE : ♥♥♥♥♥


Auteur : Cha Raev
Editeur : Mix Editions
Sortie : 17 septembre 2015

Service Presse - Partenariat

Résumé :
Buster est un sale con. C’est un fait avéré et l’accident de parachute qui l’a cloué en fauteuil roulant n’a pas contribué à adoucir son caractère d’ours mal léché. Sans même s’en rendre compte, il tient tout le monde à distance.
Jusqu’au jour où un géant blond débarque avec son équipe de rugby dans le pub de Buster. Nuts, lui, se fiche complètement des défenses érigées par l’irascible cuisinier. Toute la question est de savoir si ce dernier acceptera de se laisser attraper aussi facilement.


*** MON AVIS ***

Une histoire toute douce, que j’ai énormément appréciée.

C’est l’histoire de Buster et de Nuts. Je ne vous refais pas le résumé, qui est parfait.

Buster est un homme en colère, râleur, assez désagréable avec tout le monde, y compris avec ses employés du bar.
Lorsqu’il rencontre la force tranquille de Nuts, celui-ci va tout bouleverser chez lui. Mais cela ne va pas être sans difficulté, car les veilles habitudes ont la vie dure.

Nuts est un grand colosse au cœur tendre et à la patience d’ange. C’est un personnage adorable, qui considère Buster comme un être normal.

Au fil des jours, ils apprennent à se connaitre, et s’en qu’il s’en rende compte, Nuts prend une place particulière dans la vie et le cœur de Buster. Mais Monsieur « Grognon » est toujours présent, et la patience légendaire et sans faille de Nuts commence à se fissurer, pour se briser totalement. 
Alors vient un travail intérieur pour Buster, où il reconsidère son comportement, sa vie, ses blessures, ses blocages, ses défenses. Il se rend compte de ses défauts, mais surtout que ce qu’il a vécu l’a marqué bien plus que ce qu’il croyait, et surtout que cela a influencé toute sa vie, et son comportement.

Les échanges entre ces deux personnages sont tendres, attendrissants, drôles, parfois teintés d’amertume. Leurs instants passés ensemble sont des moments uniques pour Buster. Des escapades dont il savoure chaque instant, sans vraiment prendre conscience de l’importance de ce que cela va provoquer en lui.

Il est agréable de voir l’évolution de leur relation au fil des jours, des semaines, des mois. C’est une relation qui prend son temps, et c’est pour cela également que j’ai aimé ce récit.

Les personnages secondaires ne viennent pas voler la vedette à nos deux protagonistes, mais le peu d’apparition et d'événements qu’ils suscitent nous indique un point de caractère supplémentaire soit sur Buster, soit sur Nuts, ils seront là pour les secouer un peu, enfin, surtout notre "grognon" de Buster ! L’interlude avec Nick, l’ex de Buster, nous en apprendra encore d’avantage sur sa vie d’avant, son comportement, et sera une bonne prise de conscience pour celui-ci.

La fin du récit est tout simplement superbe, avec beaucoup d’émotion, de sincérité et d’honnêteté, car tout est dit, tout est avoué. Une conclusion parfaite.

Voilà, à vous de découvrir cette très douce et très belle histoire. Une lecture fluide, agréable, tendre. Un récit qui nous fais sourire de par le caractère bougon de Buster, les réparties sont très drôles, Nuts ayant toujours ce qu’il faut en réserve pour répondre aux piques, parfois acerbes, de Buster, ou sa mauvaise foi. 
Mais sous couvert de légèreté, ce récit nous montre aussi les blessures profondes dont souffre Buster, et tout le mal qu’il se donnera pour s’en défaire, avec l’aide de Nuts, de son amour, de son amitié, mais surtout grâce à sa prise de conscience.

Une petite nouvelle « bonus » à la fin du récit vient compléter à merveille cette histoire. Je ne vous dirai pas sur qui elle est pour vous réserver la surprise, mais je peux juste vous dévoiler que je l’ai beaucoup apprécié, que j’ai bien ri et souri, et qu’elle est tout simplement adorable.

Petit clin d’œil à la couverture que je trouve superbe, et s'accorde parfaitement avec le caractère du récit.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"