Chronique : "Nouveaux Départs : La Fin - Tome 1"



Auteur : Mathias P.Sagan
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : septembre 2015

~ RÉSUMÉ ~
Axel a tout pour plaire. Jeune trentenaire bien de sa personne, il ne travaille pas, a tout l’argent qu’il lui faut grâce à un mari qu’il adore, et il vit plus que confortablement dans une maison qui lui appartient. Mais suite au décès brutal de l’amour de sa vie, tout s’écroule. Comment peut-il survivre à cette perte terrible ? À travers les phases du deuil, il va lentement apprendre à se reconstruire, se trouver, et peut-être même redécouvrir l’amour, pour prendre un nouveau départ.


~ MA CHRONIQUE ~

C'est une histoire sur le deuil et les difficultés à se reconstruire, à trouver sa voix, son nouveau chemin, selon Axel, car nous sommes bien d'accord sur le fait que chacun réagi à sa manière face au deuil et ses conséquences, autant émotionnelles que matérielles.

Dés les premières phrases, j'ai trouvé que l'auteur employait un style un peu lourd qui a rendu ma lecture moins fluide, sans pour autant m'en ôter l’intérêt. Puis, au fil des pages, au fil des mots, ce style a évolué, est devenu plus léger, plus intéressant (tout comme l'évolution de ses personnages). Ce roman étant le premier de l'auteur, je peux sans conteste affirmer que sa plume à évoluer depuis celui-ci, elle est devenue fluide, empreinte d'émotion, de sensation, une plume qui sait dorénavant nous offrir pléthore de sentiments dans une écriture maîtrisée, douce et délicate.

Axel est un personnage fort, mais pas facile. Il est également certaines fois très puéril, immature dans sa façon de réagir, de fonctionner. Dans son deuil, certaines de ses réactions ne m'ont pas plu, mais après tout, comme déjà précisé, chacun répond à sa manière à la perte, au manque, au néant qui se forme au fond du cœur, à cette absence qui floue tout, qui chamboule tout, qui anéanti ce chemin que l'on s'était tracé.

Une petite chose aussi qui m'a un peu agacée ce sont les phases du deuil et cette certitude qu'en a Axel, qui du coup donne l'impression de calquer sa vie en fonction de celles-ci et de toutes les respecter.

Hormis ces quelques points qui n'engagent que moi, c'est un récit qui m'a happée de plus en plus fort au fil des pages, un récit bien structuré où tout est décortiqué et qui nous montre toute l'étendue de l'évolution d'Axel, bien que celle-ci reste fragile.
Les descriptions des paysages, des lieux, des sensations sont un vrai régal et nous offrent un bon dépaysement et univers que l'on ne côtoie pas forcement.
Les points de vue d'Axel sur certaines situations ou choses de la vie nous procurent des réflexions humaines intenses, parfois très réalistes, très dures.
J'ai apprécié son expérience avec Lily, et toute la partie où il la rencontre d'ailleurs, toute cette période que j'ai trouvé vraiment intéressante et où tout change.

La relation entre Gaël et Axel est spéciale, elle se construit de belle manière, parfois rude, et apporte à chacun une amitié et ce petit plus dont ils ont besoin. 
J'ai eu un coup de cœur pour le personnage de Gaël. C'est un jeune homme vraiment incroyable, qui m'a surprise et qui a toute mon admiration.
Les personnages secondaires (Ian, Sandra, Théo...) font parti intégrante de l'histoire et apporte à leur manière un soutient et un avancement à Axel, lui provoque des déclics, lui offre une nouvelle perspective.

Un récit où l'émotion est indéniablement présente mais qui, contre toute attente, ne m'a pas mise la larme à l'oeil. Par contre, mon cœur et mon ventre se sont serrés plusieurs fois au cours de ma lecture.

Bref, une bonne lecture avec une histoire plaisante, un Axel parfois exaspérant et horripilant mais surtout un roman où l'auteur a exploré tous les aspects (familial, amical, professionnel, amour) entourant le personnage principal dans son deuil et toutes les conséquences que cela engendre. De l'amour à foison, de l'émotion et une fin radieuse mais qui.... à vous de lire !




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Une vie à t'attendre"