Chronique : "Mon plus beau Nöel"

*** POIGNANT ***


Auteur : Yan Robel
Éditeur : auto-édition
Date de sortie : janvier 2018

~ RÉSUMÉ ~
"Ne pas oublier."
Cette phrase tourne dans ma tête comme un refrain quand je me souviens des horreurs de la guerre.
Tant d'hommes sont morts pour notre liberté, laissant derrière eux bon nombre d'épouses et de mères éplorées...
Personne ne peut rester insensible aux sacrifices de ces héros anonymes.
Mon histoire vogue parmi les autres, mais je tenais à vous faire partager ces lettres que j'ai retrouvées.
La détresse et l'amour. Les deux sentiments qui guidaient la plume de ce jeune Américain.
Un soldat bien plus proche de moi que je ne l'aurais cru...


~ MA CHRONIQUE ~

Beau récit, très court et très intense.

J'aime les textes épistolaires. Ils apportent un réel plus au niveau émotion, ils dégagent une sincérité bouleversante et impact parfois bien plus le cœur des destinataires que de simples paroles en face à face, car la plume libère les sentiments, annihile toute peur de s'exprimer.

Cette nouvelle est racontée par William, jeune homme qui a trouvé ces missives dans les affaires de sa mère. Des lettres qui vont le bouleverser et lui faire ouvrir les yeux. Des lettres qui rapprochent son cœur de celui de sa mère et leur apporte une sincérité perdue.

Lettres après lettres, c'est le cœur serré que nous suivons le récit d'Adam. Des missives qui vous bouleversent, qui vous touchent. Des phrases qui décrivent tout autant son amour qui lui offre et lui donne le courage de se battre, d'avoir un but pour résister, pour vivre, que l'horreur de la guerre, des conditions de vie, des cris qui vous transpercent l'âme, ces cris déchirants qui vous hante, ces odeurs qui vous imprègnent et ne vous quittent plus.

A travers ses mots, Adam nous apporte sa vision de la guerre, cette déchirure qu'elle lui inflige, colmatée par le souvenir de celle qu'il aime, cet espoir de la revoir. Des mots qu'il écrit avec la rage du cœur et de l'âme, cette force que l'amour lui donne, ce second souffle pour résister, pour endurer.
Il est impossible de rester insensible devant ses mots, ses espoirs, ses cris silencieux, devant ses descriptions et ses rêves d'avenir.

L’auteur nous offre ici un récit d'une grande beauté, aussi dur que doux, aussi joyeux que triste. La plume de Yan Robel est fluide, sensationnelle au niveau émotion, car chaque terme, chaque mot employé est une explosion d'émotions, de sensations, de sentiments. Il a réussi à me faire vivre ce texte en osmose avec le narrateur, à me faire vibrer et pleurer.

Bref, une très belle nouvelle dont l'ensemble est une pépite d'instants poignants, d'instants de joie, de peine, de souvenirs, de vérité, d'espoir et d'amour.
Merci.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Lever l'encre"

Chronique : "Quand le vent caresse mes cheveux"

Chronique : "Le club des feignasses"