Chronique de "Les Ignobles" de Huguette Conilh

♥♥♥♥♥/5 *** ÉMOTIONS ***




Auteur : Huguette Conilh
Editeur : Mix Editions
Sortie : 28 janvier 2016

Service Presse Partenaires

Résumé :
Ils sont les ignobles, victimes de leur différence, souffre-douleur des cours d’école, les proies de l’ignorance que l’intolérance met en marge de la société. Pour échapper au tableau des opprobres, Camille a préféré couper les ponts avec sa famille.
Jusqu’au jour où la mort de ses parents dans l’incendie de leur maison l’oblige à reprendre le chemin de la Vienne. Il recueille alors son frère cadet, Mathis, un adolescent torturé par la culpabilité de n’avoir pu sauver ses parents. 
Passée l’émotion des retrouvailles, la tâche s’avère plus compliquée que ne l’imaginait l’aîné, partagé entre l’engagement qu’il vient de prendre et la vie routinière qu’il menait jusque-là. D’autant plus qu’il entraîne son colocataire et son propriétaire dans l’éprouvant sillage éducatif de l’adolescence. Le destin croisé de ces quatre personnages fera remonter à la surface les lourds secrets du passé. Les inavouables ignominies. 


*** MON AVIS ***

Ce roman est sublime, honnête, réaliste. Il raconte la vie de Camille, de son amant Aaron, de son frère Mathis et de son propriétaire Norbert, des difficultés rencontrées dans la nouvelle vie qui s'est imposée à Camille.

Camille, jeune aide-soignant, a quitté le foyer parental cinq ans auparavant sans donner aucune nouvelle depuis, même pas à son jeune frère Mathis. Suite au drame qu'est la mort de leurs parents, Camille recueille son frère. Il vient donc s'installer avec lui et Aaron, son compagnon depuis trois ans. Ainsi la vie suit son court, semée de difficultés, de questions, de peur, de doutes, de courage, de combat, d’organisation.

Chaque protagoniste de ce roman a sa propre histoire, son propre malheur, son propre fardeau. Vous verrez que chacun essai de composer avec.

Camille et Aaron forme un beau couple, solide, malgré les douleurs auxquelles ils ont dû faire face. Ils ont bataillés férocement pour arriver à connaitre un sentiment de plénitude dans leur relation, un certain équilibre, malgré qu'ils la vivent cachée, de peur des représailles, des insultes des gens face à leur homosexualité. Camille se sent coupable d'avoir abandonné son frère, et de ne pas avoir revu ses parents, surtout sa mère, avant leur mort. Aaron est un jeune homme qui a eu une jeunesse très difficile, dure, traumatisante, et doit son salut seulement à sa sœur, dont il reste très proche. L'arrivée de Mathis vient tout bouleverser, ils puiseront encore dans la force de leur amour et leur courage pour s'en sortir indemne, même si cela n'est pas évident.

Norbert est un personnage taciturne, handicapé, vous comprendrez dans votre lecture pourquoi. Il porte en lui un terrible sentiment de culpabilité suite au suicide de sa femme. Il vit du coup un peu en reclus de part sa condition physique. Lorsqu'il apprend l'homosexualité de Camille et Aaron, ses locataires, sa réaction ne se fait pas attendre. Par contre, sa rencontre avec Mathis va le bouleverser et le changer bien plus qu'il ne l'aurait pensé.

Mathis, lui, jeune ado de 13 ans, ne voit que par son frère, ce frère qui ne l'a pas contacté une seule fois en cinq ans, une sorte d'abandon pour lui. Il est jaloux de sa relation avec Aaron, et quand il apprend qu'ils sont un couple, c'est le pompon. Mais il accepte. Mathis cache beaucoup de secrets, il est triste, révolté, renfermé. Il n'ose pas avouer à son frère ce qu'il pense vraiment, ses doutes, ses remords, ses angoisses, sa douleur, de peur que celui-ci l'abandonne à nouveau. Mathis n'est pas vraiment un ange. En Norbert, pourtant, il arrivera à trouver un confident, enfin, pour ce qu'il souhaite lui dévoiler, car il ne lui raconte pas tout, surtout  ses vérités les plus obscures et celles qui le rongent et le torturent le plus. Mathis est le roi du camouflage, du faux-semblant.

Voilà, vous mélangez tous ces personnages et vous obtiendrez une histoire superbe, faite de remords, de non-dits, de douleurs, de drames, de tristesse, d'espoir, et d'amour.

Mathis est le ciment de ce récit, celui qui va tout bouleverser, tout renverser. C'est l'histoire d'une tranche de vie difficile, réaliste, qui vous perturbe, vous fait réfléchir, vous indigne face aux réactions de certaines personnes. Une histoire douloureuse, mais pleine d'espoir, et d'un avenir plus lumineux.

La plume de l'auteur est précise, concise, juste, fluide. Elle arrive à vous transmettre beaucoup d'émotions, de ressentis. Ce que vivent ces gens est très réaliste. A travers ce roman, nous prenons conscience de la souffrance des gens, de la souffrance face aux préjugés, aux rejets, mais aussi la souffrance de ses actes, la souffrance d'être ce que nous sommes. Mes sentiments ont été mis à mal tout au long de ma lecture, les réactions intenses des personnages m'ont procuré de vives émotions, à fleur de peau. Le récit est mâtiné de tristesse et d'espoir : la tristesse face à tout ce que nos protagonistes vivent, endurent, et l’espoir, car miettes à miettes les paroles se délient, l'avenir se construit, et petit à petit l'amour colmate les brèches.

L'épilogue est tout simplement parfait, juste, empreint d'une bouleversante déclaration qui a fait trembler mon cœur. Des mots profonds, sincères, prononcés par Camille, Aaron et Mathis, qui conclut à merveille ce récit. Je n'en dirai pas plus.

En bref, une histoire surprenante, belle, bien écrite. Les sentiments sont abordés de façons à ce que vous les ressentiez. Vous souffrez avec les personnages, vous vous mettez à leur place. Des personnages que j'ai beaucoup apprécié, surtout Camille et Aaron.
Il faut lire l'histoire, il y a beaucoup de choses qui se passe, beaucoup de révélations, de rebondissements, mais aussi de non-dits, de pudeur, d'amour et de souffrance, des choses qui s’emboîtent les unes aux autres.

Page après page, mot après mot, vous découvrirez la signification du titre du roman.

Merci Huguette pour ce beau récit, qui m'a fait trembler du début à la fin.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Les lendemains avaient un goût de miel"