Chronique de "Anamorphose" de Feylie

NOTE : ♥♥♥♥♥/5 *** COUP DE ♥ ***



Auteurs : Feylie
Editeur : Mix d'Editions
Sortie : 17 décembre 2015

Service Presse

Résumé :
Héritier du trône, Siegfried n’a de cesse de vouloir égaler son père, au mépris de ses véritables aspirations. Jusqu’au jour où il découvre l’infidélité de ce dernier. Il entreprend donc de le suivre jusqu’au Domaine des Cygnes où l’interdit prend les traits d’Engel, un jeune homme aux mille et un visages. À ses côtés, il s’autorise à profiter de l’instant présent.
Hélas, ses devoirs d’héritier se rappellent chaque jour à lui, et avec eux les doutes qui affectent sa relation. Et pendant que nombre d’intrigues se tissent derrière son dos, le poids de la couronne sur sa tête s’alourdit. Bonheur et royauté ne font pas bon ménage, tout comme rêve et réalité. Comment choisir entre l’un et l’autre sans paraître égoïste aux yeux d’un peuple et d’un amant ? Cruel dilemme que seule l’issue d’un jeu de masques et de miroirs parviendra à résoudre. Car, au Domaine des cygnes comme au palais du Roi, tout est anamorphose.


*** MON AVIS ***

Ce roman est une véritable pépite, il est original, surprenant, prenant, envoûtant.

Je me suis laissée glisser avec délectation dans cette histoire pas comme les autres. Tout d'abord au niveau de l'écriture : elle est belle, poétique, juste, avec des métaphores, du sens, une vraie écriture comme celle de Shakespeare, une écriture qui vous transcende, tout du moins, de mon point de vue.

C'est l'histoire de Siegfried, futur Roi, qui dans sa quête de vouloir plaire à son père et d'assumer totalement son futur rôle, s'oubli un peu. Sa personnalité réelle est quelque peu effacée par son besoin de faire juste. Le jour où il découvre l'infidélité de son père, ce sont toutes ses certitudes, toutes ces choses qui lui semblaient acquises, qui partent en éclat :  son monde qui se fissure, et fini par se briser.

Comme dit dans le résumé, en cherchant l'infidélité de son père, il arrive au Domaine des Cygnes. Ce lieu interdit, ce lieu clos, va tout bouleverser dans sa vie. Entre ces murs, il va faire la connaissance d'Engel. Engel, personnage aux mille facettes, aux manières frivoles et légères, mais qui au fond cache bien des blessures.

De cette rencontre, ces deux personnages vont grandir, mais tout ce chemin ne se fera pas sans souffrance. Siegfried soufflera le chaud et le froid, oscillera entre ce besoin d'être avec Engel, jeune homme un peu mystique, dont il essaiera d'entrapercevoir la véritable personnalité, et ce devoir d'être irréprochable pour la couronne. Son cœur et sa raison seront en conflit permanent.

Siegfried : jeune homme prétentieux, arrogant, sûr de lui, autoritaire, parfois méprisant, qui ordonne et exige. Seulement, sous ce masque, se cache une nature douce, aimante, fragilisée et oppressée par son devoir. Au fil des pages, vous allez l'adorer, vous allez le détester : voici tout le paradoxe de ce personnage si complexe.

Engel : personne aux allures gaies, joyeuses, mutine, qui se camoufle sous des apparences trompeuses pour satisfaire les autres, leurs besoins, leurs envies. Il est lui aussi quelqu'un de complexe, un peu mystérieux. Cependant, il se révèle attachant, émouvant, sensible, et au fil de votre lecture, vous allez vous demander si ce n'est pas un être magique, un peu féerique, mais surtout vous allez découvrir ses blessures et ses déceptions, sa vraie histoire. Une histoire qui s’entremêle douloureusement à celle de Siegfried.

Engel et Siegfried, ensemble, forment un tout, ils se complètent, se sont trouvés. Dans leurs émois, ils sont délicats, fragiles, sensuels. J'ai craqué pour eux. J'ai eu peur pour eux. J'ai souffert avec eux, souffert de ces barrières qui se mettent en travers de leur chemin, souffert de ces apparences qu'ils se forcent à respecter, souffert de leurs disputes, de leurs dilemmes.

Une vraie intrigue parsème ce roman, car au-delà de l'amour de Siegfried et Engel, c'est toute la monarchie qui sème le doute et le trouble, avec des complots, des tricheries, des tromperies. Les personnages secondaires sont détestables de par leur mépris, leur arrogance, leur soi-disant bonnes intentions. Siegfried aura pour seul allié son frère, Maximilian, un personnage agréable, drôle, plaisant, de bon conseil pour son frère, ce frère dont il lit en lui comme un livre ouvert. Leur complicité est belle à voir.

La fin est superbe, Siegfried gagne en assurance et en maturité, il bluffe, encore une fois, pour avoir ce qu'il souhaite plus que tout au monde. Le roman monte en puissance, les vérités s’enchaînent et surtout, cet amour entre Siegfried et Engel qui se construit, qui se dispute, cet amour qui les fait espérer, leur donne du courage.

Un beau roman où à travers les cygnes, leur blancheur, leur majestuosité, la féerie dégagée et la personnalité d'Engel, j'ai eu la sensation d'être dans un songe, un rêve.

La plume de l'auteur est, je crois, ce qui m'a le plus marquée. Ce style ancien est tout à fait exquis, agréable à l’œil, doux aux oreilles, des phrases qui vous enchantent l'esprit et le cœur. Un excellent travail de l'auteur. Cette écriture m'a complètement charmée, du début à la fin, elle m'a fait vibrer, frissonner, m'a donnée un impact de plus dans les sentiments que ressentent Siegfried et Engel, car tout est bien décrit : de leurs pensées les plus secrètes à leurs ressentis, leurs frissons, leur désespoir aussi, le désespoir que tout s'arrête, le désespoir de la perte de l'autre, le cœur déchiré de Siegfried entre son devoir et son amour, l'âme peinée d'Engel face à son bien-aimé qui s’entête et hésite, et surtout, cette libération de ce qu'ils ressentent, cette libération d'aimer.

En bref, un roman coup de cœur, que ce soit pour l'histoire, pour les personnages auxquels je me suis attachée, pour l'écriture : tout m'a conquise. Une histoire addictive, des personnages atypiques et émouvants, des secrets, des complots, et surtout l'amour...un amour un peu fou, un amour sincère, un amour véritable et honnête. 
Un amour qui vous donne le courage de vous affirmer, d'ouvrir les yeux, un amour qui vous libère, qui vous apaise. 
Un amour qui vous insuffle la force de vous battre pour ce que vous souhaitez plus que tout au monde, pour votre bonheur, pour votre âme, pour votre cœur.

Un roman d'amour à la fois poignant et sublime, le tout raconté par une plume excellente, avec un savoureux parallèle au Lac des Cygnes.


Merci. Et bravo pour la couverture qui est tout simplement sublime.

Commentaires

  1. Anamorphose... Cette histoire est une vraie pépite. J'ai eu un tel plaisir à le lire, pas seulement pour le scénario, mais surtout pour l'écriture de l'auteur. Le français est tellement beau, si sublime qu'on se laisse emporter. Par moment, j'avais l'impression de flotter dans une bulle. C'était comme lire du vieux français. Quelque chose que je n'avais jamais vraiment lu. Incroyable.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Tombe, Victor !"