Chronique de "Je suis là" de Clélie Avit

 *** ÉMOTION ***



Auteur : Clélie Avit
Editeur : JC Lattès
Sortie : 27 mai 2015

Résumé :
Elsa n'a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu'un accident de montagne l'a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.
Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d'Elsa et s'installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu'un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse.
Ce qu'il ignore, c'est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?


~ MON AVIS ~

C'est un récit qui se lit d'une traite, une fois commencé, il est difficile de s'en détacher. Une histoire qui vous transporte de bout en bout, pour vous amener délicatement au final....émouvant.

C'est l'histoire de Thibault et de Elsa, l'histoire de deux âmes torturées, en perdition, mais chacune à leur manière. L'histoire de deux êtres, qui par hasard, ou chance, se rencontrent.

Quand Thibault voit Elsa, cette jeune femme inerte, dans le coma, il se dit qu'il ne dérangera personne à rester dans sa chambre, pour se reposer. Thibault, c'est un jeune homme en colère, en colère contre son frère, contre ce qu'il a fait, contre cette inconscience face à son acte.

Elsa est une jeune femme dans le coma, dans un profond coma dont sa passion en est la coupable. Sa passion pour la montagne, la glace. Si son corps demeure sans vie, son âme est présente, et ce que tout le monde ignore, c'est qu'elle entend, elle entend tout. Alors commence pour elle une autre vision du monde, de son monde. Elle apprivoise les sons, elle reconnait les intonations de voix, elle s'imprègne des odeurs. Et soudain, dans son monde sombre et gris, un arc-en-ciel apparaît.

Ce roman est construit à deux voix, une muette, l'autre avec son. Au fil des pages, au fil de leur rendez-vous, ces deux êtres vont prendre conscience de certaines choses, mais surtout, Thibault va se confier, s'épancher sur ce mal qui le ronge, et, tout doucement, sans vraiment y prendre garde, c'est un nouveau sentiment qui va s'insinuer en lui, un sentiment doux, un sentiment qui fait palpiter son cœur et le réchauffe. Mais n'est-il pas fou à ressentir cet amour alors qu'Elsa ne se réveillera jamais ? Ceci, il ne veut pas y penser, et s'octroi le droit de rêver à plus.

L'écriture de l'auteur est fraîche, douce, délicate. A travers les pensées et les atermoiements de nos deux protagonistes, la plume de l'auteur réussi à nous captiver, à nous faire ressentir toute la détresse qui accompagne Thibault et Elsa dans cette aventure qu'il mène à deux, chacun à leur manière. Il se crée un lien entre eux, un lien que personne ne peut voir, ni ressentir. Une connexion puissante qui donne l'envie à Elsa de tenter le tout pour le tout, qui lui donne la force et le courage de se battre, et surtout qui lui donne un but...un but, un besoin : cette petite chose qui lui manquait pour avancer.

De son côté, Thibault, ballotté entre ses ressentiments pour son frère, ses incompréhensions face aux réactions de sa mère, et son amour pour Elsa, se pose beaucoup de questions. Son meilleur ami sera son meilleur confident. Cependant, il ne baisse pas les bras, il sera seul pour tenir tête à tout le monde, pour qu'Elsa reste en vie, malgré son coma, malgré son inertie, malgré son silence. C'est un homme direct, déterminé, doux, gentil. Ses échanges, enfin ses monologues, avec Elsa sont naturels, sont vivants, sont justes, sans artifice, et sans retenue.


Il est parfois des échanges muets qui disent tout, des frôlements qui vous font vibrer, des baisers qui vous font vivre : Thibault et Elsa, c'est tout cela. C'est un attachement qui se construit au fil des rencontres, un amour qui naît de silence, une passion qui s’enivre de jasmin, un plaisir aux couleurs de l’arc-en-ciel, une connexion intense. 

Parfois, j'ai eu mal au cœur pour Elsa, j'ai eu envie de crier à sa place, face à la souffrance et au désarroi qu'elle éprouve lorsque ses proches parlent d'elle, de ce qu'ils vont ou souhaitent faire. J'ai eu envie de mettre une gifle à ce médecin qui semblait ne pas avoir de cœur, j'ai eu envie de hurler sur tout le monde, leur dire : mais regardez, regardez Elsa, elle vous entend, et vous ne le voyez même pas, ne le sentez même pas. Seul Thibault réussi cet exploit, il capte Elsa, il la ressent, il la comprend.


Si l'essence même de ce roman est la relation particulière qui se tisse entre Thibault et Elsa, les personnages secondaires sont importants également. Ils nous éclaircissent sur chacun de nos héros, ils nous expriment leurs avis, leurs pensées, mais aussi leurs inquiétudes et leurs abattements.

En bref, un excellent roman emprunt d'espoir, d'humanité, simple. Une simplicité émouvante de par ses personnages si attachants, si troublants, ses émotions à fleur de peau, cette singularité dans les échanges qui fait que chaque mot et chaque pensée sont assez percutants et réels, j'ai ressenti les personnages, je me suis imprégnée d'eux, de cette magie qui les touche, de ces deux âmes qui se trouvent à travers le silence, le toucher. Cette histoire m'a fait frissonner, espérer. Plus vous avancer dans le roman, plus les émotions vont crescendo, les événements s’enchaînent, vous laissant pantois, haletants devant ce final qui arrive inévitablement, et quel final : intense, parfait, au bon moment, juste ce qu'il faut.

Merci pour cette histoire qui se révèle loin d'être banale et simple, elle est riche, riche de deux âmes perdues qui se trouvent, se comprennent, riche d'un amour inconcevable, mais pourtant bien réel. Un roman fait de couleurs, de sensations, d'émotions.
Un roman qui m'a émue aux larmes.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Be with me"

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Une vie à t'attendre"