Chronique de "La loi de l'attraction" de Jay Northcote



Auteur : Jay Northcote
Editeur : Jaybird Press
Sortie  : 12 février 2017

Résumé :
Lorsqu’une relation professionnelle devient personnelle, il est impossible de résister à la loi de l’attraction. Alec Rowland est avocat de haut vol dans un cabinet de Londres et sa carrière est sa vie. Il n’a pas le temps pour une relation et sa sexualité est un secret bien gardé. Après avoir dragué un bel homme un vendredi soir, le monde d’Alec vacille sur ses fondations lorsque son coup d’un soir se montre au bureau le lundi matin – en tant que nouvel intérimaire de son équipe. Ed Piper désespère de prouver sa valeur dans son nouvel emploi. La dernière chose dont il a besoin c’est d’être distrait par un coup de cœur pour son patron. Il est difficile d’ignorer l’attraction qu’il ressent, même si Alec est un connard ingrat. Les deux hommes cherchent à maintenir une relation professionnelle, mais les tempéraments s’affrontent, les passions s’enflamment et bientôt, ils tombent éperdument amoureux. S’ils parviennent à trouver un moyen d’être ensemble, Alec devra se montrer honnête sur qui il est vraiment parce qu’Ed ne retournera dans le placard pour personne.



~ MA CHRONIQUE ~

Très bonne histoire, même si elle n'est pas très originale, avec deux personnages attachants, chacun à leur manière.

Alec évolue au contact d'Ed et réussira à trouver la force et le courage de se libérer, d'être enfin lui-même, de se sentir libre, libre de vivre. Sa rencontre avec Ed sonne un peu comme une renaissance, le premier jour du reste de sa vie.

Ed, petit à petit, découvre en Alec un homme bien différent de ce qu'il laisse paraître. Cependant, même si son attachement à celui-ci est très fort, il ne se cachera pas pour lui, même si cela lui arrache le cœur.

Une histoire bien menée, cohérente dans son avancée. J'ai apprécié avoir les deux points de vue de nos protagonistes, je pense que cela était nécessaire au vue de ce que chacun éprouve et de ce qui fait leur vie, de ce qui les attend. L'auteur nous montre les difficultés et les peurs irrationnelles à se dévoiler, à affronter sa famille, mais surtout, à surmonter les blessures terribles de l'enfance, de la souffrance des mots et des actes sur son enfant, et ce que cela peut engendrer.

Page après page, c'est un combat contre soi-même qui s'offre à nos yeux, la prise de conscience de ce qui nous manque, de cette vie à moitié vécue, de ce que l'on souhaite, et surtout l'amour que l'on découvre pour la première fois et que l'on ne souhaite pas perdre. S'accepter soi pour accepter pleinement l'autre.

La tension sexuelle entre Ed et Alec est palpable tout au long du roman, cependant, l'auteur, par des gestes, des regards, nous démontre que ce qui relie les deux hommes est bien plus que du sexe. Les scènes d'amour sont à la fois sexy, chaudes tout en étant tendres, complices et intenses. Elles ne sont ni trop nombreuses, ni pas assez, l'auteur a bien maîtrisé et trouvé la juste dose pour ce texte.

J'ai bien aimé l'ambiance du livre, l'environnement. L'univers du travail est omniprésent et bien décrit, que ce soit dans les responsabilités ou les charges à assumer. L'ambition y est présente aussi, pour chacun de nos deux protagonistes, avec les moyens qu'ils se sont donnés pour arriver là où ils en sont professionnellement.

Certains passages sont assez émouvants, d'autres tristes, pour lesquels j'ai éprouvé de la colère parfois. Je pense notamment aux parents d'Alec. L'humour vient de temps en temps poindre le bout de son nez et apporte une touche de fraîcheur et de légèreté. Je pense à Ed et les araignées...très drôle !

Les personnages secondaires sont intéressants et apportent leurs lots d’émotion.

La plume de l'auteur est fluide, moderne et vous entraîne dans un récit empli de sentiments, de sensations à la fois lourdes et légères, dans un amour compliqué, exprimé par des mots justes et sincères. A travers cette plume, nous ressentons toutes les nuances du combat interne qui se joue chez Alec et tout l'espoir dont rêve Ed.

Quelques fautes et inversions parsèment le roman, mais rien qui n'entache notre lecture.

En bref, j'ai beaucoup aimé ce roman, il est addictif, tendre, tout en émotion, peine, doute, espoir. Ce roman, pour Alec et Ed, c'est une libération, un bonheur, la sensation de revivre, et un amour fort, honnête et sincère.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"

Chronique : "Une vie à t'attendre"