Chronique : "Et à la fois je savais que je n'étais pas magnifique"

*** UNE PLUME ATYPIQUE ***


Auteur : Jon Monnard
Editeur : L'Age d'Homme
Date de sortie : mars 2017

~ RÉSUMÉ ~
Coska, jeune homme discret et romanesque, se retrouve dans une école d'art dont les codes lui échappent. Il choisit de tout quitter pour s'adonner à sa véritable passion, l'écriture.
Il participe alors à un concours organisé par une célèbre marque de vêtements, Martha Kahl. Cette dernière engage le jeune homme pour inspirer leur prochaine collection. Le voilà à nouveau propulsé dans un monde de faux-semblants aussi envoûtant que pernicieux.
Trop sensible pour pouvoir résister à la promesse de reconnaissance qui s'offre à lui, il devient victime des règles d'un jeu qui auparavant le répugnait. Dans ce rêve éveillé, tout à un prix et la chute se profile inévitablement.


~ MA CHRONIQUE ~

Un texte original, une plume atypique. Un très bon moment de lecture.

Une histoire qui monte crescendo dans l'expression des sentiments, des ressentis internes du personnage principal : Coska.

J'ai aimé la construction du livre. Une construction en trois parties où nous trouvons un début et une fin identiques dans la narration et un milieu où l'auteur a exploité au maximum les émotions, le phrasé très imagé, nous donnant moult détails sur la façon dont notre Coska va peu à peu se transformer avant d'arriver au point de non retour.

A travers ses pages, l'auteur exprime avec justesse et habileté les travers du succès immédiat, inattendu, brutal. Un succès qui vous offre les portes du rêve, de la folie, de la décadence, un monde de la mode cruel, factice, où il est si facile de se perdre, de s'oublier, au milieu de toutes ces paillettes et ces bulles.

Coska est une personne attachante, introvertie, un peu timide, un peu seule, un peu sensible. L'intérêt soudain qu'on lui porte et qui lui ouvre des lieux inconnus et presque irréels, va lui faire perdre pied, le déstabilisant, lui offrant ainsi une raison de divaguer et de partir dans des délires internes assez bien exploités par l'auteur pour nous montrer tout l'enjeu, toutes les conséquences, de ce que Coska vit.

Les personnages secondaires sont bien détaillés, avec des personnalités propres, intéressantes, loufoques, pas si naïves que ça, adaptées parfaitement au monde créé par l’auteur, un monde pas si factice que cela peut-être...

La plume de l'auteur est aérienne, percutante, criante de naturelle et de vérité.
Une plume qui vous fait ressentir un panel de sentiments par des mots qui vous pousse à l'imagination, qui vous offre une image parfaite des sensations et des expressions faciales qui peuvent envahir Coska.
Une plume qui ne cache rien, au contraire de l'univers dans lequel nous plonge l'auteur. Un univers fait de promesses soufflées, d'amitié faussées, de succès éphémères.

Ce roman, c'est un bon récit original, bien mené, qui suscite l'intérêt jusqu'au bout. Un roman qui vous fera réfléchir, réagir forcément, car il aborde des thèmes comme les réseaux sociaux et leur impact sur votre vie, les conséquences de cette télé-réalité qui vous propulse dans l'inconnu et le succès avant de retomber dans l'anonymat aussi brutalement qui vous y êtes entrés, mais aussi ces relations et ces personnes sur lesquelles vous pouvez compter, ces rencontres d'une vie qui vous apportent beaucoup plus que ce triomphe périssable.

En bref, un récit aussi fascinant que cruel tant par son écriture que par son histoire particulière, qui vous réserve bien des surprises. J'ai passé un excellent moment de lecture. Un livre qui m'a permise de découvrir la plume atypique et vraiment superbe de l'auteur : j'adore !
Pour un premier roman, je lui dis bravo.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"