Chronique : "L'insoumise de la porte de Flandre"



Auteur : Fouad Laroui
Éditeur : Julliard Editions
Date de sortie : août 2017

Masse Critique Babelio


~ RÉSUMÉ ~
Chaque après-midi, Fatima quitte Molenbeek vêtue de noir et d'un hijab, se dirige à pied vers la Porte de Flandre, franchit le canal, se faufile discrètement dans un immeuble et en ressort habillée à l'occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis, toujours en flânant, elle rejoint le quartier malfamé de l'Alhambra où Dieu sait quel démon l'attire... Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel se répète inlassablement. Jusqu'au jour où Fawzi, un voisin inquisiteur et secrètement amoureux, décide de suivre Fatima...
Teinté d'un humour féroce, ce nouveau roman de Fouad Laroui décrit les métamorphoses d'une femme bien décidée à se jouer des préceptes comme des étiquettes. Tandis que tous les stigmates et les fantasmes glissent sur son corps, Fatima, elle, n'aspire qu'à une seule chose : la liberté.


~ MA CHRONIQUE ~

Un roman à la saveur particulière, à l'écriture troublante, qui vous embarque dans un récit exquis teinté d'amertume et d'un humour certain.

J'ai pris plaisir à suivre Fatima, à observer son rituel et cette autre qu'elle devient, cette autre qui fait le pied de nez aux traditions, aux conventions, cette autre pour venger les autres.
Si au début on se demande ce qui motive Fatima, pourquoi elle a opéré ce changement chez elle, pas à pas, l'auteur nous précise son choix, son pourquoi et cette valeur à laquelle elle aspire tant : la liberté. La liberté d'être ce qu'elle est, d'être ce qu'elle souhaite, la liberté de penser, d'agir, de se mouvoir à sa guise, de sourire à la vie.

Fatima est une femme qui se cherche, qui joue sur sa dualité tout en étant une inconnue pour elle-même. L'auteur nous décrit parfaitement son sentiment intérieur, sur sa vie, sur son entourage, sur la tradition et le poids de celle-ci.
Elle est une femme de courage, d'espoir... elle est une femme insoumise.

A travers ce récit, nous pouvons aisément remarquer à quel point les préjugés sont tenaces, à quel point ils peuvent vous écorcher, vous blesser, mais aussi comment les amalgames sont vite créés, comment les conclusions hâtives de par vos origines vous collent une étiquette qui n'est pas vous et ainsi comment d'une vague histoire d'honneur qui a tourné au sordide, on vous extrapole un récit ubuesque.

L'histoire est bien menée, cohérente, avec des descriptions sobres, qui collent parfaitement à l'atmosphère du texte. Page après page, nous avons l'impression de vivre dans ce quartier de Molenbeek, d'en connaitre tous les recoins et les habitants. Nous avons également le même sentiment que Fatima, ce sentiment d'être observée, en permanence.

L'auteur nous dévoile ici une vision franche et sans langue de bois sur le monde marocain. Il nous offre une tragédie contemporaine succulente où l'humour vient alléger, quoique, un sujet assez scabreux. Un texte qui donne matière à réflexion et qui nous procure plusieurs hochements de tête.
Un roman court, qui se lit rapidement, mais qui possède une intrigue parfaite et juste ce qu'il faut pour nous happer du début à la fin, même si je dois bien avouer qu'au début de ma lecture, j'ai été interpellée par l'écriture de l'auteur, par son style un peu haché, très marqué, très direct.

En bref, un roman plaisant à lire, rapide et passionnant. Un roman qui nous interpelle, nous bouscule, nous remet en question par ces propos percutants et réalistes. Un style particulier pour une histoire spéciale, une histoire de formatage, de liberté, d'espoir et de folie.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Lever l'encre"

Chronique : "Quand le vent caresse mes cheveux"

Chronique : "Le club des feignasses"