Chronique de "Inspire-moi seulement" de Princess So

NOTE : ♥♥♥♥♥ *** INSTANT ÉMOTION ***


Auteur : Princess So
Éditeur : Juno Publishing
Sortie : 23 octobre 2015

Résumé :
Xherdan Chantal est un artiste qui en est encore à essayer de trouver sa place parmi les maîtres de la couleur. C'est une âme plutôt indépendante, travaillant au Metropolitan Museum de New York, qui n'a pas le temps de faire semblant d'être ce qu'il n'est pas ou de s'impliquer dans quoi que ce soit si ce n'est de stimuler sa muse. 
Cependant, quand un pole danseur local se faufile avec insistance dans sa vie, se débrouillant pour séduire beaucoup plus que la muse de Xherdan, il n'est pas sûr de savoir comment relativiser. Là encore, la peinture est la magie artistique de Xherdan, pas les mots. Ainsi, tandis que la prose poétique lui fait défaut, il est heureux d'explorer cette nouvelle sensation avec une attention fidèle qui met Sreven au-dessus du reste du monde dans le seul but de nourrir sa muse. Ce à quoi Xherdan ne s'attendait pas , c'était que Sreven devienne la raison d'exister de sa muse. 
Mais il y a un combat qu'un amant ne doit jamais engager avec un artiste. 



*** MON AVIS ***

Un beau récit, empreint de fluidité, de légèreté, de poésie, d’envoûtement.

Xherdan est un peintre dont la Muse a besoin de s'alimenter. Pour se faire, il a une méthode bien à lui, qui peut paraître douteuse, mais est efficace. Un jour, il aperçoit le corps en mouvement de Sreven, danseur de pole dance, et c'est alors que sa Muse s'agite et approuve. Seulement, il ne pensait pas que Sreven s'infiltrerait à travers lui telle une liane, enserrant sa Muse et bien d'autres choses encore.

Xherdan est un personnage atypique, qui fait ce qui lui plait, pense ce qu'il veut, et aime à se comporter et à se nommer : un "enfoiré". Il est asocial, n'a pas vraiment d'ami, sauf son Padawan, c'est-à-dire son collègue de travail au Musée, Dimitri, personnage haut en couleurs et fidèle. Xherdan nous raconte comment il a échappé à sa famille, les conflits et sa ruse. Mais il est des événements qui vous marquent, et Xherdan s'en rendra compte, espérons-le à temps.
Son moteur, sa raison de vivre, c'est sa Muse, celle qui le fait vibrer, ressentir.

Sreven est un jeune homme qui bosse dans un club comme pole danseur, pour payer ses factures, son loyer. Sa véritable passion, celle qui l'anime, c'est la danse. Quand il rencontre Xherdan, il se méfie, souhaite le connaitre, puis, rapidement, l'attirance est là, bien présente.

Peu à peu, ils font connaissance, dans tous  les sens du terme. Ils vont vivre de belles choses, des instants un peu magiques parfois, doux. Les scènes de sexe sont nombreuses, sensuelles, sexy, sauvages, douces, inattendues, insolites, mais toujours dans le respect de nos personnages, sans vulgarité ou bestialité.

Cependant, quand la Muse et la jalousie font connaissance, cela ne donne rien de bon, et tout éclate, tout part, pas de retour possible, sauf que....

Ce récit est une poésie à lui tout seul. Les émotions, les phrases, tout est beau, tout est magique. L'écriture de l'auteur est douce, fluide, elle vous transporte dans un autre monde, et ses descriptions arrivent à vous faire littéralement planer, flotter. j'ai été envoûtée par les scènes de danse et de peinture de Sreven et Xherdan, un moment touchant, qui a chaque fois a fait mouche avec moi. Surtout lorsque les deux éléments s’entremêlent, cela forme un tout, une complémentarité et un idéal sublime.

Nos deux personnages sont très intéressants. Xherdan est un handicapé des mots, alors il s'exprime à travers ce qu'il sait le mieux faire : sa peinture. Une peinture empreinte d'amour, même si lui ne le sait pas encore. Et Sreven est tout simplement parfait dans sa façon de danser, enfin ce sont toutes les descriptions qui me l'ont fait ressentir comme ça, car j'ai vraiment eu l'impression d'être devant lui, la musique dans les oreilles, à le voir voler, pointer, s'étirer, tournoyer....un véritable régal pour mon imagination.

L'histoire entre ces deux hommes est complexe, car tous deux ne savent pas ce qu'est l'amour. Alors ils sont biens ensemble, s'aident mutuellement, s'encouragent, accomplissent des choses, se soutiennent dans certaines épreuves, mais tout ce qu'ils ressentent, tout ce qu'ils expérimentent...est-ce de l'amour ? Voici la question dont ils n'ont pas la réponse, car quand on ne connait pas, on ne peut pas savoir.

Au niveau des personnages secondaires, j'ai apprécié Dimitri, le seul ami de Xherdan. C'est un homme qui n'ose lâcher prise, qui refrène sa Diva, de peur de se montrer, de peur...de vivre, finalement, vivre comme il l'entend, sans se soucier des autres. C'est un homme attachant, avec de l'humour, qui soutien et aide notre couple, mais c'est aussi un homme triste, qui se cherche à travers Xherdan, qui m'a ému. Mais l'auteur ne l'a pas laissé tomber, et l'épilogue est juste parfait et m'a enchanté pour ce personnage si attendrissant.

A la fin du récit, quand tout se met en place, quand nos deux hommes comprennent, savent, devinent, c'est un vrai bonheur et un régal pour le lecteur. Leur déclaration reste atypique et émouvante, comme tout le récit, comme eux.

Bravo à l'auteur pour cette histoire emplie de virtuosité, de couleurs. C'est un magnifique tableau, qui nous en met plein les yeux et le cœur, une explosion de teintes, de nuances, un arc-en-ciel vibrant d'émotions. J'ai littéralement été aspirée par ce récit, que j'ai vécu comme un film sous mes yeux et dans ma tête, j'ai été bouleversée par l'impact qu'a eu sur mon âme cette danse de Sreven, cet enchaînement de pas qui font de lui un génie de la danse, l’émotion également à travers les séances photos et de peinture de Xherdan, cette capacité qu'il a de mettre en couleurs et en mouvements un corps, une vue, une parcelle de peau. 

Dans ce récit, le mélange de la peinture et de la danse nous propose une palette incroyable de douceur, de vérité, de passion, d'amour. La plume de l'auteur est un enchantement pour nous, lecteurs, car à travers son ton employé, ses comparaisons, et tout simplement son histoire, elle arrive à donner vie complètement à la danse et la peinture, les faisant passer comme un prolongement de l'âme de Xherdan et Sreven, ce qui les définis, les rend vivants.

Et félicitation aussi pour cette superbe couverture, qui prend son importance, sa définition et sa vérité à la fin de notre lecture.

Merci.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"