Chronique : "L'amant pur"

*** BOULEVERSANT ***


Auteur : David Plante
Éditeur : Editions Plon / Feux Croisés
Date de sortie : novembre 2013

~ RÉSUMÉ ~
La grande trahison de l'amour, c'est de n'être pas plus fort que la mort. À partir de cette déception essentielle, commence la longue conversation solitaire de celui qui reste, de celui qui survit à son amant.
Nikos Stangos et David Plante se sont rencontrés en 1965 à Londres. David était un jeune écrivain américain amoureux d'une Grèce de chimères classico-érotiques, Nikos était un poète, un esthète et un intellectuel de gauche : cultivé, humble et profond. Nikos était pur. Ils passèrent les quarante années suivantes à s'aimer. Jusqu'à ce qu'une tumeur au cerveau emporte Nikos.
À hauteur de chevet, et dans une prose poétique épurée, David Plante expose la douleur et la fin de la vie, tout en célébrant l'amour partagé, les conversations d'une vie résonnant toutes dans le même écho de la dernière. Remontant aux origines de l'amour, la mémoire offre au mourant son dernier ballet, une arabesque de chagrin de la lumière à l'ombre.


~ MA CHRONIQUE ~

Ce roman est une déchirure, un bonheur, une merveille. Le témoignage bouleversant d'un amour où l'âme et le corps se rejoignent, où la mort, le deuil, se dévoilent à nous de la plus cruelle et de la plus belle des manières.

David Plante se livre à nous, anonymes, d'une facon intimiste et sans filtre. Il nous raconte, à sa facon et comme les souvenirs lui reviennent, sa rencontre et son histoire d'amour avec Nikos, ses pensées, ses fautes et surtout ces petits bonheurs de la vie, ces instants personnels avec Nikos, leur manière de fonctionner et cette facon dont l'un l'autre se sont épanoui ensemble, grâce à leur esprit, leur intelligence, leurs contradictions.

L'évolution dans le temps nous dépeint un monde qui change, des esprits qui évoluent. Dans cette litanie, à la fois poétique et cruelle, c'est la vérité sur le deuil que nous offre David Plante, un récit écrit en plein cœur d'une souffrance insoutenable, d'un chagrin immense. Et de cette situation, son texte en devient réel, en devient un exutoire, une confession.

Certains passages du texte m'ont fait pleurer, m'ont comprimé le cœur tant j'ai eu l'impression de ressentir exactement la même douleur que l'auteur, la même peine et déchirure à voir l'être aimé dépérir à cause de la maladie.

Un roman qui crescendo vous fait passer de la lumière à l'ombre, comme dit dans le résumé, du bonheur à la peine, de la vie à la mort.

David et Nikos sont un couple à part entière, avec leurs défauts, leurs qualités. Leur amour, si fort, réussi à pardonner les incartades, les disputes, les maniaqueries. Un amour qui au fil des années et des aléas de la vie, des rencontres, dans un monde à la fois mondain et particulier, reste une ancre pour tous deux, une vérité absolue.

La plume de l'auteur est élégante, belle, riche. Une écriture, qui au-delà des mots, offre une mélancolie sans fond, une tendresse toute douce, une souffrance immense et toute l'étendue des blessures de l'âme et du cœur que peut apporter le deuil. Rien ne nous est épargné, chaque petit détail, chaque description minutieuse, sont autant de pique que vous recevez en plein cœur, autant de larme que vous versez.
Une plume qui nous transmet tout l'amour et toute la douleur qui imprègne l'auteur. C'est franc, cru et terriblement honnête.

Bref, une très belle lecture, et même si elle fut éprouvante, elle m'a enrichie. C'est fort. Bouleversant. Je remercie l'auteur de nous offrir cette part de lui, de se confier si honnêtement, de nous offrir sa confession déchirante sur son deuil, au plus profond de son intimité.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique : "Lever l'encre"

Chronique : "Quand le vent caresse mes cheveux"

Chronique : "Le club des feignasses"