Chronique de "Reste" de Muriel Roland Darcourt



Auteur : Muriel Roland Darcourt
Editeur : Reines-Beaux
Sortie : août 2016

Résumé :
Je suis née dans un cri. Un cri d’amour, sans doute. Depuis, je peins l’existence et Grégor est mon seul modèle, mon complice, mon supplice, mon feu obsessionnel. Le monde se crée à travers lui, au nom de l’idée que je voudrais qu’il soit, figurant dans mes toiles cette histoire insensée, qui me poursuit : celle de mon amour pour lui, vitrine de ma vie cassée. J’esquisse ces miettes de pensées, lorsque je le raconte, dans ma peinture par mes gestes, pour célébrer cet amour mouvementé, du moins ce qu’il en reste.



~ MON AVIS ~

Ce roman est un roman étonnant tant par sa singularité que par sa richesse. Une richesse de sentiments, de folie. Un roman intimiste, où rien n'est caché, tout est dévoilé, mis à nu, autant l'âme que le cœur.

Tout au long de ma lecture j'ai eu l'impression de naviguer entre réalité, rêve, fantasme. Ce roman c'est l'histoire d'une femme, l'histoire d'un amour, un amour qui vous hante, qui vous pousse à avancer, qui vous torture, qui vous fait sombrer, qui vous fascine.

Ce roman, c'est la naissance de deux enfants le même jour, deux enfants au destin qui s’entremêle, aux vies qui se croisent, se décroisent, aux sentiments ambigus, forts.

Ce texte est assez bluffant, il est coloré, rythmé, vous entraîne dans une envie de savoir, dans un expérience exceptionnelle où à travers les pensées et le récit d'une femme vous entrez dans son esprit, un esprit qui divague, un esprit qui oscille entre rêve et réalité. Un esprit qui s'égare, où la folie vous rattrape au tournant, un esprit qui luttera pour faire taire les voix intérieurs qui l'agitent, qui la poussent.

Je ne peux pas vraiment vous raconter ce livre, car il vous procure tant de choses qu'il faut le lire pour en faire l'expérience. Il y a un côté psychologique très fort, puissant, traité avec justesse et émotion. J'ai été touchée de bien des façons au cours de ma lecture.

La plume de l'auteur, que je ne connaissais pas, est tout à fait exceptionnelle. Ce qui m'a le plus marquée, c'est la poésie, la poésie des phrases, avec des rimes, parsemée tout au long du roman. Une plume qui vous fascine autant qu'elle vous dérange. Une plume qui retranscrit à merveille tristesse, espoir, étonnement, désespoir, divagation, errance...la folie d'un cœur.

Bref, un roman à découvrir, un roman atypique qui vous raconte les conséquences d'une obsession, qui vous raconte la vie toute en nuances d'une jeune femme bouleversante dans sa triste réalité, dans son espoir et son amour. Un récit qui vous captive par son écriture et vous tient en haleine jusqu'au dénouement.

Et vous verrez qu'il y a un beau parallèle entre le début du texte et la fin de celui-ci.

Une couverture parfaite, à l'effigie de la vie de notre narratrice.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chronique de "Après moi le déluge" de Matthieu Biasotto

Chronique de "Lola, petite, grosse et exhibitionniste" de Louisa Méonis

Chronique : "Je ne sais pas dire je t'aime"